Telecel pourrait ne pas voir le nombre des personnes recourant à ses offres pour appeler à l’étranger augmenter, du moins pour quelques semaines. Cela est dû à des incertitudes sur son avenir. Le gouvernement zimbabwéen vient récemment d’exprimer son intention de racheter les 60% de ses parts.

Les pourparlers se poursuivent pour l’acquisition de l’opérateur téléphonique

C’est au cours d’une récente intervention devant les députés que le ministre des Technologies de l’information et de la communication, des Services postaux et du courrier a fait cette annonce. Si la transaction se réalise, le gouvernement zimbabwéen sera le propriétaire de l’un des opérateurs le plus sollicité pour effectuer des appels internationaux depuis le pays. Selon les dires de Supa Mandiwanzira, les pourparlers se poursuivent avec VimpelCom, actuel détenteur de ces 60% des parts.

A lire en complément : Le 5 Octobre arrivée du BlackBerry Torch 9800 chez SFR !

Eviter le rachat de Telcel Zimbabwe par une entreprise étrangère

De nombreux quotidiens locaux ont révélé l’intention d’une entreprise étrangère de mettre la main sur les parts de Vompelcom au sein de Telecel Zimbabwe. Celle-ci a subi cependant un empêchement du gouvernement. Interrogé sur ce sujet, le ministre des télécoms s’est défendu en utilisant, comme argument, le non-versement d’impôt sur les gains par les deux actionnaires étrangers précédents de l’opérateur permettant d’appeler au Sénégal depuis le Zimbabwe jusqu’à la suspension de sa licence. Il n’a pas écarté l’hypothèse selon laquelle le gouvernement a décidé délibérément de bloquer la transaction.

Une manière de protéger les consommateurs de téléphonie mobile ?

Les autres acteurs du monde des télécommunications au Zimbabwe n’ont pas caché leur mécontentement face à ces manœuvres du gouvernement. Ils estiment que celui-ci souhaite avant tout devenir propriétaire de Telecel. Ce qui lui aurait poussé à suspendre la licence de cet opérateur au mois de février dernier. Le ministre des télécoms a tenté d’arrêter les polémiques en répondant que le gouvernement ne souhaite que protéger les consommateurs. Ces derniers peuvent donc croire à une possibilité de téléphoner moins cher prochainement ?

A découvrir également : Appels en illimité vers les mobiles avec la Bbox