3G en Algérie vers une numérotation unique

Le secteur de la télécommunication algérienne subira de grands changements au cours de l’année 2014. En dehors de l’amélioration du réseau, la numérotation unique fera également son apparition.

A lire en complément : Nouvelles options dans les forfaits Origami jet international d’Orange

 

Évolution de la télécommunication

A lire en complément : Lancement du nouveau Nexus S par Google

               Cette mesure prendra effet vers le mois d’octobre 2014 et fera place à la numérotation unique 2G et 3G++, permettant de bénéficier de plusieurs avantages, dont téléphoner moins cher. L’information fut émise le 22 décembre dernier à Alger par le biais du président du Conseil de l’Autorité de Régulation de La Poste et des Télécommunications, Mohamed Toufik Bessai. La numérotation spéciale 3G++ a été mise en vente le 12 décembre 2013. L’entité ARPT a laborieusement travaillé sur ce projet depuis plusieurs années, a déclaré le président lors d’une journée parlementaire affiliée aux 3G++. Ce changement sera entrepris avec les opérateurs mobiles algériens, à savoir Mobilis, Ooredoo, et Djezzy. M. Bessai a souligné notamment le fait que l’attribution du numéro 3G++ n’est qu’une alternative avant de trouver une solution permanente à la facilité de téléphoner à l’étranger. Afin d’éviter toute confusion, l’Algérie a opté pour les licences séparées, selon la législation algérienne.

 

Terrain miné

 

               L’Algérie se développe progressivement avec l’arrivée du réseau 3G dans le pays. Cette numérotation unique favoriserait davantage la facilité de la communication entre l’Algérie et la possibilité, par exemple, de téléphoner au Maroc aisément. M. Bessai a mis un point d’honneur sur l’importance pour l’ARPT de savoir concrètement le chiffre d’affaires réalisé ainsi que les membres en fonction de la licence. La véracité de la fiscalité repose sur ce chiffre d’affaires. L’ARPT prend au sérieux cette accréditation même si les restrictions concernant la couverture ne sont pas encore bien établies en Algérie. Cette numérotation pourrait créer des discordes entre les opérateurs. Un d’entre eux, Mobilis, craint notamment une violation des règlementations, empêchant les autres d’exploiter convenablement le réseau facilitant les appels internationaux. La tension monte, tout comme la méfiance.