Téléphonie au Maroc : Meditel voit grand

Avec un taux d’équipement en mobile de 140%, le Maroc est une terre promise pour la téléphonie. Meditel, l’opérateur tenu à 40% par Orange compte investir 660 millions d’euros pour permettre davantage au grand nombre de téléphoner moins cher.

En faveur du 4G, de l’ADSL et du réseau d’entreprise

Dernièrement, Meditel a obtenu une licence d’exploitation de la 4G pour le Royaume du Maroc. D’ici 2016, l’entreprise entend déployer le réseau au profit des usagers marocains. Pour que le service 4G ou l’ADSL soient suffisamment abordables, l’opérateur a reçu deux propositions de support technique chinoises : ZTE et Huawei. Alcatel Lucent puis Ericsson complètent la liste des candidats.

Avec l’arrivée de son nouveau Directeur général, l’opérateur marocain a réalisé un rafraîchissement de son image. Depuis, avec des offres à 25 dirhams, l’opérateur Meditel était devenu synonyme de téléphoner pas cher. Paradoxalement cette filiale d’Orange sera un porte-fanion du très haut débit. Ces deux prestations en apparence distinctes convergent au sein d’une perception de proximité entretenue tant envers les particuliers que les entreprises.

Une haute technologie pour une clientèle avisée

Au Maroc, le revenu mensuel généré par un client reste relativement bas. Cependant, le pays n’a rien à envier aux voisins maghrébins tels que l’Egypte en dehors des appels internationaux, l’usage des datas est un marché en plein boom dans le royaume. Ce qui justifie les 7 milliards de dirhams à injecter sous forme d’innovation technologique.

Actuellement, le portable sert essentiellement à téléphoner au Maroc ou à joindre les diasporas. Par ailleurs, seuls 16% de la population utilise un appareil de dernière génération. Toutefois, les professionnels du secteur restent confiants. Ils espèrent même que la moitié des Marocains utilisera un Smartphone d’ici trois ans. Autrement dit, la pénétration de l’internet mobile sera alors de 50%. Dans la même période, la fibre optique équipera un certain nombre de domicile.