Pour Macky Sall, président du Sénégal, la rigueur est de mise. Le successeur d’Abdoulaye Wade a décidé de réduire les factures téléphoniques publiques. Par conséquent, 11 milliards de FCFA seront économisés grâce à un accord signé avec Sonatel.

 

A lire aussi : Canada : des forfaits moins chers vendus au marché noir

Mise en réseau des lignes mobiles

Après plusieurs mois de tractations, l’État sénégalais et son partenaire Télécoms Sonatel se sont mis d’accord sur une convention de blocage de factures. Les signatures eurent lieu le 27 mars 2014 dans les locaux du département de l’Économie et des Finances, l’État étant représenté par Amadou BA, le chef de ce département.

A voir aussi : iPhone 4 blanc en magasins

Cette entente est la concrétisation des souhaits de Macky Sall, un président qui a toujours montré sa fermeté quant à la gestion de l’argent public. Il prévoit notamment une mise en réseau des lignes mobiles Orange de l’État afin de permettre aux membres du GPU (Groupe fermé d’utilisateurs) de téléphoner pas cher. Il y aura d’ailleurs des heures au cours desquelles téléphoner au Sénégal ou vers d’autres pays sera gratuit.

 

Les lignes mobiles plus favorisées que jamais

Les utilisateurs des lignes fixes numériques de l’État bénéficieront d’un réseau illimité 24 h/24 pour des communications vers les lignes mobiles de l’État sur Orange. Ils pourront également joindre un utilisateur de téléphone fixe Sonatel gratuitement entre 8 h et 18 h. De plus, le coût de leurs appels internationaux ou nationaux en dehors de ces heures sera maîtrisé grâce à un logiciel centralisé de limitation de consommation.

Pour éviter tout excès, la mise en place d’un crédit mensuel fixe est aussi prévue pour chaque poste. Pour ceux qui souhaitent appeler à l’étranger au cours de leurs déplacements, l’accord prévoit la prise de nouvelles dispositions techniques économiquement favorables.

Grâce à la nouvelle convention, la facture téléphonique de l’État sénégalais passera de 22 à 11 Francs CFA. Le Sénégal dispose donc de 11 milliards de plus pour financer d’autres secteurs.