La tension monte d’un cran en Algérie. L’apparition du nouveau réseau 3G provoque des remous et des frictions entre les opérateurs. Certaines compagnies exploitent illégalement le réseau.

Guerre de la 3G

A découvrir également : Comment trouver un numéro de téléphone facilement ?

               En effet, depuis la mise en place de la 3G, l’engouement est de mise, surtout pour les opérateurs voulant dominer le marché. Les différentes techniques de promotions utilisées entrainent parfois des écarts de conduite. Tel a été le cas et la société Mobilis a porté l’affaire devant les autorités compétentes. Le PDG, Saâd Damma a interpellé le Conseil de la concurrence pour signaler le non-respect des normes imposées. Des règles se rapportant à la possibilité de téléphoner à l’étranger ont donc été établies. Mobilis fait appel à l’Autorité de Régulation de La Poste et des Télécommunications, munies de preuves tangibles. La même disposition est prise pour le Conseil de la concurrence. Cette nouvelle a fait le tour des infos et des forums. C’est une attaque portée à l’encontre de son éternel adversaire Ooredoo. Il évoque notamment une concurrence déloyale en appâtant les clients avec la facilité de téléphoner moins cher. 

A voir aussi : Airtel Congo : des cartes qui ne répondent pas aux attentes des clients

Mobilis contre Ooredoo

 

               Mobilis a mis un point d’honneur sur le fait que les règles imposées par les autorités publiques ont été ouvertement transgressées. En effet, toujours selon Mobilis, Ooredoo vend la 3G par le biais du web, menant ainsi à une infraction, étant donné que la présence physique du client est nécessaire. Il doit notamment signer et recevoir le contrat en main propre avant de pouvoir téléphoner au Sénégal par exemple. De son côté, Ooredoo a répliqué par une plainte déposée au sein de l’ARPT concernant une ingérence et un non-respect perpétuel par Mobilis des  cahiers de charges de la licence 3G. Il a souligné le fait que la démarche d’abonnement en ligne est une façon de faciliter l’accès de ses adhérents au réseau 3G. Ils pourront profiter de l’offre d’appels internationaux, sans se déplacer. Par ailleurs, le contrat devra être signé dans un délai de 15 jours, tout en suivant le cahier des charges.