Au Maroc, les plaintes concernant le tarif des offres se font de moins en moins attendre. À cause d’une bataille acharnée sur le marché en effet, les opérateurs locaux permettent actuellement à leurs abonnés de téléphoner moins cher qu’il y a quelques années.

La dernière offensive de Maroc Telecom

Il y a quelques mois, 399 dirhams ne suffisaient pas pour effectuer des appels internationaux ou nationaux en illimité pour un mois. Ce qui n’est plus le cas aujourd’hui, avec le renouvellement des forfaits mobiles prépayés de Maroc Telecom. Cette somme permet d’ailleurs de profiter de 12Go de data et de SMS illimités. 125 dirhams suffisent désormais, chez l’opérateur historique, d’obtenir un crédit vers l’international pour un mois et 3Go d’Internet. Les utilisateurs souhaitant appelant en illimité des destinataires nationaux pourront se contenter du forfait de 199 dirhams.

A lire en complément : Comparatif pour téléphoner moins cher Maroc, Algérie, Cameroun, Thailande et Australie!

Téléphoner pas cher n’est plus un rêve pour les Marocains. Si le forfait postpayé de 180 dirhams de Maroc Telecom permettait seulement de faire 10 heures d’appels, il donne actuellement la possibilité d’appeler durant 30 heures vers le national et l’international de la zone 1. Celui de 99 dirhams fournit 8 heures avec un numéro illimité, contre 3h précédemment.

Téléphonie mobile : Une réponse à la concurrence

Maroc Télécom explique ce changement comme «une poursuite de sa politique de constance et de générosité ». Le premier opérateur le plus sollicité pour appeler au Maroc ne fait cependant que répondre aux agissements de ces deux concurrents en réalité, une façon de préserver son trône. Cela fait encore en effet quelques semaines qu’il y a eu lancement par Méditel d’une offre illimitée et sans engagement à partir de 199 dirhams. Cette initiative du second opérateur constitue d’ailleurs une réponse à l’offre illimitée lancée en septembre 2014 par Inwi. La concurrence est donc rude sur le marché marocain, et cela fait le bonheur des utilisateurs.

A lire en complément : Kenya : une amélioration attendue chez Airtel