Tous les Algériens ne tarderont plus à bénéficier des vertus de la 3G lors de leurs appels internationaux ou nationaux et de leurs connexions Internet. L’Autorité de régulation de la Poste et des Télécommunications (ARPT) vient en effet d’émettre son accord pour l’accélération du déploiement de cette technologie.

Algérie : Pour une couverture rapide de toutes les régions du pays…

Appeler en Algérie depuis la 3G reste encore au stade de rêve pour la majorité des utilisateurs locaux de téléphone mobile. Dans une bonne partie des localités du pays en effet, il faut se contenter de la 2G, bien que les opérateurs aient obtenu leur licence relative à la troisième génération le mois de décembre 2013. Interpellé par ces opérateurs, le ministère de la Poste et des TIC a saisi l’ARTP pour analyser la possibilité d’une augmentation du rythme du déploiement du haut-débit. Sa dirigeante, la ministre Iman Houda Feraoun, vient d’annoncer que le régulateur a exprimé son accord. Désormais donc, les opérateurs donnant la possibilité d’appeler à l’étranger depuis l’Algérie peuvent augmenter leur investissement pour couvrir tout le territoire algérien.

A lire en complément : Bouygues n’appliquera pas la hausse de la TVA sur ses forfaits

Et une Algérie entre dans l’ère numérique

Dans le cahier des charges qui leur a été attribué lors de l’octroi de la licence, Mobilis, Ooredoo et Djezzy disposent d’un délai de sept ans pour couvrir totalement l’Algérie. Avec ce feu vert cependant, on peut croire que tous les algériens pourront téléphoner en Tunisie ou vers un autre pays avec la 3G à l’horizon 2017. Le gouvernement du pays affirme par ailleurs être prêt à encourager les opérateurs dans cet exercice. L’accélération de la couverture 4G donnera en effet la possibilité à l’Algérie d’entrer effectivement dans l’ère numérique et surtout de rattraper son retard par rapport à ses voisins.

A voir aussi : Les trois opérateurs téléphoniques s’unissent pour le paiement en ligne