Qualité du réseau mobile: Orange premier selon RootMetrics

0

Quel opérateur permettant d’appeler à l’étranger depuis la France a-t-il le meilleur réseau ? RootMetrics, entreprise américaine spécialisée dans l’évaluation des réseaux vient de nous fournir la réponse : Orange.

Renforcement des tests par l’Arcep et l’UFC Que Choisir

Désormais, l’Arcep et l’UFC Que Choisir ne sont plus les seuls acteurs auxquels il faut se tourner pour connaître des chiffres relatifs aux réseaux des opérateurs mobiles permettant de téléphoner en Algérie depuis la France. La société américaine RootMetrics, spécialiste de tests sur la performance des réseaux mobiles, vient en effet de débarquer dans le pays. Grâce à des tests en intérieur et extérieur et des collectes de données réalisés par 8 de ses employés dans diverses villes françaises, on a pu connaître l’état général sur le réseau de chaque opérateur local.

Orange premier dans les trois premières villes françaises

Les 40 000 tests menés par la société américaine se sont concentrés sur les trois principales agglomérations françaises, les trois cités qui comptent le plus de personnes effectuant régulièrement des appels internationaux : Paris, Marseille et Lyon. Les premiers résultats ont permis de connaître qu’Orange est en tête de liste dans le pays en termes de qualité de réseau. Celui-ci enregistrait en effet un score excédant les 90 à chacun des critères retenus pour l’évaluation : fiabilité, rapidité, échanges des données en ligne, appels et SMS.

Free Mobile dernier

Free Mobile, opérateur MNO permettant de téléphoner moins cher dans le pays, est dernier de la liste. La seconde place, elle, est occupée par Bouygues Telecom qui peine pourtant à sortir de l’impasse financière. La troisième place restante est à SFR qui a également du mal à retrouver la croissance après sa fusion avec Numéricâble. Rappelons toutefois que la filiale d’Iliad  n’a pas cessé d’augmenter son investissement en termes de réseaux depuis quelques mois. On ne sait tout de même pas quand cette stratégie pourra réellement fructifier.

Côte d’Ivoire: Comium investit 500 millions Fcfa pour l’extension de son réseau

0

Koz pourrait être épargné par le projet du gouvernement ivoirien de diminuer le nombre des opérateurs permettant d’appeler à l’étranger ou localement depuis la Côte d’Ivoire. Sa maison-mère Comium prévoit en effet d’investir 500 millions de Fcfa pour l’extension et l’amélioration de son réseau.

Vers un basculement rapide vers la 4G

Financialafrik.com, plateforme numérique d’informations, est à la source de cette nouvelle susceptible de faire sortir Koz des opérateurs pour téléphoner au Sénégal depuis la Côte d’Ivoire via un téléphone mobile. Il a publié un communiqué indiquant que Comium, la maison mère de cette marque, envisage d’injecter 500 millions de dollars dans un projet d’extension de réseau. Pour cette année 2016 donc, les habitués de Koz, opérateur permettant d’effectuer des appels internationaux et nationaux depuis la Côte d’Ivoire peuvent espérer une meilleure qualité de communication. En plus ils pourront rapidement profiter des vertus de la 4G. Cet acteur a par ailleurs, comme partenaire, pour la réalisation de ce projet, China International Telecommunication Construction Corporation, société affiliée à China Telecom ; elle contribue énormément au développement des télécommunications sur le continent africain.

Que dirait l’Etat ivoirien ?

Ce n’est cependant qu’un projet. Il faut l’aval de l’Etat ivoirien pour pouvoir le réaliser. Ceci ne devrait pas être facile sachant que cet Etat souhaite à tout prix fusionner Koz avec Café Mobile et Oricel. La marque, ou plutôt sa maison mère, pourrait toutefois en être exemptée si elle parvient à honorer ses obligations vis-à-vis de l’administration fiscale : le paiement d’une dette colossale de 32 987 430 629. Il faut en effet le rappeler, les petits opérateurs permettant d’appeler au Maroc depuis la Côte d’Ivoire doivent, dans leur ensemble, 91 196 183 565 Fcfa au fisc ivoirien. La part de Koz est pourtant la plus grande. Espérons que l’opérateur arrive à couvrir ses dettes.

Maroc: Mise sur le marché de l’i-Dar ADSL d’Inwi

0

Après de longues années d’attente, les Marocains pourront désormais profiter de tous les avantages des offres ADSL. L’opérateur permettant d’appeler à l’étranger depuis le Maroc, Inwi vient en effet d’en lancer une incluant, entre autres, connexion illimitée à Internet et des appels nationaux illimités.

ADSL au Maroc : Casablanca et Rabat privilégiés

Maroc Telecom, le premier opérateur ayant permis de téléphoner au Maroc, n’a pas encore fait une annonce concernant son offre de dégroupage. Cela n’empêche cependant pas ses concurrents de commencer à miser sur l’ADSL. Inwi s’est lancé dans la course, en développant I-Dar ADSL, une offre Internet haut débit fixe adressée aux particuliers. Celle-ci n’inclut seulement pas, comme beaucoup peuvent le croire, un accès Internet illimité d’un débit pouvant aller jusqu’à 20 Mbps. Elle devra aussi permettre aux abonnés de pouvoir appeler au Maroc en illimité des fixes nationaux et de bénéficier de deux heures d’appels vers les mobiles nationaux. Après ces deux heures, les utilisateurs pourront téléphoner moins cher vers leurs proches se trouvant dans le Royaume. Cette offre ne sera encore proposée qu’à Rabat et Casablanca, pour un tarif mensuel de 249 dirhams par mois.

Une offre similaire avec un débit réduit avec Meditel

Inwi n’est cependant pas le seul opérateur proposant de services d’appels internationaux et nationaux au Maroc qui s’est lancé le premier dans la course. La première offre du genre a été en effet lancée le 23 octobre 2015 par Méditel, la filiale d’Orange. Elle se différencie cependant de celle d’Inwi par son débit maximal de seulement 12 Mbps : 240 dirhams par mois. Son prix est cependant plus abordable que celui de sa rivale. Pourtant, les avantages sont similaires en termes d’appels illimités vers les numéros fixes nationaux et en service voix via des numéros mobiles locaux. A quand la réponse de Maroc Télécom ?

Telkom et Oger Telecom mettent un terme aux négociations pour l’acquisition de CELL C

0

Le troisième opérateur le plus choisi pour téléphoner au Sénégal ou vers une autre destination depuis l’Afrique du Sud suscite beaucoup de convoitises. Mais son détenteur à 75%, Oger Telecom, ne semble vraiment pas être prêt à le lâcher facilement. Telkom en a fait récemment l’expérience.

Télécom en Afrique du Sud : Difficulté de trouver un accord…

Les Sud-Africains pourraient encore croire à la réalisation de leur rêve de téléphoner moins cher qu’aujourd’hui dans les prochaines années. Il n’y aura pas en effet fusion entre Telkom et Cell C. La raison ? Le groupe Oger Telecom, propriété de Cell C, siègé à Dubaï, ne semble pas encore être prêt à se séparer de sa filiale sud-africaine. Pourtant, depuis septembre 2015, Telkom, un autre opérateur très prisé pour effectuer des appels internationaux et nationaux depuis l’Afrique du Sud lui avait déjà proposé une offre de rachat de ses 75% de part dans le troisième opérateur. Oger Telekom a cependant estimé que les 18 milliards de rands maximum proposés n’étaient pas suffisants. Il n’a pas pensé à fléchir même suite à une revue à la hausse de son offre par Telkom.

L’Afrique du Sud Telkom : Sur le rachat d’un atout stratégique

L’opérateur permettant d’appeler à l’étranger depuis l’Afrique du Sud Telkom devrait surement regretter cette inexistence d’accord. Cela fait en effet plusieurs mois qu’il a penché sur l’acquisition de Cell C. Celle-ci lui aurait constitué un atout stratégique sur le long terme. Cela est dû surtout à ses infrastructures techniques qui auraient contribué à l’amélioration de la qualité et la couverture du réseau de Telkom. Il faut le reconnaitre, ce dernier veut sortir le plus rapidement possible de l’ombre de Vodacom et de MTN. Ses infrastructures ne suffisent cependant pas pour l’atteinte d’un tel objectif. D’où cet important intérêt pour Cell C.

Gabon Telecom passe à la vitesse supérieure : la 4G+

0

Le Gabon est un modèle sur le continent. Il est en effet l’un des premiers qui permettent à ses habitants de surfer sur Internet et d’effectuer des appels internationaux via la 4G+. On constate cependant que la couverture du pays en très haut débit reste encore faible.

Une expérience de téléchargement plus riche…

L’annonce a surpris plus d’un lors d’une récente conférence de presse liée à la célébration du premier anniversaire de la 4G par Gabon Telecom, l’opérateur le plus prisé localement pour téléphoner en Tunisie ou vers une autre destination. Abderrahim, le directeur général de l’opérateur, et son équipe, ne souhaite donc pas attendre quelques mois de plus pour passer à une vitesse supérieure. Et ils pensent même pouvoir être les premiers acteurs de la téléphonie mobile en Afrique à déployer la future 5G.
Mais qu'est-ce qui différencie la 4G+ de la 4G classique ? Pour y répondre, le patron du premier opérateur permettant d’appeler à l’étranger ou localement sur le territoire gabonais a surtout parlé d’une « expérience de téléchargement plus riche » et d’une amélioration de l’expérience de ses abonnés les plus fidèles.

Dans un pays encore moins couvert en 4G

Tous les Gabonais souhaitant se connecter à Internet ou téléphoner en Israël ou ailleurs avec une bonne qualité de communication ne pourront cependant pas bénéficier de cette amélioration. La raison ? Malgré qu’il se vante d’être l’un des rares pays africains à pouvoir proposer la 4G+ actuellement, le Gabon n’offre vraiment pas une couverture suffisante pour satisfaire la majorité de ses habitants. On ne peut en effet souscrire une offre 3G/4G que dans 21 localités, villes principales et secondaires des neuf provinces gabonaises. Gabon Telecom affirme cependant être prête à poursuivre le déploiement dans d’autres zones.

Weplan au Maroc : le comparateur des opérateurs téléphoniques

0

Quel est l’opérateur permettant le plus de téléphoner moins cher depuis le Maroc ? Les utilisateurs locaux n’ont plus à demander à leurs proches ou à se déplacer en agence pour obtenir des éléments de réponse. Ces derniers sont en effet accessibles via le comparateur des opérateurs téléphoniques Webplan.

Application gratuite au Maroc

Qui de Maroc Telecom, de Meditel et Inwi est à privilégier pour effectuer des appels internationaux ou nationaux ? Les habitants du Royaume auront la réponse via Weplan. Ce dernier vient en effet de débarquer dans le pays. Il rassemble actuellement 61 offres proposées sur le marché local et devrait ainsi permettre aux utilisateurs de s’y retrouver. En d'autres termes, Webplan permet de comparer toutes les offres disponibles afin de choisir celle qui convient le mieux à sa consommation.
Mais comment utiliser Webplan? C’est simple. Il suffit de se rendre sur les Webstores d’Android et d’iOs pour pouvoir y mettre la main. C’est totalement gratuit et ne nécessitant aucun engagement de la part des utilisateurs. Vous envisagez d’appeler au Maroc via un autre opérateur ? L’application n’hésitera pas à vous donner le nom de l’opérateur qui vous permet de bénéficier du tarif le plus réduit. Elle ira même jusqu’à vous indiquer le meilleur forfait du marché marocain.

Télécom au Maroc : Vers une baisse générale des prix ?

Avec cette application, les utilisateurs marocains peuvent désormais avoir une vue d’ensemble sur le marché. Étant exposés à une plus grande visibilité, les opérateurs permettant d’appeler à l’étranger ou localement depuis le Maroc pourront être tentés de baisser leur prix. De quoi satisfaire les marocains ayant toujours rêvé de pouvoir téléphoner moins cher au Maroc et à l’étranger.
Pour rappel, le Maroc est le premier pays africain qui a vu l’application Weplan lancée. D’autres pays du continent ne tarderont sûrement pas à suivre. En Europe et en Amérique, l’application est déjà utilisée depuis plusieurs années. Ce qui ne devrait pas être étonnant vu qu’elle a été créée par un fonds d’investissement Espagnol.

Les Réunionnais pourraient prochainement profiter des services de Free

0

A la Réunion, les utilisateurs de téléphone mobile aimeraient pouvoir téléphoner moins cher qu’en métropole. Ils voient ainsi d’un bon œil l’arrivée de Free sur l’île. L’opérateur de Xavier Niel ne tardera pas à débarquer, après de longues années d’hésitation, mais par l’intermédiaire d’un partenaire.

Free : Un opérateur malgache comme partenaire pour La Réunion

Après plusieurs mois d’attente, les Réunionnais pourraient voir leur rêve de téléphoner en Algérie se réaliser à moindre prix. En effet, Free mobile s’apprête à débarquer dans l’île. Il existe cependant un bémol. L’opérateur de Xavier Niel ne pourrait pas s’exercer directement, compte tenu des affirmations de nombreux sites spécialisés locaux. Il sera représenté par l’opérateur le plus sollicité à Madagascar pour appeler à l’étranger ou localement. Telma, une filiale du groupe Hiridjee. L’entreprise malgache, il faut le rappeler, est en effet le nouveau propriétaire de la marque Only, après rachat à Altice. Ce dernier, après avoir racheté SFR, déjà propriétaire d’un opérateur à la Réunion, était forcé par l’autorité française de la concurrence de se séparer de cette marque.

Free à la Réunion : Après aval de l’autorité de la concurrence

L’entreprise qui a permis aux Malgaches de téléphoner pas cher depuis quelque temps pourrait donc ne pas exercer à la Réunion sous la marque qu’elle vient d’acquérir, Only. Ce dernier serait remplacé par le nom de Free. Rien n’est cependant sûr, l’autorité de la concurrence étant la seule à pouvoir se prononcer sur la légalité d’un tel acte. On ne sait pas encore par ailleurs si Telma proposerait ou non des tarifs similaires à ceux offerts par Free mobile en métropole. Si c’est le cas, les autres acteurs du marché réunionnais seront obligés de revoir à la baisse leur prix. Ce qui ferait sûrement le bonheur des utilisateurs locaux de téléphone mobile.

Internet Mali: La qualité du service laisse à désirer

0

En plus de ne pas pouvoir téléphoner moins cher comme ils l’ont espéré, les maliens ne peuvent pas encore bénéficier d’une bonne qualité de connexion. Les utilisateurs se sont regroupés au sein du collectif «#Mali100Méga » pour essayer de tout changer.

Une incapacité pour Malitel, une mauvaise foi pour Orange

Le 3 septembre 2015, ce collectif a tenu une conférence de presse pour mobiliser tous les acteurs concernés à trouver une solution concernant la qualité et le tarif de l’Internet dans le pays. En effet, si l’on passe par Internet pour pouvoir téléphoner pas cher, voire gratuitement dans de nombreux pays, au Mali, Internet est à fuir pour les personnes à revenus modestes. Sa qualité laisse par ailleurs à désirer. Le collectif a notamment demandé, au cours de cette conférence de presse, une connexion Internet permanente, illimitée et haut débit pour les Maliens. Il n’a pas également oublié de critiquer Orange, pour sa mauvaise foi. La filiale de la société française dispose en effet de moyen pour corriger le problème, mais elle ne fait rien. Pour le cas de Malitel, l’autre opérateur permettant de téléphoner au Sénégal depuis le Mali, semble ne pas être en mesure de fournir un service internet à la hauteur des clients.

36 000 Fcfa : Le prix pour profiter du débit internet maximal au Mali

C’est l’équivalent de 70 dollars environ, le prix qu’il faut payer pour pouvoir profiter du débit Internet maximal proposé par les deux opérateurs permettant d’effectuer des appels internationaux et nationaux depuis le Mali. Ce débit maximal n’est pourtant que de 384 kilobits. Le Mali est donc l’un des pays africains où le débit est le plus faible et où le prix d’Internet est le plus élevé. Par la voix de Tidiane Ball, l’un de ses membres fondateurs, le collectif «#Mali100Méga », a réaffirmé son objectif : Offre Internet fixe, illimitée, avec des débits conformes aux standards actuels et des prix raisonnables.

Téléphoner à l’étranger : qui est le moins cher ?

0

Le coût des appels à l’international est particulièrement élevé. Des options permettent de contourner le problème, les opérateurs étant de plus en plus nombreux à en faire leur fer de lance.

Depuis quelques années, certains opérateurs offrent l’opportunité aux consommateurs de passer des appels internationaux à faibles coûts. C’est le cas de Free, qui a été le premier sur le marché à proposer des appels illimités vers les fixes de plusieurs destinations à l'étranger.

Jibtel est l’un des opérateurs considérés comme les moins chers à l’heure actuelle pour les appels à l'étranger sur mobile ou fixe. Il donne la possibilité de téléphoner moins cher à l’étranger à partir d’un numéro local français. Les utilisateurs de Jibtel n’ont qu’à ouvrir un compte pour bénéficier des meilleures tarifs. Les inscrits obtiennent des bonus de bienvenus lorsqu’ils rechargent leur téléphone. Pour pouvoir appeler moins cher dans n’importe quel pays du monde, l’utilisateur devra dresser la liste de ses contacts à l’étranger. À chacun d’eux sera attribué un numéro français ce qui en réduira considérablement le coût. Résultat, appeler moins cher à l’étranger revient à payer sa communication au prix d’un appel local.

Parmi les options pouvant être envisagées, le système de roaming commence à connaître un succès grandissant. La plupart des opérateurs proposent aux voyageurs de connecter leur téléphone mobile au réseau du pays de destination. Les usagers peuvent donc téléphoner en France au tarif français.

 

Chez Bouygues Télécom l’option est gratuite, de même que chez Itinéris. L’innovation réside dans le fait que les appels entrants ne sont plus facturés par la grande majorité des opérateurs. Pour faire face à la concurrence, les coûts sont de plus en plus réduits. 

Rwanda, Kenya et Ouganda : baisse des tarifs des appels

0

Le Rwanda, le Kenya et l’Ouganda viennent d’annoncer la baisse des coûts de communications entre leurs abonnés téléphoniques. La nouvelle tarification entrera en vigueur en septembre et entraînera 60 % de frais en moins.

Des appels internationaux au tarif de communication local

C’est désormais officiel : les appels internationaux entre le Rwanda, le Kenya et l’Ouganda se feront au prix d’une communication locale. Les abonnés de ces pays auront ainsi la possibilité d’appeler leurs proches à moindre coût puisque les tarifs proposés seront de 60 % moins chers.
Si la nouvelle tarification n'est effective qu’en septembre, les utilisateurs peuvent d’ores et déjà se réjouir de la nouvelle. Appeler à l'étranger au prix d’un appel local offre en effet de nombreux avantages pour les personnes ayant de la famille dans les pays concernés : accessibilité, coût plus abordable, frais de roaming supprimés, etc.

Le projet « One-network-area »

Le projet One Network Area

La possibilité de réduire les tarifs de communication transfrontalière a été étudiée par le Rwanda, le Kenya et l’Ouganda au début du mois de juillet. Les trois pays s’étaient alors accordés sur l’abolition des frontières téléphoniques permettant de téléphoner moins cher à travers la mise en place de l’One-network-area. C’est à l’occasion du 6e sommet d’Intégration du corridor nord qu’il a ainsi été décidé de facturer les appels au tarif local.
Bien que le projet soit encore limité aux pays initiateurs, le Soudan du Sud devrait également faire partie du projet d’ici la fin de l’année. Les abonnés téléphoniques de cette partie du pays bénéficieront ainsi des avantages offerts par l’One-network-area. On ne sait cependant pas encore si le projet aura une plus large envergure dans les prochains mois et s’il sera possible de téléphoner au Sénégal ou vers un autre pays au prix d’un appel local. Dans tous les cas, il est certain que les abonnés téléphoniques seront les principaux bénéficiaires de ce type de service.

4G : Orange et Bouygues félicités par l’ARCEP

0

 

Il ne s’agit pas cette fois-ci de téléphoner pas cher. Le 10 juillet 2014, l’autorité de régulation des télécommunications électroniques et des postes (Arcep) a publié une cartographie de couverture en 2, 3, et 4 G sur laquelle Bouygues et Orange se trouvent en tête du classement en matière de couverture 4G et de fiabilité de celle-ci.

Après l’examen des cartes de couverture du réseau 4G en France, l’Arcep donne une conclusion selon laquelle Orange et Bouygues telecom affichent respectivement une couverture de 66 % et 70 % de la population en réseau très haut débit mobile. Free Mobile et SFR couvrent 24 % et 30 % de la population en 4G. L’enquête a permis aussi de constater que les cartes SIM 4 G de ces deux premiers opérateurs sont d’une grande fiabilité. Celles de Free et SFR se révélaient par contre moins fiables. Ces deux opérateurs de la téléphonie mobile ont donc été invités à améliorer leur carte 4G. Les abonnés pourront donc téléphoner moins cher et bénéficier d’un réseau plus fiable en 4G pour appeler à l’étranger plus facilement.

Notons que cet appel à l’amélioration du niveau de fiabilité ne concerne pas le respect des obligations de couverture 4G garantissant leur licence. L’enquête a déjà pris en considération les accords de mutualisation et d’itinérance effectués avec d’autres opérateurs. Cela dit, les opérateurs auront toujours à couvrir au moins 25 % de la population 4G d’ici la fin de 2015 pour conserver leur licence.  

L’enquête montre en outre la fiabilité des cartes 2G et 3G pour tous les opérateurs. En ce qui concerne le taux de couverture, il est de 95 % et plus pour le 3G et plus de 99 % pour le 2G, tout opérateur confondu. Téléphoner en Thaïlande sinon dans le monde entier en 4G avec fiabilité est désormais possible pour tous les abonnés en France. 

Réseau SFR : retour progressif à la normale

0

Calibri;mso-bidi-theme-font:minor-latin;color:black;mso-fareast-language:FR »>Après la fameuse panne survenue le jeudi 24 juillet dernier, SFR s’est dit prêt à indemniser les clients touchés. Cet incident a mis 3,8 millions d’abonnés SFR dans l’incapacité à passer et à recevoir des appels internationaux et nationaux durant plusieurs heures.

Calibri;mso-bidi-theme-font:minor-latin;color:black;mso-fareast-language:FR »>La panne a commencé peu avant 9 h et s'est prolongée jusqu'en début d’après-midi. Durant cette période assez longue, tous les abonnés 4G et une certaine partie des abonnés 3G se trouvaient dans l’incapacité de passer ou de recevoir des appels et d'envoyer ou de recevoir des SMS. En tout, 3,8 millions des 21 millions d’abonnés SFR ont été touchés par cet incident technique. L’opérateur de la téléphonie mobile a reconnu rapidement ce désagrément et a mis au courant ses clients. Espérons que la compensation permettra de téléphoner moins cher pour une durée assez importante.

Un équipement HLR était en cause

Calibri;mso-bidi-theme-font:minor-latin;color:black;mso-fareast-language:FR »>Au début de l’après-midi, un responsable du groupe a fait une déclaration selon laquelle la panne provenait d’un équipement HLR. Il s’agit d’un équipement permettant la géolocalisation d’un abonné. Fourni par Alcatel-Lucent, ce matériel est indispensable pour localiser et connecter les abonnés. À titre de rappel, le même type d’équipement était à l’origine d’une panne de 12 heures sur le réseau d’Orange en 2012. Depuis, de nombreuses dispositions ont été prises par Alcatel-Lucent. Ce jour-là, plusieurs expatriés thaïlandais s’attendaient à une compensation permettant d’appeler en Thaïlande gratuitement.

La déclaration du porte-parole de la SFR

Calibri;mso-bidi-theme-font:minor-latin;color:black;mso-fareast-language:FR »>Joint par quelques journalistes, SFR a apporté une précision selon laquelle une enquête allait être lancée en partenariat avec le fournisseur de l’équipement en cause pour trouver l'origine de cet incident qui n’aurait jamais dû survenir. Il a également précisé que seule une partie des abonnés SFR dépendent de cet équipement pour communiquer en France et appeler à l’étranger.

Cartes 4G pour les opérateurs : SFR se démarque du lot

0

L’autorité de régulation des télécoms (ARCEP) a publié le 14 juillet dernier la carte de couverture 4G de chaque opérateur. Parmi les quatre opérateurs de la téléphonie mobile présents en France, seule SFR est sortie du lot. Une mauvaise nouvelle pour cet opérateur qu’on utilise souvent pour téléphoner au Sénégal.

Publication bien avant la date butoir

Téléphoner en 4G avec SFR

Meilleure visibilité pour les usagers

En tout cas, les cartes de couverture 4G publiées par le régulateur permettront au grand public de comprendre pourquoi certaines zones de l’Hexagone sont hors couverture 4G. Une aubaine pour ceux qui souhaitent utiliser la 4G pour appeler à l’étranger.

Téléphonie mobile : les applications sont les plus prisées

0

Les applications mobiles ne cessent de se multiplier au fil des années au même titre que le nombre d’heures passées sur celles-ci. Cependant, le nombre d’applications utilisées est encore au ralenti, selon l’étude menée par l’institut Nielsen. Sans doute parce que la plupart d’entre elles ne permettent pas d’effectuer des appels internationaux ou d’opérer à l’international.

Téléphoner moins cher en surfant

L’institut Nielsen vient de publier une étude selon laquelle le temps passé sur l’ensemble des applications a connu une hausse considérable en passant de 18,18 h à 30,15 h entre la fin de 2011 et la fin de 2013. Un constat pouvant être interprété par la vulgarisation du concept « téléphoner moins cher » en 4G.

Les séniors et les applications mobiles

Alors que la tranche d’âges de 25 à 44 ans utilise plus d’applications différentes avec une moyenne de 29 applications, les usagers de 18 à 24 ans passent plus de temps sur les applications avec une moyenne de plus de 37 h par mois. Les séniors ne sont pas épargnés par la tendance. En effet, les plus de 55 ans dépensent plus de 21 h par mois sur les applications et utilisent en moyenne 22 applications différentes.

En sortant de ce thème, les séniors ne sont pas non plus en reste lorsqu’il est question d’appeler à l’étranger.

Moteurs de recherche et réseaux sociaux en tête

ATM Mobilis : nouveau sponsor de la FAF et de l’EN

0

Avec un bilan positif enregistré lors de la Coupe du monde de Football au Brésil, le football algérien est digne d’avoir un bon partenaire. Ainsi, la FAF a émis récemment un avis d’attribution de ses droits marketing et de publicité. Parmi les deux candidats ayant répondu à cet avis, elle a opté pour ATM Mobilis.

 

ATM Mobilis : prêt à servir le football algérien

 

Après avoir permis aux Algériens de téléphoner pas cher en Algérie, ATM-Mobilis s’est lancé dans la course pour se faire attribuer les droits marketing et de publicité autour de la FAF et de l’EN algérienne. Il n’a pas pour autant été sans concurrent. Dans cette course, il y avait Ooredoo, une autre société qui permet également d’appeler en Algérie à un tarif moins cher. Mais la FAF a tranché en faveur de l’entreprise nationale de la téléphonie mobile. Saâd Damma, PDG de cette dernière, a assuré, après l’ouverture des plis, que son équipe fera tout son possible pour mieux servir le football algérien. Tous les Algériens peuvent y croire, car ces propos viennent de la personne qui leur a permis de bénéficier de services de qualité dans leurs appels internationaux et nationaux.

 

ATM Mobilis : un dossier solide et 240 milliards de centimes

 

ATM Mobilis a toujours été le partenaire du football algérien. Il contribue déjà à diverses activités nationales si l’on ne cite que les deux premières ligues professionnelles. D’ailleurs, lorsque les Fennecs ont atteint les 8e de finale de la précédente Coupe du monde, il a permis à de nombreux supporteurs de rejoindre le Brésil. En plus, l’opérateur s’est montré disposé à soutenir la fédération nationale avec sa mise de 240 milliards de centimes, contre seulement 91 milliards pour Ooredoo. Les joueurs peuvent donc désormais appeler à l’étranger dans de meilleures conditions avec ce nouveau sponsor du football algérien. 

Sprint retire son offre de rachat de T-Mobile

0

T-Mobile a eu, parmi les candidats pour sa reprise, Sprint. Pour diverses raisons, ce dernier s’est retiré et laisse donc, pour cette occasion, Illiad dans la course. Comment peut-on expliquer ce fait ? 

Pour une « compétition » plus robuste

Xavier Niel ne peut que se réjouir. Sa société, Illiad, est en effet le seul candidat de la reprise de T-Mobile. Cependant, elle a fait face à un concurrent de taille : le groupe japonais Softbank. Ce dernier a proposé une offre qui aurait été favorisée par les dirigeants de Deutsche Telecom, la société-mère de T-Mobile. Cette offre aura pour finalité une fusion entre Sprint et T-Mobile. Sans ce retrait toutefois, téléphoner pas cher restera encore valable longtemps chez les Américains. En effet, avec un acteur de plus, les opérateurs américains pourront continuer d’imposer leurs règles en taxant encore davantage le prix des appels internationaux, par exemple. C’est ce que veut éviter le régulateur américain des télécoms. C’est ce dernier qui est à la base de ce retrait pour la raison qui vient d’être évoquée.

Illiad pour téléphoner moins cher aux USA?

 

À première vue, Xavier Niel  ne devrait plus s’inquiéter du sort de la « candidature » de sa société. Celle-ci reçoit d’ailleurs l’appui de nombreux dirigeants américains. Elle pourra en effet permettre de téléphoner moins cher aux États-Unis en faisant augmenter le nombre des opérateurs. Mais son offre, chiffrée à 15 milliards de dollars, ne correspond pas aux aspirations de la société-mère de T-mobile. Elle est d’ailleurs jugée très basse par bon nombre d’analystes américains. En plus, l’on ne peut vraiment plus dire qu’Illiad soit seul dans la course. Dish Network a déjà également exprimé son désir de racheter le 4e opérateur américain. La bataille promet encore d’être rude pour la société de Xavier Niel. Les Américains, de leur côté, espèrent que ce rachat puisse leur permettre de téléphoner en Israël ou vers d’autres pays à un tarif plus abordable. 

Nette régression de la téléphonie mobile à la Réunion

0

Le récent rapport de l’autorité de régulation des communications électroniques et des postes a permis de faire le constat suivant : le secteur de la téléphonie mobile stagne dans l’Océan Indien. Cela est dû notamment au recul du marché réunionnais.

 

1,09 million de cartes SIM

C’est le nombre des cartes SIM enregistré à la Réunion et à Mayotte à la fin du deuxième trimestre, soit un recul de 0,009% par rapport au trimestre précédent. Pourtant, à l’instar de la France, il existe déjà dans ces départements des offres permettant de téléphoner à l’étranger à un meilleur tarif. Si on effectue l’analyse sur un an toutefois, on observe une croissance de 0,09%.

La Réunion reste encore en première position en nombre de cartes SIM avec 887 000 unités, contre 206 000 pour son voisin mahorais. Ce chiffre représente 8000 unités de moins par rapport à celui du premier trimestre et 2000 de moins par rapport à juin 2013. En ce qui concerne le taux de pénétration, une régression de près de 1% par rapport au trimestre précédent a été également enregistrée dans les deux départements. Pourtant les tarifs des appels internationaux y sont déjà plus abordables.

 

Les appels à l’étranger des départements et collectivités d’outre-mer

Avec un nombre de 2,73 millions de cartes SIM, l’ensemble des départements et collectivités d’outre-mer connait une progression de 2,5% par rapport au second trimestre 2014. On doit notamment cette croissance à la zone caraïbes. Là en effet, les utilisateurs sont plus nombreux à appeler au Sénégal, en France, en Algérie ou vers d’autres pays francophones.

 

Le recul enregistré à la Réunion n’a pas également d’impact sur le secteur au niveau national. On vient en effet d’enregistrer une croissance de 4,8% par rapport au second trimestre 2013. Cela est dû à la possibilité, accordée par les opérateurs, aux utilisateurs de téléphoner pas cher dans le pays et à l’étranger grâce à des offres forfaitaires. 

3G et 4G dans les avions : un projet réalisable

0

 

Le 17 juillet 2014, l’autorité de régulation des télécommunications électroniques et postes (Arcep) a donné son accord sur l’utilisation du 3G et du 4G dans les avions. Dans un communiqué, l’organisme a souligné qu’il s’agit d’une décision ayant obtenu l’accord du gouvernement. Logiquement, les appels internationaux sur ces deux réseaux vont se multiplier.

Les appels mobiles à bord des avions n’ont pas reçu jusqu’ici une autorisation de peur de créer une interférence avec les échanges d’information entre le cockpit et les tours de contrôle. En effet, les opérateurs mobiles, l’aviation civile, le ministère de la Défense utilisent les mêmes fréquences radio. Il est vital que chaque utilisateur ne gêne pas les autres. Par exemple, le fait de téléphoner au Sénégal en plein vol ne doit pas causer des interférences avec les autres usagers.

L’Arcep a déjà prévu des mesures permettant d’éviter ces interférences liées à l’utilisation de ces deux services mobiles. Il s’agit de ne les activer que dans l’espace aérien français et au-delà de 3 000 mètres. Le respect des règles de l’aviation civile est également requis. L’autorisation se limite à des bandes de fréquences radio bien précises : 2 100 MHz pour 3G, 1 800 MHz pour 4G et 2 G. Comme seul Bouygues Telecom se sert de la bande 1 800 MHz pour le service 4 G en France, ses concurrents devront donc se résigner aux 2 G et 3 G, tout comme pour appeler au Maroc.

Cependant, cette autorisation n’exige en aucune façon aux compagnies aériennes de permettre immédiatement l’utilisation d’un mobile durant leurs trajets. En outre, elles peuvent proposer librement ce service et fixer le tarif, selon le communiqué d’Arcep. Les voyageurs espèrent pour leur part une possibilité de téléphoner pas cher afin de partager avec leurs proches ce qui se passe pendant les vols. 

Télécoms : consolidation à la française vouée à l’échec

0

 

Appeler en Israël avec le tarif de Free sous l’infrastructure de Bouygues n’est pas près de se faire. Le 2 juillet 2014, Orange a publié un communiqué selon lequel les discussions autour de l’éventuel rachat de Bouygues Telecom ont pris fin. Zoom sur les raisons de cet échec.

 

Consolidation pour un partage de risque

 

A titre de rappel, le ministre de l’Économie Arnaud Montebourg a formulé une demande de consolidation dans les télécoms afin d’améliorer la situation du marché français. Il s’agit de remettre un peu de stabilité sur le marché de la téléphonie mobile en France. Une idée que soutiennent la plupart des opérateurs pour relever leur profit. L’idée consiste à se partager les actifs de façon à se répartir le risque d’exécution. En effet, depuis l’arrivée de Free Mobile 2012 avec son concept de téléphoner pas cher, le marché français est devenu le moins cher et le moins rentable d’Europe. C’est également valable pour le très haut débit mobile et pour les appels internationaux. Si les usagers sont contents, ce n’est pas le cas des opérateurs qui ont du mal à réaliser des projets.

 

Ils n’étaient pas d’accord sur le prix

 

Les raisons de l’échec viennent justement de la présence de Free et d’Orange à la table de négociations. Si Free a déjà mis de côté son refus en avril en proposant une offre, Orange campait sur sa position. Ce dernier souhait augmenter le nombre de ses clients, mais refuse d’embaucher tous les salariés de Bouygues Telecom. Mais le point de divergence se situait surtout sur le prix. En effet, si le patron de Bouygues estimait que sa compagnie valait 8 milliards d’euros, ni Orange ni Free n’étaient prêts à signer un tel chèque.

 

Le gagnant dans tout cela ce sont les abonnés de Free mobile, car ils pourront encore continuer à appeler moins cher

Rachat de Djezzy : l’offre du gouvernement algérien revue

0

 

Au mois d’avril 2014, les dirigeants de Global Telecom Holding (GTH), société mère de Djezzy, se sont mis d’accord avec l’Etat pour la vente du 51% de leur action. Cette vente n’a toutefois pas eu lieu. Néanmoins, avant sa validation, l'on connaît déjà la valeur de la transaction.

 

2,6 milliards de dollars

 

Djezzy, après avoir permis à des millions de personnes, de téléphoner pas cher en Algérie et à l’étranger, est sur le point de revenir à l’Etat. Ce dernier avait signé un accord de principe sur la vente de l’opérateur le 18 avril 2014. Il n’a plus qu’à attendre la validation de son offre par l’Assemblée générale des actionnaires de Global Telecom Holding. Cette offre est raisonnable, selon le cabinet d’expertise financière HC, chargé de l’évaluer. A titre de rappel, elle est de 2,6 milliards de dollars alors que la valeur réelle de Djezzy est de 2,539 milliards de dollars. Suite à la publication des résultats de cette évaluation, GTH a vu son titre augmenter de 3,1% à la bourse du Caire. Il est ainsi difficile de croire à un refus de sa part. Les clients peuvent donc espérer un changement des conditions de leurs appels internationaux et nationaux.

 

Djezzy deviendra propriété de l’Etat

 

Avec 51% de part, l’Etat algérien sera le propriétaire officiel et définitif de Djezzy après validation de son offre. Téléphoner en Algérie via cet opérateur permet donc de contribuer au remplissage de la caisse gouvernementale. VimpelCom devrait se trouver en seconde ligne avec ses actions de 45,6%. Il disposera toutefois d’un droit d’exercice de contrôle opérationnel sur l’entreprise. En plus de cela, les 3,4% d’actions de Cevital Groupe pourront lui revenir, selon des sources proches du dossier. L’actionnariat au sein de Djezzy sera donc de 51-49.

Avec des offres 3G qui existent déjà au sein de l’opérateur, l’Etat réalisera de bonnes affaires en devenant actionnaire majoritaire. Les utilisateurs, eux, pourront appeler à l’étranger à de meilleures conditions. 

Téléphonie mobile : l’ARTP étudie le taux de pénétration

0

 

 

 

Téléphoner au Sénégal devient de moins en moins cher, ces derniers temps. Cela est dû notamment à l’augmentation incessante du taux de pénétration de la téléphonie mobile dans le pays entre l'an 2000 et 2012. Un rapport d’étude récente, faite par l’ARTP permet de faire ce constat.

 

Un taux passant de 2,2% à 88%…

 

Le rapport a été présenté par Seyni Faty, chef du département Marché et Télécommunication de l’ARTP, au cours d’un séminaire de formation sur les technologies de l’information et de télécommunication. Il a notamment permis de savoir pourquoi téléphoner moins cher est désormais possible au Sénégal. Pour expliquer ce fait, M. Faty a parlé de la croissance du taux de pénétration de la téléphonie mobile, entre 2000 et 2012. Dans le rapport de l’ARTP, on peut lire que ce taux était seulement de 2,2% en 2000 avant d’atteindre un pic de 88% en juin 2012.

  

A cause des offres promotionnelles

 

Cette croissance ne s’est pas effectuée toute seule. Elle est liée notamment à l’accessibilité des services téléphoniques. Grâce aux offres promotionnelles, de plus en plus de Sénégalais peuvent effectuer des appels internationaux à un tarif réduit. Cependant, selon le rapport de l’ARTP, ces offres sont souvent loin d’être satisfaisantes. La plupart des réseaux sénégalais ne pouvant pas encore supporter des centaines de milliers d’appels en même temps, la Qos est de plus en plus dégradée.

 

 

Vers un meilleur encadrement des offres promotionnelles

 

L’ARTP ne souhaite pas intervenir dans la détermination de la politique commerciale des opérateurs sénégalais. Ces derniers peuvent permettre à leurs clients d'appeler à l’étranger au prix qu’ils veulent dans le cadre d’une promotion. Leur politique ne devra toutefois pas porter atteinte à la qualité des services. Ainsi, M. Faty a profité de cette occasion pour rappeler que le seuil du taux d’échec, en vigueur au Sénégal, est de 6% et celui du taux de coupure 2%. Plusieurs autres ont été également prises par l’ARTP pour un meilleur encadrement qualitatif des offres promotionnelles. 

Bouygues Télécom : une nouvelle proposition pour les SIM

0

 

 

Vous voulez un deuxième numéro de téléphone pour vos appels internationaux et nationaux ? Vous n’avez pas besoin d'acheter un nouveau poste ni une nouvelle carte SIM.  Bouygues Télécom vient de concevoir ce qu’il vous faut : le B. Duo.

 

 Une solution adaptée à tous types de mobiles

 

Soucieux de préserver sa position sur le marché français, Bouygues Telecom a frappé fort en lançant récemment le B. Duo. Comme son nom l’indique, il s’agit d’un service permettant d’avoir un deuxième numéro sans que l’on ait besoin d'acheter un deuxième téléphone. Il utilise un appareil à double SIM et ne vous imposera pas de demander une nouvelle ligne.

Désormais, les abonnés de l’opérateur pourront disposer d’un numéro supplémentaire commençant par 999, leur permettant de téléphoner pas cher en France métropolitaine et de recevoir des appels internationaux. Cette SIM leur permettra également d’envoyer ou de recevoir des SMS. Le décompte des services attachés au B. Duo se fait à la base du forfait principal. Chaque appel effectué et chaque SMS envoyé seront d’ailleurs inscrits à la facture mensuelle courante.

 

 Fidéliser les clients et augmenter leur ARPU

 

B. Duo fonctionne avec une application de gestion d’appels entrants. Parmi les fonctionnalités fournies par celle-ci figurent le filtrage et le paramétrage des disponibilités. Avec ce dernier, le second numéro ne sera pas joignable lorsqu’une personne tente de l’appeler en Tunisie ou d’un autre pays. Il y a également le filtrage des appels entrants, l’activation de la fonction « ne pas déranger » et le renvoi des appels vers une messagerie vocale.

 

Bouygues, ayant choisi de suivre la tendance du marché en permettant à ses clients de téléphoner moins cher, trouve via la B. Duo un moyen de les fidéliser et d’accroître leur ARPU (revenu par client). La question est actuellement de savoir s’il a eu raison de la concevoir. Ce n’est peut-être pas encore le moment d’y répondre. 

MTN Cameroun et Manchester City FC : un accord de partenariat en vue

0

Partenariat Manchester

 

Un opérateur africain peut-il être partenaire d’un grand du football européen ? La réponse est positive. Un accord partenarial vient d’être signé par MTN Cameroun, l’opérateur le plus sollicité du Cameroun pour appeler Sénégal, et Manchester City, vainqueur du dernier championnat d’Angleterre.

 

Le droit d’utiliser les images des joueurs pour promouvoir ses offres

 

Les clients de MTN ne pourront être que fiers de faire partie de la grande communauté du club mancunien. En plus, ils bénéficieront des services supplémentaires comme des alertes sur les buts, les contenus audio ou les vidéos du club. Désormais, les jeunes Camerounais choisiront MTN non pas pour profiter d’un tarif réduit pour leurs appels internationaux ou nationaux, mais pour être en lien étroit avec le club anglais. De son côté, l’opérateur dispose du droit de mener des campagnes promotionnelles en utilisant l’image de Nasri et des autres joueurs.

 

Quel intérêt pour Manchester City ?

 

Les joueurs de Manchester City ont-ils besoin des services de MTN Cameroun pour appeler à l’étranger ? Non. Ils pourront toutefois tisser des liens forts avec le public sportif du Cameroun qui, malgré la débâcle du Mondial 2014, est toujours réputé être le foyer du football du continent. Comme n’importe quel grand club d’ailleurs, Manchester City a besoin d’un « partenaire stratégique » en Afrique, du moins pour lui dénicher de nouveaux talents. Ce qui correspond à l’objectif du programme à la source de ce partenariat : aider les jeunes à réaliser leurs rêves.

 

A savoir sur le programme Yep

 

MTN a lancé le programme Yep pour inciter les jeunes à mieux utiliser et exploiter leurs talents. Il est en effet conscient que permettre à ceux-ci de téléphoner moins cher n’aura pas des effets directs sur leur avenir. Il faut les soutenir dans leur recherche de tremplin susceptible de les propulser vers un futur meilleur. Ainsi, le programme comporte trois plateformes, dont le football. Cet accord avec Manchester City s’inscrit dans la mise en œuvre de cette plateforme.

 

 Les autres composants du programme sont la musique et l’éducation. 

Téléphonie mobile en France : les Smartphones restent en tête de liste

0

Téléphonie mobile en France

 

Le secteur de la télécommunication en France n’est pas au meilleur de sa forme. Malgré des offres permettant aux utilisateurs de téléphoner moins cher à l’étranger, les acteurs locaux ont enregistré une baisse globale de 10,2 % à la fin du 1er semestre de cette année. Ce recul n’a eu aucun effet sur la vente des Smartphones qui, elle, continue de croître.

Une domination dans un marché qui perd son dynamisme

Le cabinet d’analyse GFK vient d’établir un rapport sur l’état du marché français au cours du premier et du second trimestre. Selon ce rapport, le marché français des télécoms avait connu un recul de 10,2 % à la fin du mois de juin dernier. Il est donc de moins en moins dynamique ces derniers mois. Mais ce n’est pas pour autant le fait le plus marquant de ce secteur dans le pays. Le cabinet trouve que le marché français est de plus en plus hétérogène avec notamment un fort recul (50 % au premier semestre) de la vente des téléphones mobiles classiques. Ces derniers souffrent de la concurrence des Smartphones, appareil privilégié des plus jeunes pour leurs appels internationaux et leurs échanges de textos.

17,5 millions vendus au premier semestre

Si les téléphones classiques se sont commercialisés seulement à 5,9 millions d’exemplaires au premier semestre, les Smartphones sont écoulés à 17,5 millions d’unités. Avec la croissance incessante des Français qui s’y intéressent pour appeler portable Algérie, ce chiffre pourra doubler jusqu’à la fin de l’année. Pourtant, l’année 2013, il n’y avait que 15,8 millions de Smartphones vendus en France.

 

Pourquoi cette tendance ? À cause des forfaits mobiles sans engagements introduits sur le marché par Free, selon GFK. Grâce à ces derniers en effet, le 4e opérateur français permet non seulement aux Français de téléphoner pas cher, mais également de s’acheter facilement un Smartphone. 

Cameroun : perturbations répétitives de la téléphonie mobile

0

 

Le Cameroun fait actuellement partie des pays de destination à éviter pour vos appels internationaux. Pour quelles raisons ? Depuis quelques jours, en effet, les services locaux connaissent des perturbations récurrentes. 

Crédit précocement épuisé

 

L’utilisateur, qui s’est plaint de ce problème, était en train de s'entretenir avec un correspondant, partenaire potentiel, lorsque la communication a été coupée brusquement en cours de conversation. Conséquence, l’accord n’a pas été conclu. Pourtant, le jeune cadre d’entreprise avait pris le soin d’ajouter 2500 FCFA à son compte avant cette conversation et espéré téléphoner moins cher à son interlocuteur.

Pendant ce temps, un collègue lui a fait part d’un problème similaire. La différence était que celui-ci voulait transmettre un message important à un proche et que le message n'a jamais pu être transmis. L'écran affichait désespérément le terme « échec ». Cependant, à chaque tentative d'envoi du message, son compte est débité. 

Retard des messages de confirmation

 

Ces derniers temps, les Camerounais peuvent appeler à l’étranger et localement à un tarif réduit. Mais avec les perturbations actuelles, ils ne peuvent plus profiter de cet avantage. Rien que dans l’entreprise de l’utilisateur précité, une douzaine de cas similaires a été relevée.

Les commerçants sont également victimes de ces perturbations. Certains perdent quelques milliers de francs CFA à cause du retard du message de confirmation. En effet, ils laissent souvent les clients s’en aller lorsque ce message n’est pas transmis par l’opérateur dans les minutes qui suivent les transactions.

« Un cas isolé » selon les opérateurs

 

Pour téléphoner au Sénégal ou vers une autre destination, beaucoup de Camerounais passent par les Call-Box. Les perturbations récurrentes sont souvent source de mésententes. En effet, les clients doivent payer le montant de leurs appels quel que soit la qualité de la communication.

 

D'une manière générale, les opérateurs locaux, interrogés au sujet de ces perturbations, se contentent de répliquer en ces propos : « ce doit être un cas isolé ». L’Agence de régulation des télécommunications (ART), de son côté, s'est abstenue de s’exprimer. 

Téléphonie mobile au Liban : vers une amélioration de la qualité des communications

0

Au Liban, il est possible de téléphoner pas cher grâce aux offres promotionnelles des deux opérateurs locaux. Le service n’est toutefois pas le meilleur du Proche-Orient selon divers témoignages. Mais ce problème sera résolu très prochainement, a promis le ministre des Télécommunications, Boutros Harb.

 

Les causes identifiées

 

Le dernier mardi du mois d’août 2014, Boutros Harb a confirmé, au cours d’une conférence de presse, être prêt à poursuivre son engagement à apporter de la transparence dans le domaine de la télécommunication. Il a notamment profité de cette occasion pour parler des avancées des efforts de son département pour rechercher des solutions aux problèmes techniques rencontrés par les utilisateurs. Suite à une réunion avec les hauts dirigeants d’Alfa et de Touch, les deux seuls opérateurs locaux, le ministre affirme que la source de ces problèmes est connue. Les Libanais peuvent donc espérer appeler à l’étranger avec une meilleure qualité de communication.

 

Brouillage des ondes

 

C’est l’un des principaux responsables de la mauvaise qualité des appels internationaux et nationaux au Liban. Ce phénomène  provient notamment de l’usage des brouilleurs illégaux dans le pays. Le gouvernement ne parvient toutefois pas à trouver la meilleure solution à ce problème. En effet, le brouillage consiste parfois à améliorer la sécurisation de certaines zones comme les ambassades ou la zone d’opération Finul. La seule intervention de Boutros Harb et de son équipe se limite ainsi au lancement d’un appel à l’échange des dispositifs illégaux contre d’autres légaux.

 

Non-obtention de Permis d’édification

 

Toujours d’après le ministre des Télécommunications, les deux opérateurs ne parviennent pas à obtenir une autorisation de construction de nouveaux postes d’émission. Pourtant, il s’agit de l’une des meilleures solutions pour permettre aux Libanais de téléphoner au Maroc avec une meilleure qualité de communication.

 

D’autres facteurs s’y ajoutent, en ne citant que les coupures fréquentes de l’électricité, la situation syrienne avec ses immigrés et déplacés et l’usage des terminaux non homologués. Le ministère de tutelle est heureusement prêt à agir rapidement pour décanter la situation.

Comores et Mayotte : un câble sous-marin en fibre optique en vue

0

 

La sous-région Océan Indien est actuellement en train de sortir de son isolement numérique. Après Madagascar, la Réunion et l’Ile Maurice en effet, les Comores et Mayotte vont être connectées à la fibre optique. Leurs habitants pourront donc très prochainement bénéficier d’une plus haute qualité de communication pour leurs appels internationaux.

 

Vers une meilleure connectivité

Les Comoriens et les Mahorais n’auront plus à se plaindre d’un retard dans les technologies de communication. Ils profiteront en effet d’un des plus vastes réseaux de fibres optiques prochainement. Ils peuvent donc espérer une meilleure connectivité lorsqu’ils effectuent des appels ou se connectent sur Internet. Le câble sous-marin qui va relier l’Union des Comores au département d'outre-mer de Mayottes pourra d’ailleurs permettre aux utilisateurs locaux de téléphoner pas cher localement ou vers des destinations étrangères. À noter, il constituera une branche du East African Submarine System (EASSy) et du câble Lower Indian Ocean Networks 2 (Lion 2). Téléphoner moins cher vers Madagascar ou vers d’autres pays de la région ne sera donc plus un rêve pour les Comoriens lorsque le projet est réalisé.

 

Une collaboration comoro-mahoraise

 

Ce projet a été révélé suite à la signature d’un mémorandum d’entente par l’entreprise Comores Câbles, SFR Mayotte et l’opérateur Emtel. Sa réalisation sera précédée par la mise en place d’un consortium. C’est ce dernier qui s’occupera ensuite de l’implémentation de la connexion à fibre optique. Les Comores et Mayotte feront donc partie des zones desservies par les câbles sous-marins Lion 1 et 2 au Système de câble sous-marin d'Afrique de l'Est « Eassy ». 16 millions d’euros y seront dépensés. Les utilisateurs locaux sont enthousiasmés de cette nouvelle. Ils veulent en effet appeler en Algérie ou vers d’autres pays africains avec de meilleures conditions de communication. 

Tunisie Telecom : un tremblement de terre avec son bonus 900 % à vie

0

 

Les Tunisiens n’auront plus à rassembler un important budget pour pouvoir appeler à l’étranger régulièrement ou vers un destinataire local. Tunisie Telecom vient en effet de lancer une offre incluant 900 bonus à vie, une grande première dans le pays.

 

Une offre trop généreuse…

Tunisie Telecom fait désormais partie des opérateurs télécoms les plus généreux au monde. En effet, après avoir permis aux Tunisiens de téléphoner en Tunisie ou ailleurs à un tarif réduit depuis quelques années, l’opérateur vient de faire la présentation de son offre 900 % Bonus sur recharge à vie. Pour y accéder, l’utilisateur n’aura pas à changer de numéro. Il lui suffira de passer par le code USSD *154# moyennant 1 DT.

Mais que peut-on vraiment avoir avec cette offre ? Selon sa description sur le site de l’opérateur, l’offre inclut 900 % Bonus à partir de 5 dinars de rechargements. En dessous de cette somme, le consommateur peut bénéficier de 400 % de bonus. À noter toutefois, la validité du bonus est de 14 jours, à compter du moment du rechargement. L’offre inclut également 700 Mo d’Internet que l’on peut utiliser jusqu’à la fin du mois.

 

Dénoncée par l’ODC et l’INC

 

Ce type d’offre n’est toutefois pas toujours vu du bon œil dans le pays. Certes, il permet à de nombreux Tunisiens de téléphoner au Maroc ou vers d’autres destinations à des conditions bien meilleures, mais il ne correspond pas toujours à sa description présentée par les opérateurs. Ainsi, l’Organisation de Défense du Consommateur (ODC) se met actuellement en pourparlers avec l’Instance Nationale des Télécommunications (INT) et l’Institut National de la Consommation (INC) pour exiger plus de transparence concernant ces 900 bonus à vie et d’autres offres similaires. En attendant, les Tunisiens doivent se contenter de se soumettre aux conditions des opérateurs pour effectuer des appels internationaux ou nationaux. 

Kinshasa : au centre des cibles des opérateurs mobiles

0

 

Kinshasa, l’une des plus grandes villes d’Afrique et capitale de la RDC, est le noyau de la téléphonie mobile dans le pays. La quasi-totalité de ses habitants effectue régulièrement des appels internationaux et/ou nationaux. C’est pourquoi il est choisi comme centre d’activité des  opérateurs locaux.

 

 

Un taux de pénétration de 80 %

 

Africel, Airtel, Orange, Tigo et Vodacom ont commencé par Kinshasa avant de permettre aux provinciaux d’appeler à l’étranger via leur réseau. Ce qui pousse Target Sarl à réaliser une étude sur l’état du secteur de la téléphonie mobile dans la capitale congolaise. Pour ce faire, la société s’est basée sur 1 001 échantillons d’hommes et de femmes de tout âge. Elle a conclu que Kinshasa est l’une des grandes villes de la sous-région où le taux de pénétration de la téléphonie mobile atteint les 80 % auprès des personnes de 12 ans et plus. Ce phénomène est-il lié à l’avènement des appareils à double SIM ? La réponse est non. L’étude démontre en effet que les abonnés multi-sims aux offres permettant d’appeler moins cher ne constituent que 25 % du marché kinois, soit un utilisateur sur quatre.

 

Encore moins d’utilisateurs de Smartphone

 

Pour téléphoner au Sénégal ou dans le pays, seulement un Kinois sur quatre utilise un Smartphone. Les utilisateurs de téléphone intelligent dans la capitale congolaise sont notamment des hommes ayant entre 12 et 34 ans, des élèves ou étudiants et des habitants de Lukunga. La plupart sont détenteurs de mobiles Samsung. Les autres Smartphones en vogue dans la grande ville sont signés Nokia et Blackberry.

 

En termes de réussite sur le marché local, Vodacom se trouve en tête en représentant 44 % des utilisateurs. Il est suivi par Tigo et Airtel qui sont respectivement à 30 et à 15 %. Africell et Orange constituent le reste. À noter toutefois que, la part de ces deux derniers opérateurs est plus élevée en province. 

Sénégal : Orange domine le marché de la téléphonie mobile, sauf dans les offres promotionnelles

0

 

Orange est l’opérateur le plus prisé pour téléphoner au Sénégal. Il occupe actuellement plus de 55% du marché local. Pourtant, il propose moins d’offres promotionnelles que l’un des deux autres acteurs du secteur : Expresso.

Expresso : leader de la promotion au Sénégal

C’est Seyni Faty, un haut responsable de l’ARTP sénégalais qui l’a affirmé. Au cours de l’année 2013, Expresso a donné plus de possibilités à ses clients de téléphoner pas cher. Il comptait en effet 154 promotions pour le fixe, contre seulement 48 pour Orange. A eux seuls, les deux opérateurs enregistraient 202,5 promotions.

Le leader du marché reste toutefois en tête si l’on ne compte que les promotions mobiles avec ses 343,5 unités contre 175,5 pour Expresso et 81 pour Tigo. Le trio a donc fait 600 promotions permettant de téléphoner pas cher avec un téléphone portable dans le pays.

Expresso revient à la tête sur le segment de l’Internet. Il avait en effet proposé 201 promotions contre 177 pour Orange et 24 pour Tigo.

Des offres atteignant la qualité des services

 

Beaucoup de Sénégalais sont passés par ces offres pour effectuer des appels internationaux et nationaux plus longtemps. La plupart n’ont pas vraiment été satisfaits. En effet, la qualité de service (QoS) ne correspondait pas à leurs attentes. Il arrive que les appels soient interrompus inopinément ou n’aboutissent pas. Face à tels problèmes, M. Faty milite pour un encadrement de ces offres. Selon ses propos, un opérateur ne devra pas en proposer sans être sûr de la capacité de ses réseaux à prendre en charge le volume d’appels qui va y passer. Mais malheureusement, l’ARTP n’aura aucun mot à dire en ce qui concerne la politique commerciale des acteurs du marché. 

Tunisie : des applications VoIP bientôt bloquées

0

 

Les applications VoIP telles que Skype ou Viber offrent la possibilité de téléphoner pas cher vers n’importe quelle destination à travers le monde. Il est donc normal que les internautes s’orientent vers ces solutions, notamment depuis l’arrivée de la 3G en Tunisie. Face à l’engouement des abonnés pour ce type d’application, les opérateurs téléphoniques locaux craignent cependant une congestion du réseau.

Ils ont ainsi récemment annoncé que les services de Skype et Viber seraient bloqués à partir du mois d’octobre. Il ne sera donc plus possible de réaliser des appels internationaux ou locaux à partir de ces applications. Cependant, les opérateurs tiennent à préciser que seule une partie des abonnés sera concernée par cette mesure.

Le blocage de Skype et Viber ne s’appliquera qu’à certains types de clients. Ceux ayant souscrit un forfait post payé ou professionnel continueront de bénéficier des services d’applications VoIP. Ceux disposant d’un abonnement via une clé 3G pourront également continuer d’en profiter pour appeler à l'étranger ou effectuer des appels locaux. Toutefois, les autres abonnés ne sont pas délaissés puisque les opérateurs proposeront de nouvelles formules afin de remédier au blocage du VoIP.

Les utilisateurs n’entrant pas dans les catégories de forfaits ci-dessus bénéficieront ainsi d’un quota de téléchargement plus important, et ce, dans la limite de leur abonnement. Le risque de congestion du réseau reste en effet toujours réel. Il s’avère d’ailleurs que les trois opérateurs nationaux ont pris la décision de supprimer l’accès au service 0.facebook.com pour tous les clients.

 

Au final, pour téléphoner en Algérie ou ailleurs et surfer sur Internet, l’utilisateur n’aura d’autres choix que d’opter pour la formule répondant le mieux à ses besoins. 

Téléphonie mobile : les arnaques se multiplient

0

 

115% »>

Des numéros étrangers en cause

Si le téléphone permet d’effectuer des appels internationaux ou d’aller sur le net, il semble qu’il soit également utilisé pour réaliser des arnaques à grande échelle. De nombreux abonnés tunisiens révèlent en effet avoir reçu des messages trompeurs leur invitant à appeler un numéro surtaxé pour retirer leurs lots. Un colis, une importante somme d’argent ou une voiture sont promis aux personnes contactées. Durant l’appel, leur compte est cependant débité sans qu’elles le sachent.

 

Les opérateurs sont évidemment situés à l’étranger et le client tombe le plus souvent sur une boîte vocale. On remarque ainsi que les arnaqueurs n’hésitent pas à appeler en tunisie pour commettre leurs méfaits. Il est d’ailleurs certain que d’autres pays soient également concernés.

Les opérateurs mobiles tunisiens appellent à la vigilance

Face aux messages demandant d’appeler à l'étranger, les opérateurs mobiles tunisiens appellent les consommateurs et abonnés à la vigilance. Ils révèlent qu’il s’agit essentiellement d’arnaque et qu’il n’existe aucune récompense. Ils invitent ainsi leurs clients à ne pas rappeler les numéros étrangers et annoncent la mise en place de mesures de prévention pour limiter les risques. Pour le moment, il est conseillé de ne pas répondre à ce genre de messages et de contacter directement son service client dès réception de SMS douteux.

 

L’apparition de ces cas d’arnaque n’a cependant pas affecté le fonctionnement des différents services puisqu’il est toujours possible de téléphoner pas cher à l’étranger ou dans le pays. Il est également possible de surfer sans risque. Toutefois, il semble que le moyen de lutte le plus efficace reste la mise en place d’une plateforme d’alerte commune comme il en existe en France.

Togo : Moov sujet de sanctions pécuniaires

0

 

Depuis ses débuts, l’opérateur togolais Moov s’est positionné comme le principal concurrent de Togocel. Il a toutefois su se démarquer grâce à ses offres d’appels internationaux ou locaux intéressantes, mais également grâce à sa force de communication originale. S’il bénéficie d’un certain prestige, Moov vient cependant de tomber sous le coup d’une amende de l’Autorité de réglementation des secteurs des postes et télécommunications. L’opérateur est ainsi tenu de verser un milliard de francs CFA à l’État pour non-respect du cahier des charges établi.

Moov doit en effet ouvrir 30 % de son capital aux personnes physiques ou morales de nationalité togolaise. Seuls 5 % d’actions ont pourtant été mises à dispositions des Togolais. L’affaire n’a semble-t-il pas encore eu d’impact sur les services fournis puisqu’il est toujours possible de téléphoner pas cher.

 

Moov n’a pas encore réagi

Aucune déclaration n’a été faite du côté de Moov malgré l’importance de la sanction. L’ARTP l’a cependant exhorté à se plier rapidement à ses obligations. Pour rappel, l’opérateur permettant de téléphoner moins cher sur le réseau national n’en est pas à sa première controverse. Il avait déjà été suspendu en 2009 pour ne pas avoir renouvelé sa licence qui coûtait 20 milliards de francs CFA à l’époque. Il a toutefois repris ses activités en 2010 après avoir accepté le paiement de 25,750 milliards de francs CFA.

 

Les abonnés ont ainsi à nouveau pu mso-bidi-font-family:Calibri;mso-bidi-theme-font:minor-latin;color:black »>ou d’autres pays. En plus du paiement de l’amende réclamé par l’Autorité de réglementation des secteurs des postes et télécommunications, Moov est également appelé à honorer un nouveau cahier des charges.

Nexxtel : le 3ème opérateur mobile au Cameroun entre sur le marché

0

 

La filiale commerciale Viettel de l’opérateur de téléphonie Nexxtel  a commencé à démarrer ses activités jeudi dernier au Cameroun, selon l’APA. On a constaté l’intérêt que porte particulièrement la population camerounaise à cet événement. Cette dernière est venue en masse auprès des agences de l’entreprise, de la capitale Yaoundé, pour acquérir de nouvelles puces et de nouveaux téléphones portables.

 

Objectifs de l’opérateur mobile Nexxtel

 

Ce troisième opérateur mobile du Cameroun s’est fixé plusieurs objectifs depuis son entrée sur le marché de la téléphonie au Cameroun. Permettre à ses clients de téléphoner moins cher figure parmi l’un de ses principaux objectifs. Il propose donc des tarifs de communication accessibles à tous et compétitifs. Ces offres ne se limitent pas seulement à l’échelle nationale, cela concerne également les appels internationaux.  Ses usagers pourront donc appeler au Sénégal par exemple, à un coût très abordable. Il envisage également la baisse des tarifs de connexion internet de 15 à 20%.

 

Une entrée en service pouvant être positive pour le développement économique du Cameroun

 

Nexxtel prévoit une large couverture du territoire camerounais d’au moins 85% au démarrage. Une nouvelle qui en ravira plus d’un, puisque beaucoup pourront profiter de ses services afin de téléphoner moins cher et d’avoir accès à internet. La création de 6300 emplois directs et indirects est également prévue, ce qui entraînera un essor économique considérable pour la population et le pays.

 

L’opérateur s’engage donc à une excellente qualité de service pour offrir à ses clients une meilleure couverture réseau, mais aussi en leur proposant des tarifs défiant toute concurrence. Il promet également plus de rapidité et de fiabilité pour les téléchargements ou transmissions de données grâce à la 3G qui est la troisième génération de téléphonie mobile.

Téléphonie fixe en Algérie : marché ouvert à la concurrence

0

Le marché de la téléphonie fixe en Algérie sera bientôt ouvert à la concurrence, selon les déclarations du ministre algérien de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, Zohra Derdouri.

 

Présence de concurrents : un avantage certain pour les usagers

 

Il n’existe actuellement qu’un seul opérateur de téléphonie fixe en Algérie. La décision des entités compétentes d’ouvrir ce marché à la concurrence ne pourra qu’être bénéfique pour le pays et surtout pour les usagers de la téléphonie fixe. Cela entraînera certainement une baisse des prix des services de la part de cet unique opérateur et permettre ainsi à la clientèle de téléphoner moins cher. De plus, les coûts des autres services comme appeler à l’étranger pourraient également diminuer considérablement.

L’arrivée d’opérateurs concurrents qui voudront gagner le marché de la téléphonie fixe apportera de multiples avantages aux usagers. Téléphoner pas cher sera alors accessible à tous. Les offres seront ainsi variées. Que cela soit pour les services d’internet ou d’appel, les consommateurs auront donc enfin le choix.

 

Téléphonie mobile : de nouveaux opérateurs également

 

 

Le ministre algérien Zohra Derdouri a également annoncé l’ouverture prochaine du marché aux opérateurs de téléphonie mobile intéressés de s’implanter en Algérie. Cela constituera une petite révolution dans le monde de la communication pour le pays, étant donné qu’un marché étendu dans le domaine apportera un développement et une évolution rapide du pays dans le secteur de la télécommunication et des nouvelles technologies. Outre la création d’emplois pouvant être engendrée par l’implantation de nouvelles sociétés de télécommunication, les tarifs seront concurrentiels pour une meilleure satisfaction des usagers. Téléphoner en Algérie sera donc beaucoup plus abordable très prochainement, sans parler des autres services qui pourront être mis en place.

Téléphonie mobile au Cameroun : la numérotation à 9 chiffres mal reçue

0

 

Annoncé depuis quelque temps, le passage au numéro à neuf chiffres devrait prendre effet d’ici novembre 2014. Beaucoup de Camerounais ne comprennent cependant pas encore la nécessité de cette évolution.

 

Un énième changement ?

S’il n’a normalement aucune incidence sur les appels internationaux ou locaux, le passage à la numérotation à neuf chiffres ne semble pas susciter d’intérêt auprès des Camerounais. Certaines personnes pensent même que ce changement risque de nuire aux habitudes des usagers qui ont commencé à prendre leurs marques avec les précédents numéros. Après le passage à sept chiffres en 2001 puis à huit chiffres en 2007, ces derniers devront en effet s’habituer à des chiffres supplémentaires, et ce, en sachant qu’un code international devra par exemple être saisi pour appeler à l'étranger. Au final, la plupart des abonnés téléphoniques s’interrogent sur la nécessité de passer une telle étape. D’autres affirment qu’ils ne se sont pas encore familiarisés au nouvel opérateur Nexttel que cette annonce semble déjà leur tomber dessus.

 

Ne pas être à la traîne

 

Après la possibilité de téléphoner pas cher ou de se connecter depuis son mobile, le passage au numéro à neuf chiffres doit être interprété comme une évolution. Les professionnels avancent que la modernisation de la technologie suffit à justifier ce changement. D’ailleurs, le Cameroun s’apprête à adopter cette nouvelle numérotation à partir du 21 novembre 2014. Si les avis sont encore partagés quant à l’arrivée des numéros à neuf chiffres, on sait toutefois que celle-ci ne devrait avoir aucune incidence sur le déroulement des activités quotidiennes des usagers. Téléphoner au Sénégal ou dans un autre pays se fera en effet toujours de la même manière. Il en sera de même pour les autres utilisations du téléphone — connexion à Internet, envoi ou réception de messages textes, etc. – même si les opérateurs téléphoniques n’ont encore fait aucune déclaration sur le sujet.

Restructuration du marché des Smartphones : Sony s’inquiète des éventuelles pertes

0

Sony traverse actuellement une situation financière difficile. Le groupe perd en effet beaucoup d'argent à cause de sa division mobile qui peine à s'en sortir. Durant la présentation des résultats du premier trimestre pour l'exercice 2015, il a ainsi annoncé de nouvelles pertes d'exploitation.

 

Plus de 910 millions d'euros de pertes

 

Les Smartphones Sony servent autant à appeler à l'étranger ou ailleurs qu'à surfer sur Internet. La division mobile du japonais ne cesse d'ailleurs de mettre à jour ses appareils en ciblant essentiellement le milieu de gamme. Aujourd'hui pourtant cette branche provoque une grande partie de ses pertes. Les Smartphones de la marque se vendent en effet très mal et les pertes s'élèveraient à plusieurs millions d'euros. La division mobile a d'ailleurs connu une dépréciation importante entre juillet et septembre 2014. Au total, l’entreprise compte 910 millions d'euros de pertes. Sony prévoit ainsi une restructuration importante de ses effectifs avec près de 1 000 emplois qui seront bientôt supprimés. Aucun détail supplémentaire n'a été donné, mais il est fort probable que l'entreprise délaisse son activité téléphonique et que téléphoner pas cher avec un appareil Sony ne sera plus qu'un souvenir.

 

Des résultats en chute libre

 

 

Si passer des appels internationaux ou surfer sur le net est possible sur les Smartphones Sony, le succès des appareils n'a cessé de baisser au cours des dernières années. La croissance des téléphones chinois ainsi que l'incapacité de l'entreprise à pénétrer sur le marché américain ont en effet provoqué la chute libre de ses résultats. Les autres divisions électroniques ont également été affectées. Toutefois, la marque peut se consoler avec le succès des Smartphones de la série Z en France. Elle est en effet troisième sur le marché et ses appareils servent autant à téléphoner en Algérie ou en France qu'à naviguer sur la Toile. 

Airtel RDC : un nouveau visage à sa tête

0

 

 

Airtel RDC accueille son nouveau dirigeant. Après quatre ans passés au Niger, Alain Kahasha est en effet nommé à la tête de la filiale congolaise de l’opérateur.

 

Un natif à la tête d’Airtel RDC

Alain Kahasha a été récemment porté à la tête d’Airtel RDC. Après avoir dirigé la filiale du groupe au Niger, ce natif a été désigné pour relancer la branche au RDC. Cette dernière est elle-même actuellement dirigée par l’ancien manager d’Airtel Niger. Au final, il n’y a donc eu qu’une permutation entre les deux entreprises. Celle-ci a été réalisée dans le cadre de la feuille de route managériale initiée par la compagnie Bharti déjà connue pour ses offres d’appels internationaux et autres services de téléphonie. Aujourd’hui, Airtel RDC possède 15 % du marché et s’apprête à relever de nouveaux défis pour renforcer son développement et faire face à la concurrence. Téléphoner moins cher sera non seulement possible, mais de nouveaux services devraient également voir le jour.

 

Airtel : troisième opérateur en RDC

 

Avec ses nombreuses offres – possibilité d’appeler à l'étranger, d’envoyer des messages à moindre coût, surfer sur Internet, etc. —, Airtel RDC se positionne comme le troisième opérateur national après Vodacom et Tigo. Interrogés sur les atouts proposés par l’opérateur, les abonnés mettent d’ailleurs en avant ses offres et services, sa tarification abordable et la qualité de son signal. On note par ailleurs que la clientèle d’Airtel RDC est essentiellement composée d’adultes de plus de 35 ans, dont des femmes en grande partie. Près de 17 % d’entre elles ont choisi l’opérateur pour ses services. La plupart des abonnés soulignent d’ailleurs qu’Airtel propose une qualité de signal inégalée par rapport aux autres opérateurs. Téléphoner au Sénégal ou ailleurs se fait ainsi sans perte de réseau. Il ne devrait donc relativement pas avoir de problèmes quant à l’évolution attendue par l’opérateur.

Cameroun : le 4e opérateur mobile Camtel fait son entrée

0

 

 Après avoir cédé sa place à MTN au début des années 2000, Camtel annonce son retour en force sur le marché de la téléphonie mobile. En effet l'opérateur camerounais a dernièrement reçu une licence 3G pour exploiter un nouveau réseau.

 

Une deuxième licence 3G au Cameroun

 

Camtel dispose déjà du monopole de la pose de fibre optique et de la téléphonie permettant d'appeler à l'étranger depuis un poste fixe. Récemment, il a annoncé son arrivée sur le marché camerounais de la téléphonie mobile via Cameroon Mobile Telecommunications, sa filiale dans ce segment. L'opérateur a obtenu concrètement la deuxième licence 3G du pays. Il aura donc la possibilité d'exploiter ce réseau à partir de janvier 2015 même si pour déployer ses infrastructures, il devra faire appel à un partenaire stratégique. La mise en place du réseau 3G implique en fait d'importants investissements techniques et financiers. Toutefois, son arrivée dans la téléphonie mobile est la bienvenue étant donné qu'elle relance la concurrence dans le secteur. Les appels internationaux et locaux ainsi que la connexion Internet pourront donc désormais se faire depuis le mobile.

 

Un concurrent pour Nexttel

 

 

Ayant reçu sa licence d'exploitation début septembre, Nexttel a été le seul opérateur à proposer le haut débit dans ses offres. En plus de pouvoir téléphoner pas cher, ses abonnés avaient également la possibilité de naviguer sur Internet de manière confortable. Le retour de Camtel devrait relancer la concurrence, dans la mesure où l'opérateur dispose de la deuxième licence 3G du pays. Orange et MTN ne sont pas encore autorisés à exploiter ce réseau. Camtel devrait ainsi étendre ses services et développer de nouvelles offres adaptées à l'utilisation du haut débit. L'opérateur prévoit d'ailleurs déjà de couvrir les zones encore délaissées par les autres. Non seulement les nouveaux utilisateurs pourront téléphoner au Sénégal ou partout dans le monde, mais également bénéficier des avantages inhérents à la 3G.

Téléphonie mobile en Europe : libre accès des portables pendant les vols

0

Les communications téléphoniques seront désormais possibles dans l’avion. L’Agence européenne pour la sécurité aérienne (AESA) a en effet donné son accord pour permettre aux passagers de téléphoner moins cher, envoyer des messages ou se connecter à Internet à bord des appareils.

 

Les appareils communicants autorisés en vol

 

L’Agence européenne pour la sécurité aérienne a annoncé de nouvelles mesures relatives à l’utilisation des appareils communicants en vol. Les compagnies qui le souhaitent pourront en effet autoriser leurs clients à appeler à l'étranger ou aller sur Internet dans l’avion. L’AESA assouplit ainsi ses restrictions puisqu’elle avait déjà autorisé l’utilisation du réseau cellulaire dès l’atterrissage. Auparavant, les passagers devaient attendre l’arrivée au point de stationnement avant d’utiliser leur téléphone. Ils ont désormais la possibilité d’appeler en Tunisie ou ailleurs durant toutes les phases du vol : décollage, atterrissage, vol, etc. Seules les compagnies desservant l’Europe sont pour l’instant concernées par cette mesure. Les autres n’ont encore fait aucun commentaire sur le sujet.

 

Communication sans fil en avion : des tests déjà en cours

 

 

En novembre 2013, l’utilisation d’appareils électroniques avait été autorisée durant les phases de décollage et d’atterrissage. La France a ensuite été l’un des premiers pays à autoriser les communications en 2G, 3G puis 4G durant le vol. Les autres pays du continent se sont alignés sur cette décision et, d’ici quelques mois, il est certain que les communications sans fil seront possibles sur tous les vols européens. Actuellement, les compagnies aériennes sont en phase de test et déploiement des relais GSM. Ces derniers permettront de téléphoner ou se connecter à Internet durant le vol. Au niveau des tarifs, il est probable que des frais d’itinérance seront appliqués à toutes les communications. Ceux qui espéraient téléphoner pas cher seront certainement déçus, toutefois on ne sait pas encore si la situation évoluera ou non.

Les révélations d’Orange lors de sa troisième grande messe annuelle

0

Sans conteste, Orange est le leader du marché de la téléphonie mobile et de la fourniture d’accès Internet en France, et ce, malgré le tarif (très) réduit accordé par son concurrent Free mobile aux appels internationaux. Il ne compte toutefois pas rester les bras croisés face à celui-ci et ses autres rivales. Pour préserver sa place, voici les nouvelles armes qu’il vient de révéler lors de sa 3e messe.

 

Fibre, 4G, 4G+ et Polaris, entre autres

Les messes annuelles sont l’occasion pour Orange de dévoiler ses nouveautés. Lors de cette troisième messe, toutefois, Stéphane Richard, son PDG, n’a pas manqué d’encenser le réseau-maison, à savoir la fibre et la 4G, dont le déploiement se poursuit dans le pays. Appeler à l’étranger via téléphone mobile ou voix sur IP sera encore plus intéressant à partir de l’année prochaine en France. En effet, l’opérateur compte déployer la 4G Plus à partir de la fin d’année. Mais la plus importante nouvelle, la première partie de son discours, est Polaris. Cette interface unifiée a été lancée sur le marché dès le lendemain de cette annonce.

L’opérateur mise de plus en plus sur l’éducation

Permettre à ses clients de téléphoner en Algérie ou vers une autre destination à des meilleures conditions ne suffit plus pour augmenter ses parts sur le marché. Orange le sait bien et s’est ainsi décidé à miser sur ses produits non liés à la téléphonie mobile. Parmi les nouveautés en matière d’éducation, que son PDG a annoncées, figurent MOOC, une application de cours en ligne et le deuxième volet d’Orange Beacons, un service de déploiement de cours en classe.

 

D’autres secteurs recevront également des nouveautés venant d’Orange dans les mois qui viennent en ne citant que l’automobile, la santé, l’énergie et le Big Data. L’opérateur semble donc être conscient que permettre à ses clients de téléphoner pas cher, comme le fait Free, peut lui coûter sa place de leader. D’où la raison de sa diversification. 

Maroc Telecom lance une offre illimitée

0

 

La concurrence est de plus en plus rude sur le secteur de la téléphonie mobile au Maroc. C’est une bonne nouvelle pour les utilisateurs. Ces derniers peuvent en effet encore espérer téléphoner moins cher qu’aujourd’hui. Une preuve vient d’ailleurs de surgir : une offre illimitée vient d’être lancée par Maroc Telecom.

 

Un moyen de lutter contre le phénomène Inwi

Inwi a réussi à faire de l’ombre à l’opérateur historique marocaine en lançant récemment la première offre télécom illimitée dans le pays. Pas question, toutefois, pour Maroc Télécom de se laisser faire. Au début du mois d’octobre 2014, celui-ci lance une offre similaire. Celle d’Inwi est toutefois plus avantageuse en matière d’appels internationaux. Elle permet en effet de téléphoner en Algérie et vers 30 autres pays étrangers. L’offre de Maroc Telecom, elle, est limitée à 18 destinations. Elle ne dispose cependant d’aucune limitation sur la voix alors que celle d’Inwi ne peut concerner que 100 contacts pour 150 heures d’appel. À noter, pour les deux offres, qu’il y a facturation des appels et SMS en Roaming.

 

Moins d’Internet que l’offre d’Inwi pour un prix similaire

Si l’offre illimitée d’Inwi vient avec l’Internet 3G+, celle du Maroc Telecom ne sera disponible qu’avec un débit de 14,4 Mbps. L’opérateur traditionnel devra donc revoir ce point pour pouvoir endiguer la montée de son adversaire. Par ailleurs, le prix de son offre est le même que celui de l’abonnement avec mobile d’Inwi, à savoir 649 dirhams. Il est important de le préciser, le rival de Maroc Telecom a une version sans mobile de son offre illimitée.

 

Cette nouveauté de l’opérateur historique ne peut que réjouir les Marocains, eux qui ont toujours rêvé depuis longtemps de téléphoner pas cher et même en illimité au Maroc et vers l’étranger. 

Téléphonie mobile en Égypte : les abonnés se plaignent des services

0

En Égypte, les abonnés se plaignent de la mauvaise qualité de la téléphonie mobile. La détérioration des services fournis par Mobinil, Etilasat et Vodafone serait en cause.

Egypte : mauvaise qualité des appels

Téléphonie en Égypte : des coupures répétées

Appeler à l'étranger ou se connecter à Internet se fait au prix de nombreux sacrifices en Égypte. Les utilisateurs de la téléphonie mobile se plaignent en effet de la qualité médiocre du service fourni par les opérateurs. Un rapport trimestriel publié récemment par l’Autorité nationale de régulation des télécommunications révèle d’ailleurs que Mobinil, Vodafone et Etilasat seraient incapables de répondre aux besoins de leur clientèle. Pour la qualité de la communication et donc des appels internationaux ou locaux, Etilasat remporte la palme du plus mauvais opérateur au Caire. Vodafone détient celle du plus mauvais réseau dans les gouvernorats. Naturellement, les services Internet ne sont pas épargnés puisque la vitesse de connexion n’est pas satisfaisante d’un opérateur à l’autre. Pour ces derniers, le problème serait dû aux coupures fréquentes du courant électrique.

Modernisation et extension des réseaux en stand-by

Pour les opérateurs, téléphoner moins cher et bénéficier de services Internet de qualité ne sera réellement possible que si le gouvernement trouve une solution aux coupures énergétiques de plus en plus courante. Vodafone a par exemple annoncé son intention d’investir dans l’énergie solaire pour résoudre le problème. Les autres opérateurs pourraient suivre son exemple. Toutefois, plusieurs experts interrogés remettent en cause la raison évoquée pour justifier la détérioration du service. Ils révèlent que l’arrêt de la modernisation et l’extension des réseaux provoquent le problème actuel. Le réseau existant est en effet insuffisant pour répondre aux besoins des usagers souhaitant par exemple appeler Maroc, surfer sur le Net ou téléphoner à leurs proches. Or, aucun des trois opérateurs n’a envisagé d’améliorer ses infrastructures depuis 2006. Il semble qu’ils préfèrent se disputer sur les prix et non améliorer la qualité du service fourni.

1ère conférence mobile 360-Africa : MTN sera le commanditaire platine officiel

0

 

La première conférence des femmes africaines connectées aura lieu du 5 au 7 novembre 2014. MTN a d'ores et déjà été annoncé comme le commanditaire platine officiel.

 

Un événement d'envergure sur la téléphonie mobile

L'organisation de la conférence Mobile 360 se précise : le Clock Tower Conference Centre du Cap a été choisi pour abriter l'événement qui se tiendra du 5 au 7 novembre 2014. Celui-ci sera l'occasion d'étudier la manière de renforcer le développement économique et social de la région grâce à la téléphonie mobile. Les appels internationaux ou messages textes ne constituent effectivement pas les seules opportunités offertes par le secteur.

D'autre part, l'événement permettra également de mettre en avant les femmes qui prendront désormais davantage part au développement de l'économie mobile. Téléphoner pas cher et se connecter en haut débit à Internet sont les nombreuses évolutions de cette industrie. La participation active des femmes devrait toutefois apporter de nouvelles solutions.

 

Les femmes pour développer le secteur de la téléphonie mobile

La participation des femmes à l'essor de l'économie numérique sera au cœur de la conférence Mobile 360-Africa. Elle se fera à travers le programme « Femmes Connectées » visant à offrir de nouveaux services et outils pour réduire l'écart existant en termes de connectivité et compétences numériques avec les hommes. Au-delà de pouvoir téléphoner au Sénégal ou ailleurs et se connecter sur Internet, la téléphonie mobile devrait apporter des bénéfices significatifs aux femmes à travers le monde. À noter que le programme « Femmes Connectées » rassemble déjà 10 millions de personnes.

 

Par ailleurs, il faut savoir que la conférence Mobile 360 verra l'intervention de chefs d'entreprises et cadres de sociétés œuvrant dans la téléphonie mobile. Ces derniers prendront part à des conférences, entretiens et présentations pour discuter des tendances et questions importantes relatives au secteur. La possibilité de téléphoner moins cher ne sera probablement pas au centre des débats, mais il est certain que des évolutions probantes verront le jour dans un avenir proche. 

Téléphonie mobile : Méditel projette de conquérir le marché du prépayé

0

 

Soucieux de renforcer sa présence dans la téléphonie mobile, Meditel s’attaque au marché du prépayé. L’opérateur vient en effet de lancer une opération commerciale visant à séduire les clients de ce segment.

 

100 Smartphones par jour durant le mois d’octobre

Avec le prépayé, l’abonné a la possibilité de téléphoner moins cher et contrôler ses dépenses de téléphonie mobile. Il peut profiter des diverses offres sans crainte d’exploser son budget à la fin du mois. Ainsi, nombreux sont les opérateurs à se faire concurrence dans ce segment. Meditel, qui propose les appels internationaux, SMS et autres forfaits Internet dans ses offres, a d’ailleurs récemment annoncé son souhait de renforcer ses parts de marché dans le prépayé.

Un jeu-concours avec cadeaux à la clé a même été initié pour séduire les clients. Au final, 100 Smartphones seront distribués chaque jour aux abonnés les plus chanceux afin de généraliser l’accès à l’Internet mobile et autre fonctionnalité du téléphone intelligent.

 

La téléphonie mobile en pleine croissance au Maroc

Au Maroc, le marché de la téléphonie mobile connaît une forte croissance. Le régulateur du marché local annonce d’ailleurs une hausse de 50 % du parc d’appareils mobile entre 2012 et 2013. Avec la vulgarisation des Smartphones, les professionnels s’attendent toutefois à une évolution encore plus importante du secteur. Appeler à l'étranger, envoyer des messages à ses proches ou se connecter à Internet ne sera plus la seule possibilité offerte à l’abonné. De nouveaux services verront certainement le jour, car le potentiel du secteur est énorme.

 

Les applications pour Smartphones représentent par exemple un marché important au même titre que la publicité mobile qui devrait croître rapidement. Téléphoner au Maroc n’est d’ailleurs déjà plus la principale fonction du mobile. Ce dernier sert surtout à se connecter sur Internet. Selon les chiffres de l’ANRT, 25 % du trafic Internet local serait dû aux Smartphones.

Viettel au Cameroun : face à d’importants problèmes de leadership en interne

0

 

Viettel, troisième opérateur camerounais de téléphonie mobile, fait actuellement face à des problèmes de gestion interne. Les administrateurs n’arrivent en effet pas à s’entendre sur le management de l’entreprise.

 

Viettel fait face à des dissensions internes

Avec ses offres d’appels internationaux, de messages ou de connexion mobile, Viettel s’est positionné comme le troisième opérateur de téléphonie mobile au Cameroun. Si l’entreprise a su imposer sa marque Nexttel dans le pays, elle fait cependant face à une crise interne due aux mésententes entre les administrateurs. La direction générale attribuée à la partie vietnamienne refuse de suivre les engagements financiers de ses adjoints camerounais. Elle les accuse en effet de laxisme et d’engagements inconsidérés or, la double signature est exigée pour tout engagement et contrat souscrit par l’opérateur conformément à la décision du tribunal de première instance de Yaoundé-Ekounou. Résultat : le paiement des fournisseurs et des annonceurs est bloqué depuis deux mois.

Téléphoner pas cher et profiter des offres de l’opérateur mobile devraient donc être difficile tant que le problème ne sera pas résolu.

 

La partie vietnamienne accusée de s’approprier les postes sensibles

Du côté des administrateurs camerounais, les agissements de la partie vietnamienne sont pointés du doigt. Le directeur général Vu Khanh Duy est en effet accusé de s’approprier les postes sensibles pour les confier à des compatriotes. L’opérateur permettant d’appeler à l'étranger et bénéficier de diverses offres de téléphonie mobile serait ainsi en grande partie géré par des Vietnamiens. Seuls 9 postes sur 56 sont attribués à des Camerounais.

 

Par ailleurs, on apprend que les personnes appelées par le directeur général sont en situation irrégulière et n’ont aucune maîtrise des réalités et exigences locales. Les produits lancés par Nexttel ne rencontrent de ce fait aucun succès auprès des consommateurs. Qu’on puisse appeler mobile Maroc ou surfer sur son Smartphone ne séduit ainsi plus ces derniers qui se tournent désormais vers les autres opérateurs. 

Licence télécom : Alpha Telecom en Mali face à de nombreuses difficultés

0

 

Alpha Telecom, troisième opérateur de téléphonie mobile au Mali, peine à mettre en exploitation sa licence télécom. L’opérateur ne semble effectivement pas encore prêt à entrer en activité depuis la signature de concession réalisée avec l’État en février 2013.

 

L’opérateur fait face à des difficultés techniques

Alpha Telecom a annoncé les travaux de mise en place de son réseau au début de l’année 2014. Ceux-ci auraient dû offrir la possibilité de téléphoner moins cher et bénéficier rapidement des offres de l’opérateur. Jusqu’à aujourd’hui, les travaux n’ont cependant pas encore abouti. Certains chantiers ont même été mis à l’arrêt en raison de plaintes déposées par les riverains. Au quartier Niaréla par exemple, les habitants ont obtenu la suspension des travaux pour désagréments environnementaux.

Appollinaire Compaoré, président-directeur général d’Alpha Telecom, doit de son côté faire face à des poursuites judiciaires de la part de son ancien associé l’accusant d’avoir violé certaines obligations suite à l’obtention de la licence mobile. Du temps risque ainsi de passer avant qu’Alpha Telecom ne permette de téléphoner pas cher sur le marché malien.

 

Des soupçons d’irrégularités pèsent sur l’attribution de la licence mobile 

Outre le non-respect de ses obligations, une autre plainte pèse sur Appollinaire Compaoré. Ce dernier aurait en effet demandé l’assistance de la Société ouest-africaine de développement pour l’aider à acquérir la licence mobile et proposer ainsi aux abonnés des offres d’appels internationaux et locaux. Il a cependant omis de lui payer ses commissions s’élevant à 5 milliards CFA et l’entreprise réclamerait donc des dommages et intérêts de 500 millions CFA en plus du versement des commissions. De forts soupçons d’irrégularités pèsent aujourd’hui sur l’attribution de la licence mobile suite à cette affaire.

 

Les syndicats avaient d’ailleurs contesté l’arrivée d’Alpha Telecom dès le départ et il semble que la possibilité d’appeler portable Algérie ou surfer sur Internet avec un nouvel opérateur ne puisse pas leur faire changer d’avis.

La téléphonie mobile gagne en popularité au Québec

0

 

 

Le nombre de téléphones mobiles en circulation au Québec ne cesse de croître. L’enquête NETendances révèle en effet que de plus en plus d’utilisateurs s’en servent pour effectuer des appels locaux ou appeler à l'étranger.

 

L’utilisation du téléphone mobile en pleine croissance

Le CEFRIO, organisme de transfert et de liaison dans le domaine des technologies de l’information, a publié les résultats de son enquête NETendances : l’utilisation du mobile serait actuellement en pleine croissance au Québec. Le volet « modes de communication » nous apprend en effet que plus de 6 Québécois sur 10 utilisent un téléphone portable pour téléphoner pas cher. Seuls 51 % d’entre eux le faisaient en 2012. Par ailleurs, il s’avère que l’utilisation des outils de communication connectés connaît également une évolution notable.

Près de 65 % des adultes québécois utilisent en effet la messagerie proposée par les réseaux sociaux, la vidéoconférence ou le courriel pour communiquer. Ils étaient seulement 55 % en 2012.

 

Quid de la téléphonie fixe ?

Le téléphone fixe a longtemps été le principal outil de communication pour les appels locaux et appels internationaux au Québec. Depuis l’avènement de la téléphonie mobile, sa part de marché a cependant commencé à chuter. Les 18-24 ans privilégient par exemple le portable comme principal moyen d’échange. Les adultes dont le revenu familial est supérieur à 100 000 dollars l’utilisent également plus souvent, et ce, au même titre que 58 % des Québécois. Selon l’étude, les jeunes adultes, les utilisateurs plus scolarisés et ceux disposant d’un revenu familial élevé préfèrent ainsi le mobile. Il s’avère d’ailleurs que le nombre de foyers délaissant le téléphone fixe ne cesse de croître.

Le mobile et ses nombreux outils Internet séduisent les utilisateurs puisqu’il est possible de téléphoner en Israël ou n’importe où dans le monde avec les outils de communication Internet.

Abidjan : les entreprises de téléphonie mobile dénoncées par les établissements bancaires pour concurrence déloyale

0

En Côte d’Ivoire le téléphone mobile n’est pas uniquement destiné à appeler à l’étranger ou dans le pays. Il est devenu au fil du temps un outil de paiement et même un moyen pour les opérateurs de réaliser des opérations réservées jusque-là aux institutions bancaires. Ces dernières n’ont pas caché leur colère au cours d’un récent colloque qui s’est tenu à Abidjan.

 

Les établissements bancaires demandent plus de vigilance de la part des régulateurs…

Les opérateurs téléphoniques ivoiriens ne permettent seulement pas à leurs clients de téléphoner pas cher. Ils leur donnent également la possibilité de bénéficier de services financiers sans passer par les banques ou les autres organismes de crédits. Réunis au cours d’un colloque qui s’est tenu dans la capitale à Abidjan, des banquiers issus d’une quinzaine de pays pensent qu’il faut mettre une fin à cette pratique. Pour eux, chaque entreprise ne doit pas dévier de son secteur d’activité. Si on fait une analyse des propos avancés, le rôle d’un opérateur téléphonique se limite aux services permettant d’effectuer des appels internationaux et/ou nationaux, et non de réaliser des opérations destinées aux établissements de crédit.

Les participants au colloque ont donc demandé aux régulateurs plus de vigilance concernant le respect des lois en vigueur par les opérateurs de téléphonie.

 

Pour continuer leur croissance

Les établissements bancaires ne sont pas contre les offres des opérateurs permettant à leurs utilisateurs d’appeler au Maroc ou ailleurs en illimité ou à bas prix. Ils ne veulent surtout pas que les entreprises de télécommunication freinent leur croissance avec leurs offres financières parfois exonérées de frais.

 

Pour rappel en effet, rien qu’en Côte d’Ivoire, il existe actuellement plus de 6900 agents bancaires avec près de 500 en moins en 2012. "Les défis de l’émergence pour les pays africains" constituant le thème du colloque ne pourront être réalisés, selon les opérateurs bancaires, si les acteurs du monde de la télécommunication continuent à exercer illégalement en tant qu’établissement de crédit. 

Téléphonie mobile : la baisse des prix continue

0

Le nombre d’abonnés en téléphonie mobile au Maroc ne cesse de croitre, malgré une légère baisse enregistrée entre mars et juin. Avec les vacances d’été et le Ramadan, les ventes sont montées en flèche, et ce,  pour tous les opérateurs. D’où l’occasion pour les utilisateurs de téléphoner en Tunisie à longueur de journée.

 

Des nouveaux abonnés

Ainsi, au troisième trimestre, 963 000 nouveaux abonnés ont fait leur entrée dans le parc de la téléphonie mobile, selon les chiffres émanant de l’Agence nationale de réglementation des télécoms. Ce qui prouve que les Marocains téléphonent de plus en plus, notamment quand il s’agit de téléphoner moins cher.

Les trois opérateurs sur le marché ont largement profité de cette hausse considérable. C’est le cas de Méditel qui a donc rattrapé Inwi à la fin du premier trimestre avec ­686 000 abonnés en plus. Maroc Télécom lui, reste le leader dans ce domaine. Actuellement, il a un actif d’environ 18,38 millions d'abonnés.

Au mois de septembre 2014, le Maroc a enregistré 44,26 millions d’abonnés. 41,96 millions sont en mode  prépayé. Le nombre de  ceux en mode postpayé  a  stagné en restant à 2,29 millions. 

 

Une consommation moyenne de 92 minutes

Pour prouver encore une fois que les Marocains sont très friands de téléphones, notamment quand il s’agit d’appeler à l’étranger,  en un mois, leur consommation dure en moyenne 92 minutes. Là encore, par rapport à l’année dernière, une hausse de 15%  a été enregistrée. Ce qui a évidemment augmenté le trafic à 12,6 milliards de minutes durant le troisième trimestre de 2014. 

 

Parallèlement, les prix de la communication ont baissé, surtout pour la téléphonie mobile. Mesurée par le revenu moyen par minute, une baisse de presque 23% a été enregistrée en passant de 0,43 DH HT à fin septembre 2013 à 0,33 DH HT à fin septembre 2014. Les prix du fixe par contre ne cessent d’augmenter avec 0,69 DH HT à fin septembre 2013 qui est devenu à 0,77 DH HT,  un an plus tard ; soit une hausse de 12%  en un an. Ce qui n’empêche pas les abonnés de passer des appels internationaux. 

Nouvelle promotion millionnaire de Cellcom Guinée : l’un de ses abonnés a gagné le gros lot

0

 

Cellcom Guinée, la société de téléphonie mobile de ce pays propose une nouvelle promotion millionnaire pour ses abonnés. Cette offre permettra aux plus chanceux de remporter jusqu’à 65 millions de francs guinéens ainsi que d’autres lots tout aussi attractifs. L’objectif étant de donner la possibilité aux abonnés de téléphoner pas cher au Sénégal.

 

Un heureux fonctionnaire de l’état

Ainsi, au mois d’octobre 2014, le chèque de 65 millions de francs a été remis à  Manguétam Bangoura. Ce fonctionnaire travaillant au sein du ministère de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes n’a pas caché sa satisfaction après la cérémonie de remise. 

Dans ses premières déclarations, il a expliqué qu’il a en partie pu remporter ce chèque, grâce à son épouse. « C’est elle qui m’avait demandé de lui envoyer des unités ; et c’est cette opération qui m’a permis de gagner. Je lui dédie bien évidemment cette grande victoire. Nous allons en profiter ensemble », raconte-t-il avec une certaine fierté. Il  a ajouté que l’argent irait dans la construction d’une école avec six classes. « Je ne vais pourtant pas arrêter de jouer. En même temps, j’encourage tous les autres abonnés à prendre part aux jeux et autres concours organisés par Cellcom ». Car tout le monde mérite de gagner et de pouvoir téléphoner moins cher.

 

« Une victoire dédiée à ma femme »

Mais ce cinquantenaire aime surtout raconter comment il a eu vent de sa victoire. « Je ne m’attendais pas du tout à gagner. C’est ma femme qui m’avait demandé de lui envoyer des crédits pour qu’elle puisse téléphoner Sénégal. Quittant momentanément mon bureau, j’achète deux cartes, dont une de Cellecom, dans un kiosque proche. Ensuite, quelle fut ma surprise en apercevant les trois triangles identiques sur la zone de grattage. Je me suis tout de suite rendu compte que j’ai gagné. Puis, pour me rassurer, je me suis rendu au siège de l’opérateur afin de demander plus de précisions : eh oui, j’ai vraiment gagné », déclare-t-il.

Ce jeu consiste à acheter les cartes de recharges de 10,000GNF et à gratter. L’objectif étant d‘obtenir trois symboles identiques.

 

Avec ce gain considérable, Manguétam Bangoura pourra profiter pleinement des appels internationaux.

2015 : Videotron s’attend à une année chargée grâce à LTE et Apple

0

L’année 2015 sera une année de défi pour la filiale de Québecor. En effet, plusieurs de ses clients en téléphonie mobile arrivent à échéance dans leurs engagements. L’objectif est alors de les faire signer un nouveau contrat. La direction de l’opérateur québécois a alors mis en place une opération de rétention, telle que Manon Brouillette, présidente et chef de la direction l’a annoncé.

 

Toujours là pour les clients

« Il faut donner l’impression à nos clients que nous serons toujours là pour eux. Il faut surtout éviter qu’ils se tournent vers d’autres opérateurs après la fin de leur contrat  » a-t-elle expliqué au cours d’une conférence téléphonique durant laquelle la direction de Québecor a également discuté des résultats obtenus lors du dernier trimestre.  Des résultats qui encouragent l’entreprise à offrir encore plus pour que les abonnés puissent téléphoner moins cher.

Vidéotron est en concurrence avec Bell et Telus. Actuellement, il détient les 12 % de la part du marché. Depuis son entrée dans le secteur, il a vu une progression significative du nombre de ses clients en téléphonie mobile. Si bien qu’à la fin du troisième trimestre de cette année, il comptait 589 400 clients, soit une hausse de 6,9 % si l’on prend les chiffres du trimestre précédent. La plupart de ces clients profitent des tarifs accessibles pour appeler à l’étranger.

 

Jumelage de service

Toujours selon Manon Brouillette, cette stratégie de mise en place ne devrait pas avoir d’influence sur les revenus de l’entreprise. « La stratégie va s’appuyer sur le jumelage des services ». Une stratégie qui devrait toujours permettre aux Québécois de téléphoner pas cher en Tunisie.  

 

Par ailleurs, Vidéotron estime que son réseau mobile LTE est un atout considérable dans ce défi qu’il s’est lancé. En effet, ce réseau permet d’obtenir une meilleure vitesse de transfert de données ainsi qu’une offre de téléphones intelligents Apple. Ces deux offres valables depuis le mois de septembre devraient lui permettre de garder leurs clients. Ces derniers qui pourront poursuivre leurs appels internationaux à des prix modérés. 

Téléphonie mobile : Microsoft réagit après l’émission Cash Investigation

0

 

Suite à la diffusion de l'émission Cash Investigation, Microsoft a tenu à donner sa version des faits quant à la fabrication des appareils de sa division mobile Nokia. L'entreprise met en avant l'approvisionnement responsable sur l'ensemble de sa chaîne logistique.

 

Un approvisionnement responsable

Si les appareils mobiles servent à téléphoner moins cher ou à se connecter à Internet, il semble que les utilisateurs n'ont pas réellement conscience de leurs méthodes de fabrication. L'émission Cash Investigation est donc entrée dans les coulisses des usines pour en savoir plus et révéler au grand jour les pratiques douteuses des constructeurs. Tous les fabricants de smartphones et terminaux mobiles sont concernés et chacun a réagi à sa manière suite à la diffusion du reportage.

Microsoft, par l'intermédiaire de Nokia France, a tenu à donner sa version des faits et répondre aux attaques dont il fait l'objet. Il révèle ainsi que la fabrication de ses appareils mobiles – servant autant à passer des appels internationaux, qu'à prendre des photos ou écouter de la musique – respecte des exigences d'approvisionnement responsable. La marque et ses fournisseurs travaillent en effet dans le souci de préserver les droits humains, l'environnement et l'éthique professionnelle.

 

Respect du droit du travail et extraction responsable

Les terminaux Nokia ne permettent pas seulement d'appeler à l'étranger ou regarder des vidéos. Leur fabrication se fait également suivant des contraintes et principes éthiques particuliers. Microsoft-Nokia a d'ailleurs affiché son soutien à des organisations comme l'ARM, l'IRMA ou le Pact dans sa réponse à la vidéo de Cash Investigation.

 

Il annonce même que sa chaîne logistique de l'électronique est suivie par des organisations comme l'EICC ou le GeSi qui s'assurent que la fabrication se fait dans un souci de développement durable. Les utilisateurs des smartphones du constructeur peuvent donc téléphoner au Maroc et utiliser leur appareil sans crainte sachant que celui-ci n'est pas le fruit d'une exploitation d'hommes et de ressources. 

Téléphonie mobile : 44 millions d’abonnés au Maroc

0

Avec des opérateurs qui continuent de permettre à leurs clients de téléphoner pas cher, le Maroc ne pourra empêcher une forte croissance de son taux de pénétration en téléphonie mobile. Le pays compte désormais plus 44 millions d’abonnés.

 

Un progrès annuel de 7 %

D’après un récent rapport de l’ANRT concernant l’état du marché des télécommunications, il y a eu 44,26 millions de personnes qui utilisent régulièrement leur téléphone mobile pour appeler au Maroc. Ceci représente un progrès de 133,4 % par rapport à l’année 2013 et 2,2 % par rapport au deuxième trimestre.

Chaque parc a contribué à cette croissance. Avec 2,2 millions d’abonnés en effet, le post payé a réalisé un progrès de 12,4 %. Le prépayé, lui, a eu 41,96 millions d’abonnés à la fin du troisième trimestre 2014. Ce qui fait une croissance de 6,8 % par rapport à 2013.

 

Le fixe et les prix de communication en baisse

De moins en moins de Marocains utilisent un téléphone fixe pour effectuer des appels internationaux et nationaux. Ce parc ne comptait plus au 3e trimestre 2014 que 2,57 millions d’abonnés. Il a donc reculé de 14,5 % par rapport à la précédente année. Son taux de pénétration s’est établi à 7,8 %.

Les opérateurs marocains tendent de plus en plus à permettre à leurs utilisateurs de téléphoner moins cher. Le prix a en effet connu une réduction annuelle de 23 % entre fin septembre 2013 et fin septembre 2014, allant de 0,43 DHHT à 0,33 DHHT.

 

Usage moyen sortant et trafic des SMS en hausse

Profitant de la baisse des prix, les utilisateurs de téléphone mobile marocains restent de plus en plus longtemps au téléphone. Ils appellent en effet en moyenne en 92 minutes, soit un progrès de 15 % par rapport à 2013.

Malgré l’émergence des réseaux sociaux, les SMS font encore fureur au Maroc. Ils ont en effet enregistré une hausse de 78 % entre fin septembre 2013 et fin septembre 2014. 

Tunisie : Orange relance une offre prépayée

0

 

L’offre prépayée 3ajab d’Orange a connu un succès auprès des Tunisiens souhaitant bénéficier d’une importante réduction dans leurs appels internationaux et nationaux. Voulant fidéliser ses clients et profiter de cette réussite, l’opérateur a décidé de la relancer.

 

10 fois le montant rechargé…

C’est le bénéfice que l’on peut profiter à vie et en exclusivité avec 5 dinars ou plus en optant pour cette offre prépayée d’Orange Tunisie. Depuis le 1er novembre 2014, tous les clients de l’opérateur ont pu appeler à l’étranger ou dans le pays avec un tarif bien meilleur que l’ordinaire. La minute ne coûte en effet que 28 millimes seulement alors qu’elle est 10 fois plus chère en temps normal.

Contrairement à ce qu’en pensent bon nombre de personnes, cette offre permettant d’appeler en Tunisie à un meilleur tarif n’est seulement pas adressée aux utilisateurs de téléphone mobile. Elle est également valable pour tous les numéros fixes. On peut par ailleurs profiter d’une partie de ses bénéfices avec des recharges inférieures à 5 dinars. Dans ce cas, le bénéfice est de 5 fois le montant rechargé.

 

Et des bonus Internet à profiter

L’offre prépayée 2ajab ne permet seulement pas de téléphoner pas cher. Toutes les personnes qui y souscrivent peuvent également profiter d’un bonus Internet 3G sur son téléphone portable à partir d’une consommation mensuelle de 10 dinars. Des options Internet seront également mises à leur disposition à partir de 500 millimes/option s’ils se rendent au menu *104#.

 

 Orange Tunisie n’a pas fixé une date limite de souscription à cette offre. Il se réfèrera à sa disponibilité en stock pour décider de la fermeture. Ceux qui s’intéressent à ce type de formules ne devront donc pas attendre longtemps pour se rendre auprès d’une boutique ou un point de vente physique de l’opérateur. 

Burkina Faso : une nouvelle numérotation pour la téléphonie fixe

0

Le changement de numérotation est d’actualité dans le monde de la téléphonie en Afrique. Après le Cameroun, le Burkina Faso vient d’en adopter une nouvelle. Cette dernière ne concerne toutefois que la téléphonie fixe. D’ailleurs elle n’a pas d’impact sur le tarif des appels internationaux et nationaux.

 

120 000 abonnés concernés

Le 27 août 2014, le président du Conseil de régulation de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep) a parlé pour la première fois de ce changement. Comme promis, ce dernier a bel et bien eu lieu le 30 novembre 2014 dernier, à 0 heure. Aujourd’hui, appeler à l’étranger se fait via des numéros commençant par 25 ou 24 pour 120 000 utilisateurs burkinabés de téléphone fixe. Pour rappel, le changement n’a concerné que les numéros ayant pour préfixe 50 ou 40. Ceux qui commencent par 20 ont donc été conservés. Leur utilisateur préservera donc le même numéro pour téléphoner au Sénégal ou vers un autre pays de la sous-région.

La création d’espaces supplémentaires pour la téléphonie mobile

Au Burkina Faso, le nombre d’utilisateurs de téléphone mobile ne cesse d’augmenter. Cela est dû notamment à la possibilité de téléphoner moins cher dans le pays depuis quelque temps. Ainsi, si l’ancienne numérotation était conservée, un épuisement serait inévitable. Ce qui a donc incité le gouvernement du pays à adopter un rapport relatif à la programmation de la dénumérotation d’une partie du réseau fixe de l’Office national des télécommunications le mois de juillet 2014. Le changement actuel n’est donc que l’application de ce rapport.

Les opérateurs mobiles sont les principaux bénéficiaires de cet aménagement. Ce dernier a rendu en effet disponible 20 millions de nouveaux numéros, un stock qui n’est pas prêt de s’épuiser avec de très longues années.

Free Mobile : hausse des tarifs de télécommunications pour la Tunisie

0

Free Mobile a perdu son pari de permettre aux Tunisiens de téléphoner pas cher. Ses clients devront en effet supporter un coût de communication plus élevé vers et depuis ce pays. Cette mauvaise nouvelle a été annoncée par l’opérateur dans un courrier daté du 29 novembre 2014.

 

Une application à partir de janvier 2015 sur les appels…

Téléphoner en Tunisie via Free Mobile ne sera plus intéressant qu’aujourd’hui à partir du 1er janvier 2015. Dans un courrier disponible en ligne en effet, le coût des appels depuis la Tunisie vers la Tunisie sera de 4,32 euros contre 0,95 aujourd’hui. Les appels internationaux vers la France, eux, passeront de 0,95 à 6 euros. Les clients qui font régulièrement des appels vers le reste du monde et les numéros spéciaux seront obligés de se plier à une tarification de 6,48 euros par minute contre 2,19 aujourd’hui. Les appels reçus en Tunisie seront facturés à 3 euros la minute contre 0,45 actuellement.

 

Les SMS, les MMS et l’Internet mobile…

Ce n’est pas seulement le rêve de téléphoner moins cher qui est brisé par cette nouvelle, mais également celui de texter et naviguer à un meilleur tarif. Un SMS coûtera en effet 1,20 euro à partir de janvier 2015 contre seulement 0,27 euro aujourd’hui. Le MMS envoyé depuis la Tunisie sera de 7 euros alors qu’il coûte 1,05 euro actuellement. Celui reçu dans le pays aura également un prix de 7 euros contre 0,76.

Le prix de l’Internet mobile par Mo sera quadruplé et passe donc de 3 à 12 euros.

 

Pour des raisons indépendantes de la volonté de l’opérateur

Free n’a pas eu le choix selon le message qu’il a posté en ligne. Il ne fait que s’aligner sur une décision des opérateurs tunisiens d’augmenter le coût des communications. Sur son site d’actualité, l’opérateur a également ajouté une autre raison : les investissements de 1,2 milliard consentis par l’État Tunisie pour l’amélioration des infrastructures de télécommunications. Comme toujours, le coût devra être supporté par les utilisateurs.

Sénégal : forte hausse des communications via les téléphones mobiles

0

Dans un rapport publié récemment, l’Autorité de Régulation des Télécommunications et des Postes sénégalaise révèle que les communications mobiles ont connu une forte hausse au cours du dernier trimestre. Une augmentation de 45 % est en effet observée par rapport à l’année 2013.

 

Plus de 4,59 milliards de minutes cumulées

Selon l’analyse récente remise par l’ARNT, le volume d’appels internationaux et locaux a fortement augmenté au Sénégal. 4,59 milliards de minutes d’appel ont été passées entre juillet et septembre. Or, ce chiffre était de 4,23 milliards entre avril et juin. La différence est encore plus flagrante lorsqu’on compare les minutes d’appel cumulées de cette période à celles de l’année 2013. En effet une hausse de 45 % est observée sur l’ensemble du territoire tous opérateurs confondus. Naturellement, la hausse prend en compte les minutes passées par les abonnés aussi bien pour appeler sur le réseau local que pour appeler à l'étranger. L’Autorité de régulation des télécommunications et des postes révèle que le pic d’appel le plus important s’est produit durant le mois d’août.

 

Le volume de messages échangés également en hausse

Les abonnés sénégalais n’ont pas seulement profité des offres opérateurs leur offrant la possibilité de téléphoner pas cher, ils ont également utilisé leur forfait pour envoyer des messages. Le rapport de l’ANRT fait ainsi état d’une hausse de 6,53 % du volume de SMS échangés d’un abonné mobile à l’autre. 452,42 millions de messages ont été envoyés et reçus rien que durant le dernier trimestre. Pour l’instant, Orange reste le premier opérateur téléphonique sénégalais avec 55,07 % de part de marché. Tigo se trouve en deuxième position avec 24,19 % des abonnés. Il est suivi par Expresso qui détient 20,29 % du marché. Chaque opérateur offre la possibilité de téléphoner en Algérie ou en local et permet de se connecter à Internet à partir d’un mobile.

Cameroun : 4 licences 3G à attribuer

0

Le Cameroun va se doter d’infrastructures 3G dans les prochains mois. Des licences vont en effet être attribuées aux quatre opérateurs.

 

Cameroun : la 3G arrive avec quelques années de retard

Si le lancement de la 3G camerounaise aurait dû se faire entre 2007 et 2010, le haut débit mobile ne serait réellement effectif qu’en 2015. Les licences 3G viennent en effet d’être attribuées aux opérateurs et appeler à l'étranger en visiophonie, se connecter au Cloud ou consulter des vidéos en streaming ne sera possible que lorsque les infrastructures le permettront. Avec ses cinq années de retard, le Cameroun fait figure de bon dernier aux côtés de Madagascar, l’Algérie et les Comores en matière de 3G.

Il était pourtant l’un des premiers à avoir inauguré la 2G sur le continent à la fin des années 90. Les appels internationaux étaient déjà possibles à cette époque, cependant la connexion à Internet se faisait en bas débit. L’octroi des licences 3G et l’arrivée du haut débit mobile devraient néanmoins apporter des évolutions notables en matière de communications.

 

Un marché insuffisant pour quatre opérateurs

Dans un rapport récent, la Banque mondiale a donné son avis quant à l’arrivée de la 3G au Cameroun. Cette nouvelle norme permettra non seulement de téléphoner pas cher en utilisant les applications de VoIP, mais propose également des services indispensables pour séduire de nouveaux clients. Le rapport révèle cependant qu’avec ses 20 millions d’habitants, le Cameroun n’est qu’un marché trop petit pour que chacun des quatre opérateurs puisse rentabiliser ses investissements. Il affirme également que la fracture numérique camerounaise ne cessera de croître à cause des opérateurs qui investiront inévitablement dans les mêmes zones à forte valeur. Le reste du territoire qui s’attend à pourvoir appeler Sénégal ou ailleurs et espérant bénéficier d’offres plus avantageuses sera au contraire délaissé.

Cameroun : MTN lance son offre « Freedom » pour concurencer Orange

0

Les Camerounais abonnés de MTN peuvent désormais téléphoner pas cher grâce à une souscription à une offre dénommée «MTN Freedom». Elle dispose toutefois de concurrents sur le marché local : les forfaits «Plenty Classic, Fun, Relax et Smart».

30 FCFA la minute de communication

Depuis le 28 novembre 2014, les clients de MTN peuvent téléphoner moins cher vers un destinataire local. En souscrivant à la nouvelle offre MTN Freedom en effet, ils ne doivent débourser que 30 FCFA pour une minute d’appel, contre 45 FCFA auparavant.

Avec cette nouvelle formule, MTN Cameroun réaffirme sa volonté d’offrir les tarifs les plus avantageux pour ses utilisateurs en matière d’ appels internationaux et nationaux. Il faut effectivement se le rappeler, en plus du MTN Freedom, l’opérateur dispose déjà d’autres forfaits permettant de profiter d’une meilleure tarification en matière de communication nationale et internationale.

La nouvelle offre permet à l’opérateur d’aligner son plan tarifaire à celui d’Orange Cameroun, son plus grand concurrent. Ce dernier a en effet, depuis mars 2014, des forfaits permettant d’appeler au Cameroun à un tarif de 30 FCFA la minute.

Une façon de fidéliser la clientèle

Ce n’est pas la première fois qu’un alignement tarifaire se fait entre les deux opérateurs. On se rappelle ce moment du lancement de l’offre Plenty d’Orange Cameroun qui s'est tenu seulement quelques jours après l'annonce d’une offre similaire chez MTN Cameroun.

Avec deux opérateurs de plus, Viettel Cameroun et Camtel, l’univers de la téléphonie mobile au Cameroun est en train de changer. Afin de pouvoir fidéliser leurs clients, les deux anciens doivent revoir leur prix à la baisse. Leurs abonnés pourront donc espérer pouvoir appeler au Sénégal à un meilleur tarif dans les mois qui viennent.

Sénégal : la portabilité des numéros vers 2015

0

Développer les services innovants dans le numérique, tel était la principale source de discussion du forum d’échange sur le développement des services à valeur ajoutée organisé à Dakar. Organisé par l’Autorité de Régulation des Télécommunications et des Postes, il avait pour mission également de créer un système national d’adressage. « Ce qui ne devrait être qu’une prémisse à la promotion de l’e-commerce », s’est enthousiasmé Abdou Karim Sall, mais aussi un avantage pour les abonnés qui vont téléphoner pas cher.

Création de valeurs ajoutées

Pour l’association des fournisseurs de service à valeur ajoutée, les acteurs de la télécommunication au Sénégal devraient participer à la création de ces valeurs ajoutées dans la mesure où les grandes économies sont la plupart du temps jugées grâce à la qualité et à la diversité des petites et moyennes entreprises. Par la même occasion, cela devrait démontrer la compétitivité de ce pays sur le marché international. Une compétitivité dont devront encore profiter les utilisateurs et leurs appels vers l’étranger.

Le président de cette association, Moustapha Kane a ainsi précisé que pour une économie comme celle du Sénégal, il faut mettre l’accent sur des services attractifs et innovants, surtout dans le domaine du numérique et celui de la téléphonie afin que les clients puissent en profiter pour appeler en Thaïlande. Même constatation pour le directeur général de l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes, Abdou Karim Sall, qui estime que dans la réalisation d’une grande envergure comme la réglementation de la protection des données personnelles ou le développement des services financiers, il faudrait une implication des professionnels aux côtés des pouvoirs publics.

 

Effective en 2015

L’effectivité de la portabilité figure parmi les grands chantiers entamés en 2014. Elle sera donc effective à partir de l’année 2015. Grâce à elle, les abonnés pourront changer d’opérateur en téléphonie sans toutefois devoir changer de numéro. Mais aussi de pouvoir téléphoner moins cher. « Le processus a été long car des négociations avec les opérateurs ont dû être entamées concernant le parcours du client, la gestion et enfin les tarifs » a conclu Abdou Karim Sall.

Togo : un 3e opérateur en 2015

0

Les Togolais peuvent espérer téléphoner moins cher qu’aujourd’hui dans les mois qui viennent. Un 3e opérateur débarquera en effet bientôt dans leur pays. Cette nouvelle vient d’être confirmée par la ministre en charge des Postes et de l’économie numérique, Cina Lawson.

Pour relever le niveau de la concurrence

Les Togolais auront prochainement une option de plus pour appeler à l’étranger ou vers une destination locale. Il y aura en effet d’ici peu le lancement d’un appel d’offres pour l’attribution d’une nouvelle licence de téléphonie mobile. L’acquéreur aura le privilège de pouvoir proposer des offres 3G et 4G. Ce qui aura pour conséquence la hausse du niveau de la concurrence. Pour pouvoir au moins préserver leur clientèle donc, Togo Cellulaire et Moov seront obligés d’améliorer leur qualité de service. Ils pourront également revoir leur prix à la baisse. Ainsi, téléphoner pas cher pourra ne plus être une utopie pour les Togolais très prochainement.

Linkstone Capital est la société désignée par le gouvernement togolais pour se charger de la conduite de l’opération. Il n’est toutefois pas encore parvenu à terminer les dernières procédures alors que cela fait plus de 6 mois qu’on a annoncé le lancement d’appel d’offres. La confirmation de Cina Lawson permet cependant de croire à une bonne évolution du processus.

Une décision qui date du mois de juin 2014

Pour rappel, c’est au cours d’un conseil de ministre qui a eu lieu le 13 juin 2014 que l’exécutif togolais a décidé d’ouvrir le marché télécom local à un troisième opérateur. On peut trouver dans le communiqué concernant la réunion, des passages expliquant cette prise de décision. Parmi les arguments avancés, on peut citer, en plus du besoin de créer une nouvelle dynamique concurrentielle, le souhait d’améliorer les infrastructures. Les Togolais peuvent donc espérer appeler au Sénégal dans de meilleures conditions en matière de tarif et qualité.

Suisse : Sunrise, 1er opérateur mobile

0

Le magazine spécialisé indépendant Connect vient d’effectuer une publication comparative des opérateurs allemands, autrichiens et suisses. Pour l’année 2014, Sunrise, un des opérateurs permettant aux Suisses d’effectuer des appels internationaux et nationaux via leur mobile se trouve en tête de classement.

Premier en matière de réseau mobile

Enfin un classement qui permet à Sunrise de dépasser Swisscom dans le monde de la téléphonie mobile. Selon le dernier comparatif Allemagne-Autriche-Suisse, l’entreprise de télécommunications dispose du meilleur réseau de téléphonie mobile dans les trois pays. Après cette publication, ses dirigeants n’ont pas pu cacher leur joie. Tel est le cas d’Elmar Grasser, son Chief Operating Officer, qui s’est notamment réjouit de l’efficacité des travaux de modernisation de réseau faits par son équipe. C’est suite à ces travaux que Sunrise a pu permettre à ses clients d’appeler à l’étranger tout en bénéficiant d’une très bonne qualité de communication.

Il faut toutefois noter que dans le classement général (incluant les réseaux fixes et mobiles) des trois pays, l’entreprise privée de télécommunications suisses se trouve troisième. Si l’on ne considère que la répartition suisse, elle se trouve encore derrière Swisscom.

Mais qui est Sunrise ?

Sunrise est le deuxième acteur qui permet aux Suisses d’appeler en Israël ou vers un autre pays via leur téléphone mobile. Son siège se trouve à Zurich, mais l’entreprise dispose de succursales dans de nombreuses autres villes du pays en ne citant que Genève, Berne, Bâle, Lugano et Lucerne.

La société occupe actuellement plus de 27% du marché suisse de la téléphonie mobile, soit la moitié des parts du leader Swisscom. Elle n’exerce toutefois seulement pas dans ce domaine. En plus de permettre à environ 3,2 millions de personnes de téléphoner moins cher, Sunrise est également un opérateur télé très connu dans la Confédération helvétique.

Promo de fin d’année : Sosh joue les prolongations

0

 

 

C’est désormais une coutume dans l’univers de la téléphonie mobile. À chaque fin d’année, les opérateurs permettent à leurs clients de téléphoner moins cher que d’habitude. Toutefois, si la plupart mettent un terme à leurs offres promotionnelles dès la fin du jour de l’an, d’autres optent pour une prolongation. Tel est le cas d’Orange, via sa marque Low-cost Sosh.

La promotion « un mois de forfait mobile » prolongée jusqu’au 7 janvier

Cette promotion, proposée sous la marque Sosh, a été prévue pour les semaines de fêtes de fin d’année, mais Orange en a décidé autrement. Ainsi, jusqu’au 7 janvier, toute personne qui souhaite téléphoner pas cher peut encore y souscrire. Pour cela, il suffit d’inscrire le code promo « Soshnoel » sur le champ prévu à cet effet.

Pour rappel, cette réduction concerne tous les forfaits mobiles sans engagement de Sosh. Cette marque, il faut le savoir, en soumet quatre. Il y a, en premier lieu, le forfait 2h de 4,99 euros permettant de téléphoner 2 h par mois et d’envoyer des SMS illimités en France et vers les DOM. Vient ensuite le forfait 24/24 de 9,99 euros incluant des appels et des SMS illimités. Les deux autres offres, 24/24 3Go 4G et 24/24 5Go 4G permettent d’effectuer des appels internationaux (vers d’autres pays européens) gratuits via la 4G. Elles coûtent respectivement 19,99 et 24,99 euros.

Possibilité de profiter d’une promotion sur les offres livebox et mobile jusqu’au 8 janvier

La prolongation n’a seulement pas les promotions mobiles sans engagement de la marque affiliée à Orange. Il est également possible de jouir de la réduction sur les offres Quadrupleplay Livebox et mobile jusqu’au 8 janvier 2015. Grâce à une remise de 5 euros, la souscription aux formules est possible à partir de 24,99 euros, contre 29,99 auparavant. La TV, disponible en option quant à elle coûte jusqu’au 8 janvier 29,99 euros par mois au lieu 34,99 euros.

Pour rappel, tous les services Quadrupleplay Livebox et mobiles comprennent une offre box et un forfait mobile sans engagement permettant au moins d’appeler pendant 2 heures en France. Toutefois, aucune d’entre elles ne permettent pas encore de téléphoner en Algérie en illimitée.

Extension du réseau de fibres optiques au Cameroun

0

Les Camerounais peuvent désormais espérer une meilleure qualité de communication pour leurs appels internationaux et nationaux. Leur pays connaîtra en effet une extension de son réseau de fibres optiques bientôt. Ce projet initié par Camtel est financé, entre autres, par Exim Bank.

Une manière de sécurisation des échanges

La banque chinoise a octroyé un prêt de 42,8 milliards de CFA pour la réalisation de ce projet. Cela en vaut-il la peine ? La réponse est oui si l’on s’en tient aux explications de l’opérateur camerounais. Ce dernier a avancé, comme première justification, un besoin de sécurisation des échanges. L’actuelle configuration de la fibre optique n’est pas en effet toujours conforme aux normes en vigueur. Certains utilisateurs se sont plaints par exemple d’une rupture ou une coupure inopinée de leur communication alors qu’ils étaient en train d’appeler à l’étranger. Il faut d’ailleurs le savoir, la dégradation de la fibre existante pourra compromettre le fonctionnement des échanges. Elle se ressent surtout dans le nord-ouest et le sud-ouest du Cameroun. Dans ces régions, appeler au Sénégal ou ailleurs ne promet pas toujours une meilleure qualité de communication.

Les autres raisons de l’extension

Le projet est également une manière de donner une réponse favorable aux sollicitations des opérateurs de haut débit. Viettel avait déjà, par exemple, annoncé que le réseau actuel ne lui permettrait pas de répondre aux prochaines demandes en réseaux de transmission par fibre optique.

La dernière explication fournie par les hauts responsables de Camtel est l’aménagement numérique du territoire. Le Cameroun ne compte en effet que peu de circonscriptions administratives disposant d’une station de transmission optique.

Quel est l’apport de ce projet aux utilisateurs ? Ces derniers auront-ils la chance de téléphoner moins cher qu’aujourd’hui après cette extension ? Camtel n’a pas encore fourni des éléments permettant de répondre à ces questions.

Algérie : la 3G n’a pas d’impact sur le contenu web

0

Une grande partie des abonnés algériens ont eu la possibilité d’utiliser la 3G depuis maintenant une dizaine d’années. Ils ont pu par la même occasion, profiter d’appeler Tunisie à prix modérés. Cependant, malgré la multitude d’offres mises à leur disposition, ils ne sont pas encore satisfaits en matière de contenu web. C’est ce qu’ont notamment constaté les spécialistes participants au forum de discussion organisé par N’Tic Magazine.

Le contenu web

« Un contenu web est étroitement lié à la politique de la mise en œuvre de la société de l’information » a expliqué Younes Grar, consultant et spécialiste en développement des applications mobile. Mais celle-ci n’est pas toujours concrétisée malgré les initiatives prises par les collectivités locales avec la numérisation des archives.

Des efforts ont été entrepris par le pays dans la mise en action de la stratégie e-Algérie 2013, plus particulièrement dans le domaine de la création d’incubateur ou dans l’accompagnement des start-up. Leur concrétisation reste hypothétique et ne sont pas du tout en phase avec les volontés affichées par les autorités. Le but de promouvoir l’industrie du contenu local est alors bien plus difficile à atteindre. Ce qui n’est pas le cas pour la promotion des appels internationaux.

La 3G peut-elle remplacer l’ADSL à Internet ? Pour Roslane Bencharif, consultant international en nouvelles technologies, la réponse est oui si les offres sont diversifiées y compris celles permettant de téléphoner pas cher. « Actuellement, ces offres se focalisent surtout sur la conquête de nouveaux clients, à cause de la concurrence qui se fait de plus en plus rude, même si en règle général, elles se font en adéquations avec celle que l’on retrouve dans la plupart des pays du monde » a précisé ce spécialiste. Des nouveaux clients dont l’objectif est de pouvoir téléphoner en Tunisie à des tarifs abordables.

 

Des incitations pour favoriser la promotion des services

Le domaine de la production de contenu local a besoin d’incitations à l’effet afin de favoriser la promotion des services. Ces derniers devront encore offrir de nouveaux débouchés pour les entreprises, sans parler des gains de croissance et de création d’emplois.

Pour terminer, les spécialistes des TIC déplorent que malgré ce programme e-Algérie, il n’y ait pas encore eu de fonds dédiés à sa promotion ainsi que des contenus locaux.
 

2014 : l’an zéro d’une révolution dans la télécommunication en France

0

Une nouvelle ère s’annonce pour la téléphonie mobile en France et dans toute l’Europe depuis 2014. La raison ? L’année qu’on vient de quitter était celle des fusions-acquisitions. Désormais, il y a donc plusieurs opérateurs en moins sur le continent. Téléphoner moins cher qu’aujourd’hui pourra donc être impossible dans les prochaines années.

Numéricâble devient le concurrent n° 1 d’Orange

Orange devra revoir le tarif de ses appels internationaux et nationaux. En effet, il a, face à lui, un concurrent qui vient de manger deux acteurs de renom dans la téléphonie mobile française : Numericâble. Suite à un long duel avec Bouygues Telecom, le Câblo opérateur est parvenu à racheter SFR qu’il détient aujourd'hui à hauteur de 80 %. Il a poursuivi sa conquête du secteur en mettant la main sur Virgin mobile, premier opérateur alternatif français.

Les opérateurs français bougent sur la scène internationale

Xavier Niel, le fondateur de Free, est impliqué également dans la révolution. Il vient en effet de réaliser son projet d’acquisition d’Orange Suisse via sa compagnie-holding NJJ Capital. Les Suisses peuvent désormais espérer appeler en Tunisie à de meilleures conditions tarifaires. La 9e fortune de France et non moins propriétaire de Monaco Telecom, lui, peut se consoler de son échec pour le rachat de T-mobile.

Parmi les autres mouvements notables des opérateurs, il y a également l’acquisition de Portugal Telecom par Altice, maison-mère de Numéricâble et celle de l’opérateur espagnol Jazztel par Orange.

Quid des opérateurs étrangers

Est-il possible de téléphoner pas cher au Royaume-Uni dans les années à venir ? Difficile de croire après le rachat d’EE par British Telecom. Ce dernier serait d’ailleurs aujourd'hui en négociations avec le groupe espagnol Telefonica pour le rachat de l’opérateur O2.

Il y a également depuis quelques semaines un opérateur de moins en Allemagne. Telefonica Deutschland vient en effet d’acquérir E-plus. Toutes ces nouvelles sont loin d’être rassurantes pour les utilisateurs.

Afrique du Sud : le contrat d’itinérance de Telkom avec MTN pour 2015

0

Si en Europe, l’acquisition-fusion est de tendance, en Afrique, les opérateurs préfèrent plutôt choisir l’itinérance. Un contrat en ce sens est en cours de finalisation entre Telkom et MTN. L’opérateur qui permet le plus aux utilisateurs de téléphone fixe sud-africains d’appeler à l’étranger espère le bouclage de sa signature avant la fin de cette nouvelle année.

 

Deux géants s’associent…

Telkom est à la tête de la téléphonie fixe en Afrique du Sud depuis plusieurs années. MTN est actuellement le dauphin de Vodacom, leader du marché de la téléphonie mobile. Les deux sociétés vont signer un contrat d’itinérance mobile. Ce qui permettra à leurs clients d’aller aisément d’un réseau à un autre lorsqu’ils effectuent des appels internationaux. Mais le bouclage de la signature de ce contrat se fait attendre depuis maintenant quelques mois, l’autorité de régulation n’ayant pas encore donné son approbation. Telkom espère toutefois qu’elle sera bouclée avant le 31 décembre 2015.

 

Pour une amélioration de la capacité de leurs services…

Les autres acteurs des télécoms du pays sont sûrement en train de trembler. Un contrat d’itinérance permettra à chacun de ces deux géants de disposer d’un large réseau. Ce dernier leur donnera la possibilité de permettre à leurs clients d’appeler au Sénégal ou ailleurs avec une haute qualité de communication. L’itinérance constitue d’ailleurs pour chacun de ces deux opérateurs un moyen d’étendre sa zone d’opération sans effectuer d’importantes dépenses en infrastructures.

 

Tout en conservant leur indépendance

Les deux opérateurs peuvent-ils aller jusqu’à la fusion ? La réponse est non. Sipho Maseko, haut dirigeant de Telkom, a en effet déjà fait savoir lors de la signature du contrat que chaque acteur restera maître de son marché. Les deux opérateurs seront donc totalement libres à la définition et à la gestion de leurs produits et services. Avec une zone d’opération plus grande, penseront-ils à permettre à leurs clients de téléphoner moins cher ? Difficile d’y répondre avant l’approbation de l’autorité de régulation.

Vœux de Nouvel An : la tendance aux MMS

0

Au lieu d’effectuer des appels internationaux pour souhaiter une bonne année à leur proche se trouvant à l’étranger, certains Français optent soit pour les SMS, soit pour les MMS. Pour les vœux du Nouvel An 2015, la dernière option était plutôt de tendance selon les récents rapports des opérateurs.

 

Baisse du nombre de SMS

Les Français préfèrent-ils appeler à l’étranger pour présenter leurs vœux de fin d’année à une personne qui s’y trouve que de lui envoyer un SMS ? Il semble que oui. Les opérateurs de téléphonie mobile ont en effet fait état d’une baisse du nombre des SMS de vœux transmis au cours de la nuit du Nouvel An. Selon SFR, le recul des volumes de SMS passant par son réseau était de l’ordre de 10%, comparé au chiffre de l’année dernière. L’opérateur a pu toutefois atteindre le pic de minuit du Nouvel An 2014, soit 27.600 SMS par seconde.

 

Les MMS et les applications de messagerie en hausse

Selon encore la nouvelle filiale d’Altice, le volume de MMS de vœux a connu une tendance contraire. Il aurait augmenté de 20 à 25% le Nouvel An 2015. L’opérateur n’a toutefois pas fait de commentaires sur les personnes ayant passé par son réseau pour appeler en Tunisie ou vers d’autres pays.

La baisse des SMS chez Orange était de 14%. L’opérateur historique n’a en effet enregistré que 103 517 280 textos de 21h à 2h. Bouygues, de sa part, s’est contenté de 49 millions d’envois de SMS dans le même intervalle.

 

Une tendance contraire chez Free pour les SMS

Free est un véritable phénomène dans l’univers de la téléphonie mobile en France. Ayant permis aux Français de téléphoner moins cher à leur proche, il ne cesse de recevoir régulièrement de nouveaux clients. Preuve de sa réussite, il est le seul opérateur ayant enregistré une hausse du nombre des SMS de vœux de fin d’année passant par son réseau. Si en 2014, ce dernier comptait 48,4 millions des SMS, la nuit du Nouvel An 2015, on y a dénombré 57 millions. Aucune communication n’a été toutefois effectuée sur le nombre des MMS.

Les forfaits sans engagements intéressent de plus en plus les Français

0

L’Arcep vient d’émettre son rapport concernant le marché de la téléphonie mobile en France du premier semestre 2014. Il en ressort que le nombre des cartes SIM utilisées dans le pays dépasse celui des habitants. Autre détail marquant, pour appeler à l’étranger ou dans le pays à un meilleur tarif, les Français sont de plus en plus nombreux à choisir les forfaits sans engagements.

 

Le forfait classique en hausse, les cartes prépayées en baisse

La France compte aujourd’hui 66 millions de personnes. Mais le ratio nombre d’habitants sur cartes dépasse le 1. Le 30 juin 2014 en effet, il y a eu 78,43 millions de SIM circulant dans le pays. C’est pour dire donc, que comme dans la plupart des pays du monde, on recoure de plus en plus à la téléphonie mobile pour effectuer des appels internationaux ou nationaux depuis la France.

Le rapport de l’Arcep fait également état de 55,65 millions de personnes souscrites à un forfait classique permettant de téléphoner en Tunisie ou vers une autre destination en France à la fin du premier semestre 2014. Ce qui représente un progrès de 8,8 millions par rapport à 2012. Les cartes prépayées attirent de moins en moins. On n’en compte en effet que 15,17 millions dans le pays contre 18,8 en 2012.

 

Un pourcentage élevé des forfaits sans engagements

Permettant de téléphoner moins cher, mais pouvant être résiliés à tout moment, les forfaits sans engagements connaissent une croissance folle dans le pays depuis quelques années. Ils ont en effet représenté les 47,4 % de l’ensemble des forfaits dans le pays contre seulement 18,05 % en 2015. Cela signifie donc que les Français veulent de plus en plus de liberté dans leur choix d’opérateur. Et les grands noms du secteur en sont bien conscients. Ils font en effet tout leur possible pour s’adapter à ce nouveau type de forfait ces derniers temps.

Altice rachète Portugal Telecom

0

L’empereur des télécoms, le franco-israélien Patrick Drahi n’est pas encore rassasié. Après le rachat de SFR et Virgin Mobile, son groupe, l’Altice vient d’acquérir le Portugal Telecom pour la modique somme de 7,4 milliards d’euros, aux dépens du brésilien Oi. Une opération profitant aux abonnés qui pourront toujours passer des appels internationaux à des prix plus que modérés.

Plusieurs prétendants

Après plusieurs heures d’âpres discussions, le groupe a donc vendu la totalité de ses actions pour ladite somme incluant un paiement de 500 millions d’euros liés aux revenus futurs de PT. En quelques mois donc, c’est la troisième acquisition de grande envergure faite par Altice. Le 27 novembre dernier, il a racheté SFR pour 13,36 milliards d’euros tandis que le 5 décembre, Virgin Mobile est tombé dans son escarcelle. Le premier achat permettant la mise en place du nouvel ensemble Numericable-SFR ainsi que la poursuite de la possibilité pour les clients d’appeler mobile Maroc.

 

Pour bénéficier de cette acquisition, le groupe a été obligé de monter son prix proposé initialement. Au début du mois de novembre, il a déposé une offre de 7,025 milliards d’euros. Face aux 7,075 milliards d’euros proposés par Apax et Bain Capital, il a dû revoir sa proposition.

Des négociations exclusives

Par la suite, Oi est entré en négociations exclusives avec Altice avec une base d’une valeur de 7,4 milliards d’euros. Ce qui lui a permis de battre par la même occasion l’Angolaise Isabel dos Santos, la femme la plus riche d’Afrique. Pour le grand bonheur des abonnés qui continuent de téléphoner pas cher à l’étranger.

Près de 11 000 personnes travaillent au sein de Portugal Télécom. Jusqu’à cette acquisition, il détenait 40 à 50% de la part du marché de la téléphonie mobile dans le pays, ajouté au haut débit et à la télévision. Cette péninsule où téléphoner au Maroc se fait à un tarif acceptable.

Gabon : qui sera le prochain opérateur MVNO ?

0

Téléphoner moins cher qu’aujourd’hui sera peut-être impossible pour les Gabonais. En effet, il y a eu récemment un communiqué annonçant la fusion de Maroc Telecom, maison-mère de Gabon Telecom, et du groupe Etsisalat, détenteur de Moov. Le gouvernement dispose, cependant, d’un moyen efficace d’éviter une flambée des prix : l’attribution d’une licence de MVNO.

MTN et Orange dans la course

L’heure n’est pas encore à la déception. Pour combler les vides qui résulteraient de cette fusion, le gouvernement gabonais a annoncé récemment une mise en vente d’une licence d’opérateur virtuel. Ce qui veut donc dire que le prix pour appeler au Sénégal ou ailleurs sera au moins le même qu’aujourd’hui, en dépit de la fusion de Maroc Telecom avec le groupe Etsisalat.

Deux opérateurs de renom seraient déjà dans la course, selon de nombreuses sources. Le premier est le deuxième du marché télécom sud-africain, MTN. Le second est Orange, géant de la télécommunication française. Qui des deux opérateurs obtiendra-t-il la faveur des dirigeants gabonais ? La presse locale ne fournit aucun élément de réponse à ce sujet. Le gouvernement, lui, n’a pas encore communiqué son choix.

Gabon Telecom et Moov deviendront une structure unique

Pourquoi le gouvernement gabonais s’est-il mobilisé pour inviter un énième opérateur sur son territoire ? Pour y répondre, il faut faire un bref retour vers 2014. Au mois de mai de l’année dernière, il y a eu finalisation du rachat par le groupe Emirati Etisalat de Maroc Telecom. Ce qui aura prochainement pour conséquence, au Gabon, une fusion de leur succursale respective, Gabon Telecom et Moov.

Les utilisateurs du pays auront donc un choix de moins lorsqu’ils souhaitent appeler à l’étranger. Ce qui aura pour conséquence l’enterrement du rêve des Gabonais de téléphoner pas cher. Conscient de ce fait, le gouvernement local a décidé de faire venir un opérateur virtuel permettant à ses citoyens de téléphoner pas cher.

4G : seulement près de 10 % des Européens l’utilisent

0

 

La 4G est encore à son balbutiement en Europe. La récente étude de Global Web Index le confirme. Le cabinet relève toutefois une progression en France.

Global Web Index est une agence spécialisée dans l’analyse du marché. Celle-ci s’est fait connaître grâce à son étude précise sur le comportement des consommateurs en ligne. Le cabinet s’est penché depuis peu sur l’usage de la 4G à travers le monde. Les résultats ont montré des chiffres assez bas en Europe. Global Web Index fixe à 16 % la moyenne mondiale de l’usage de la 4G. Les Européens sont encore en dessous de celle-ci. En effet, ils ne comptent que 12 % d’utilisation.

Qu’est-ce que la 4G ? Il s’agit de la quatrième génération des standards pour la téléphonie mobile. La 4G se distingue par un débit mobile très élevé. Elle peut donc permettre de téléphoner pas cher au Sénégal.

La 4G est beaucoup plus utilisée ailleurs dans le monde qu’en Europe. Global Web Index estime 36 % d’usage en Amérique du Nord. Le Moyen-Orient et l’Afrique arrivent en seconde place avec 17 %. Ils sont suivis de près par l’Asie avec ses 14 %. Dans ces régions, on profite déjà des appels à l’étranger à faible coût. L’Europe est donc avant-dernière. En Amérique latine, seulement 11 % du public l’utilisent.

En France, la 4G est consommée par 15 % des habitants. C’est 3 % de plus que la moyenne européenne et 1 % de moins du chiffre mondial. La situation a beaucoup évolué sur le territoire français selon le cabinet d’analyse. 10 millions de personnes sont intéressées par la 4G pour téléphoner moins cher. Le plus grand réseau en France appartient pour le moment à Bouygues. Orange et SFR essaient de combler leur retard. Free Mobile, spécialiste du téléphoner pas cher, est encore loin derrière.

La 4G de Free dans les métros et le RER

0

Ayant permis aux Français de téléphoner moins cher depuis 2012, Free est conscient qu’il ne peut se permettre aucun grand retard sur ses concurrents. Ainsi, il annonce l’arrivée prochaine de sa couverture 4G dans le métro et le RER.

Les très hauts débits avec Free dans le métro et RER pour cette année

Au mois de décembre 2014, une signature d’un accord sur l’extension de la couverture mobile 3G et 4G du métro et du RER parisiens a été faite entre Free Mobile et la RATP. Le 4e opérateur se joint ainsi à SFR, Orange et Bouygues Telecom, qui permettent déjà à leurs clients d’ appeler en Algérie ou vers une autre destination et surfer dans plusieurs lignes de métro de la Capitale. On ne sait toutefois pas d’une manière précise quand il débarquera effectivement sur ce segment. Ce moment ne saura pas tarder si l’on en croit des sources proches du dossier.

Le 4e opérateur veut combler les manques

Selon le communiqué annonçant cette signature, la RATP envisage de couvrir 170 stations avant la fin de l’année. Pour 2016, sa priorité sera la couverture de l’intégralité de son réseau. À partir de 2017 donc, surfer et effectuer des appels internationaux depuis toutes les lignes de métro et de RER de Paris ne seront plus un rêve. C’est pour atteindre cet objectif que la RATP a signé un partenariat avec Free. A titre de rappel, la régie est déjà partenaire des 3 autres grands opérateurs français. Elle a vu toutefois en Free mobile une solution pour combler ses manques.

4G dans les transports : une tendance

L’heure est maintenant à la course à la couverture des transports, pour les opérateurs français. Free Mobile a donc intérêt à débarquer le plus rapidement possible pour ne pas rester dans l’ombre de ses concurrents. Bouygues Telecom envisage en effet de déployer sa 4G dans les trains dans le courant de cette année. L’opérateur, qui permet à ses clients de téléphoner pas cher partout dans le monde, pourra donc ne pas être celui qui va être le pionnier de cette technologie dans le monde des transports publics.

Téléphonie mobile en Outre-mer : la hausse des prix intéresse l’Autorité de la concurrence

0

Depuis le début de l’année, les abonnés à Outremer Telecom à la Réunion et à Mayotte étaient surpris de voir le tarif de leurs appels internationaux et nationaux augmenter. Il s’agit d’une manœuvre organisée par Numéricâble avant la cession de l’activité mobile de cet opérateur. Ce qui pourrait être contraire aux engagements du câblo-opérateur selon l’autorité de la concurrence.

Éviter une part de marché dominante à Numéricâble

Avec le récent rachat de SFR, Numéricâble devient l’acteur dominant du marché réunionnais et mahorais de la téléphonie mobile. 66 % des Réunionnais passent en effet, soit par SRR, filiale de SFR, soit par Outremer Telecom, filiale d’Altice, maison mère de Numéricâble, pour appeler au Maroc ou ailleurs. Ce taux atteint les 90 % à Mayotte. Les deux îles sont toutefois régies par la loi française sur la concurrence. Numéricâble est donc obligé de se séparer de l’un de ces deux opérateurs. Il aurait choisi, selon des sources qui lui sont proches, de continuer l’aventure avec SRR. Outremer Telecom sera donc cédé.

En vue de cette cession, le câblo-opérateur fait fuir les clients d’Outremer Telecom en leur imposant un tarif élevé pour leurs abonnements. Pour pouvoir appeler à l’étranger, ceux-ci sont obligés de migrer vers SRR. L’autorité de la concurrence ne voit pas une telle manœuvre de bon œil.

 

Affaiblir Outremer Telecom pour renforcer SRR

Suite au rachat de SFR, Numéricâble s’est engagé à ne pas porter atteinte à la viabilité, à la valeur marchande et à la compétitivité d’Outremer Telecom. Il semble toutefois prendre une autre voie en augmentant les tarifs des abonnements permettant de téléphoner au Sénégal ou vers une autre destination de cet opérateur. Le collège de l’autorité vient de saisir le dossier et la suite risque de faire mal au câblo-opérateur. Le gendarme de la concurrence soupçonne en effet ce dernier d’utiliser cette manœuvre pour renforcer encore SRR qui est déjà en position de forces dans l’Océan Indien.

Téléphonie mobile : Manuel Zanella lance WhatSim

0

Avec l’émergence des Smartphones, l’homme utilise de plus en plus son téléphone mobile pour accéder à des services de messagerie instantanée, au lieu d’appeler à l’étranger. Ce qui a poussé Manuel Zanella à lancer le WhatSim, un service basé sur WhatsApp.

 

Qui est Manuel Zanella ?

Désormais, il suffit de débourser 5 ou 10 euros par an pour accéder au service mobile le plus utilisé au monde, WhatsApp. Cette somme servira à acheter une carte SIM conçue spécialement par Manuel Zanella et son équipe. Pour rappel, cet entrepreneur est à la source de la conception de la montre connectée I’m Watch. Il permet également à bon nombre de personnes de téléphoner moins cher partout dans le monde grâce à son opérateur virtuel Zeromobile. C’est d’ailleurs grâce aux accords d’itinérances passés par ce dernier qu’il a pu lancer WhatSim.

Le prix comme principal argument

Le prix des appels internationaux n’étant pas prêt de baisser, Manuel Zanella propose aux utilisateurs d’envoyer des messages à un tarif plus bas. Le forfait de base de soin service WhatSim est très abordable. Il propose des messages gratuits. Par contre, il faut acheter des recharges prépayées pour envoyer des photos, des vidéos, des messages vocaux ou pour de la localisation. Avec une recharge de 1000 crédits (5 euros), l’utilisateur pourra envoyer 50 photos ou 10 vidéos depuis l’Europe. Ses possibilités sont plus restreintes depuis certains pays.

Des questions non élucidées

Comme on peut donc le voir, les conditions tarifaires ne sont pas les mêmes entre les messages, les photos et les autres envois. Ce qui suscite la question suivante : comment Manuel Zanelle et son équipe comptent-ils procéder pour distinguer chaque type d’envoi ? Car il s’agit d’un service basé sur WhatsApp, le recours à une solution d’inspection de paquet est probable.

Le service n’inclut pas encore des appels. Ceux qui veulent appeler au Sénégal devront donc se contenter des services d’itinérance de Zeromobile. Cette possibilité pourra toutefois être proposée après la mise en place effective de la fonction « appels vocaux » sur WhatsApp.

Téléphonie mobile en Belgique : des tarifs moins chers

0

Il est désormais possible de téléphoner moins cher en Belgique. Ce constat ressort d’une étude comparative effectuée récemment par l'Institut Belge des services Postaux et des Télécommunications.

Deuxième position

En plus d’être un pays d’accueil pour exilés fiscaux, la Belgique est une destination idéale pour ceux qui souhaitent appeler au Sénégal ou vers un autre pays à de meilleures conditions tarifaires. Selon les résultats de la troisième étude comparative des produits télécoms en effet, elle est deuxième en termes de tarif pour les consommateurs moyens. Ces derniers sont ceux qui comptent 120 minutes d’appel, 200 SMS et 200 mégabytes de données moyennes par an. Le pays est donc dépassé seulement par le Royaume-Uni au niveau tarifaire.

La France est troisième bien que l’on y trouve le taux de consommation le plus bas en matière d’appels internationaux et nationaux et d’utilisation de données. Le Vice-Premier ministre et ministre des Télécommunications Belge Alexander Croo n’as pas caché sa joie à la réception du rapport. Il a notamment félicité les acteurs à la source du dynamisme du marché local.

Bientôt une migration facile d’un opérateur à un autre

La Belgique devance également la France au classement pour les plans tarifaires proposés lors d’un usage faible. Elle ne s’en sort toutefois pas très bien devant les utilisateurs intensifs. L’Institut Belge des services Postaux et des Télécommunications constate également une très grande faiblesse du volume de data lié aux plans tarifaires belges, un volume maximal de 5GB contre 20GB dans d’autres pays.

Il existe cependant une bonne nouvelle pour les utilisateurs souhaitant appeler à l’étranger à un tarif encore moins cher depuis la Belgique : l’institut est en train de trouver une solution pour faciliter la migration d’un opérateur à un autre. Ce qui promet une concurrence plus accrue et, logiquement, une baisse de prix.

Cameroun : Orange et MTN renégocient leur licence

0

MTN et Orange, respectivement, sont les opérateurs qui permettent à la majorité des Camerounais d’appeler au Sénégal ou vers une autre destination. Cela ne leur permet toutefois pas d’échapper à une lourde contribution financière pour le renouvellement de leur licence. Leurs dirigeants seraient actuellement en pourparlers avec le gouvernement pour la réduction de cette contribution.

Les deux opérateurs feront tout pour rester

Appeler à l’étranger via MTN Cameroun avec un portable est possible depuis l’année 2000. Pour rappel, l’attribution de sa licence d’exploitation date du 15 février 2000. Ce qui explique donc l’existence des pourparlers entre ses dirigeants et le gouvernement depuis un certain temps. Comment envisager de quitter un marché où l’on est leader avec 211 milliards de FCFA de CA en 2013 ? Orange a également intérêt à y rester même si la venue récente de deux autres opérateurs pouvait réduire ses parts de marché.

Le prix comme principal objet des négociations

Les deux parties (les deux opérateurs et le gouvernement) tardent à trouver un accord. Le principal frein à l’avancée des discussions serait le prix selon des sources proches du dossier. Il y a 15 ans, le marché n’était qu’un champ en friche alors qu’actuellement, il génère environ 500 milliards de francs. Le gouvernement aurait donc haussé le prix d’attribution des licences pour pouvoir bien profiter de la réussite rencontrée par les opérateurs. Mais ces derniers ne s’attendaient pas à un droit plus lourd. Si le gouvernement campe sur sa position, les Camerounais risquent de ne pas voir leur rêve de téléphoner moins cher qu’aujourd'hui se réaliser.

Le suspens ne sera toutefois pas long

Les Camerounais sont en train d’attendre avec impatience les résultats des négociations. C’est en fonction de ceux-ci en effet qu’ils prendront la décision quant au choix du propriétaire pour passer des appels internationaux ou nationaux pour la prochaine quinzaine d’années. Les deux parties ne tarderont toutefois pas à trouver un terrain d’attente selon des sources proches du dossier. Elles s’y prononceront sûrement au cours du mois de février prochain 2015.

Allemagne : des basses fréquences en vente

0

La concurrence est de plus en plus rude sur le marché allemand de la téléphonie mobile. Les opérateurs qui veulent s’en sortir sont obligés soit de permettre à leurs clients de téléphoner moins cher, soit de s’acheter des fréquences. Connaissant bien cette situation, le régulateur local des télécoms a décidé de lancer les enchères pour l’acquisition des fréquences de la bande 700 Mhz.

4,5 milliards attendus par l’État

L’attribution des fréquences aux opérateurs rapportant les enchères devra se faire aux mois de mai et juin 2015. La Bundesnetzagentur, le régulateur allemand des télécoms, donne ainsi aux intéressés jusqu’au 6 mars pour l’émission de leurs offres. Il associera cette opération à une revente aux enchères des fréquences 900 MHz et 1.800 MHz, prévue s’expirer en 2016. Si les choses se passent bien, l’État pourra y recueillir 4,5 milliards d’euros.

Avec des clients plus exigeants en ce qui concerne la qualité des communications lors des appels internationaux et nationaux, les opérateurs allemands ne tarderont pas à s’exprimer. Selon Heike Pauls, analyste de Commerzbank, Deutsche Telekom et Vodafone seraient prêts à proposer chacun 1,6 milliard d’euros. Telefonica Deutschland, de sa part, pourra offrir jusqu’à 1,3 milliard.

Le record pour une telle opération est détenu par les États-Unis

Les opérateurs télécoms, déjà obligés de permettre à leurs abonnés de téléphoner pas cher pour survivre, n’étaient pas enthousiastes à l’idée des enchères par anticipation de ces fréquences. Cela n’a toutefois pas empêché le régulateur allemand de décider autrement. Pour bien faire face à cette situation, Telefonica Deutschland et E-plus, opérateurs que les Allemands choisissent le moins pour appeler à l’étranger, ont fusionné.

Pour rappel, les États-Unis restent le pays qui a connu la plus grande recette pour une telle opération. Ils sont en effet parvenus à recueillir 39,8 milliards d’euros lors de la récente des fréquences dites AWS-3. L’Allemagne ne pourra pas encore faire mieux. La raison ? Les opérateurs sont plus attirés par une telle opération au pays de l’Oncle Sam, pays où appeler en Israël ou ailleurs est plus cher qu’en Europe.

Tunisie : la hausse des cartes de recharge téléphonique écartée

0

Depuis le début de l’année 2015, beaucoup de Tunisiens souhaitant appeler à l’étranger ou dans le pays auraient déboursé plus que prévu pour acheter une recharge téléphonique. Le ministère de la concurrence et les opérateurs n’ont pas tardé et ont qualifié ces augmentations d’illégales.

 

Augmentation décidée sans autorisation par les distributeurs

Certains Tunisiens ont espéré pouvoir téléphoner moins cher à partir de cette nouvelle année. Cependant, les revendeurs de cartes de recharge les ont attendus avec une mauvaise surprise : une augmentation du prix. Les cartes de 5 dinars coûtent en effet depuis le début de l’année 200 millimes et celles de 10 dinars 400 millimes. Le ministère de l’Économie n’était pas informé de cette hausse et a donc décidé d’interpeller les opérateurs. Ces derniers ont également déclaré qu’ils n’ont pas été au courant de ce changement de tarif.

Les distributeurs imposent donc leur prix pour l’achat des recharges à ceux qui souhaitent téléphoner en Tunisie vers une destination locale ou étrangère. Mais tout cela n’est que passagère, le gouvernement s’étant déjà saisi de l’affaire.

Cartes Téléphoniques : Des équipes mobilisées

Les personnes pratiquant cette hausse de prix devront être plus vigilantes. En effet, le ministère du Commerce a déployé, depuis le 22 janvier 2015, des équipes de contrôle pour mettre un terme à cette hausse « anarchique ». C’est Mohamed Ali Ferchichi, chargé de communication de ce département qui en a parlé lors d’une récente allocution à la radio Shems FM.

Le ministère des Technologies de l’informatique et des télécommunications, lui, n’est pas resté bras croisés face à cette affaire. Il a notamment invité les utilisateurs souhaitant effectuer des appels internationaux et nationaux à boycotter ces revendeurs ne respectant pas la loi locale sur les télécommunications. Le département les conseille également de n’acheter qu’auprès des points de vente officiels.

Bresse : amélioration du réseau vers septembre

0

En Bresse, dans certaines localités, l’on ne peut toujours pas effectuer des appels internationaux ni même nationaux. Par ailleurs, même dans celles qui disposent de services de télécommunication, l’état du réseau est déplorable. Tout cela pourra changer à partir de septembre prochain, si l’on en croit les récentes déclarations de Rémi Chaintron, président du Conseil général du canton de Louhans.

Manque de volonté de la part des opérateurs téléphoniques

Cela fait plusieurs années que les habitants de Bresse se plaignent de ne pas pouvoir téléphoner en Israël ni ailleurs dans de meilleures conditions. Les élus locaux en sont conscients et se sont ainsi réunis avec les 4 opérateurs pour trouver une solution à cette situation. Et d’après Rémi Chaintron, tout pourra s’arranger à partir de septembre 2015. L’élu n’a pas manqué de déplorer le manque de volonté des opérateurs pour améliorer les équipements du territoire. Ils se contentent en effet de l’exécution du plan de déploiement de 2003, alors que dans certaines parties de la région, appeler à l’étranger est difficile. Il existe même des localités qui ne disposent d’aucun réseau.

L’État compte y contribuer

L’État ne croise pas les bras, face à cette situation. Il envisage, d’après Rémi Chaintron, d’injecter 350 000 euros dans la réalisation du projet de l’amélioration des services de télécommunication sur le territoire. Le département souhaite également apporter la même contribution. Tout ne peut toutefois pas être reçu avant septembre. Les habitants de la Région devront encore patienter plusieurs mois avant de pouvoir appeler en Algérie dans les meilleures conditions.

Les fonds seront notamment utilisés à l’installation des pylônes. Qu’en est-il des antennes ? D’après le président du Conseil général du canton de Louhans, la mise en place de celles-ci sera à la charge des opérateurs téléphoniques. Elle est évaluée à 30 000 euros.

Téléphonie mobile : la fin des frais d’itinérance en 2018 ?

0

Les utilisateurs habitués à passer leurs vacances dans les autres pays de l’UE ne pourront pas encore espérer téléphoner moins cher avant 2018. Le conseil européen envisage en effet un report de trois ans de la fin des frais d’itinérance, un vrai sujet de discorde au sein de l’union.

 

Un quota de roaming au tarif local

C’est ce que propose le Conseil Européen à la place d’une abolition totale des frais d’itinérance au 15 décembre 2015. En conséquence, les consommateurs devront encore effectuer des appels internationaux vers la France depuis un pays de l’UE à un tarif élevé. La proposition de l’organisme n‘est toutefois pas si désavantageuse qu’elle en a l’air. Elle inclut en effet une interdiction aux opérateurs de facturer les services accordés aux utilisateurs plus chers que les tarifs de gros maximum.

Il faut d’ailleurs le noter, il existe dans certains pays des opérateurs proposant une enveloppe ou un quota de roaming gratuit. Tel est le cas de Free Mobile permettant aux abonnés français avec son forfait de 19,99 euros de téléphoner en Tunisie ou ailleurs vers la France à un tarif réduit.

Opérateurs téléphoniques : Opposition nord/sud

Bon nombre d’opérateurs européens étaient farouchement opposés à une abolition du roaming. Comment accepter la suppression d’un service qui vous rapporte annuellement 4 milliards d’euros ? Depuis quelque temps cependant, on observe une différence de position entre ceux du sud et ceux du nord. Pour Orange, opérateur du sud, il serait injuste d’adopter une mesure entrainant une subvention par les pays du sud des appels des touristes des pays du nord. Il faut d’ailleurs le rappeler, depuis la baisse des tarifs de roaming a impacté les recettes des opérateurs français, Orange en particulier. Le dirigeant de l’opérateur, comme le conseil européen, voit donc comme solution de proposer aux utilisateurs des offres permettant d’ appeler à l’étranger vers la France à des tarifs réduits, non pas une suppression totale de l’itinérance.

Algérie : Orange débarque

0

Sera-t-il possible de téléphoner moins cher qu’aujourd’hui en Algérie dans les prochaines années ? La réponse est oui si Orange arrive à intervenir en tant qu’opérateur dans ce pays. En fait, la société y est déjà présente depuis peu, mais en tant que distributeur d’appareils mobiles.

Lire plus ?

Côte d’Ivoire : 4 licences de téléphonie mobile vont être retirées

0

Les Ivoiriens ne pourront pas espérer téléphoner moins cher qu’aujourd’hui dans les prochains mois. Leur gouvernement envisage en effet de retirer quatre licences d’opérateurs. C’est le ministre de la Poste et des Tic en personne qui en a parlé au cours d’une récente conférence de presse.

Lire plus ?

Grande-Bretagne : le Groupe Sky bientôt opérateur de téléphonie mobile

0

Voilà une nouvelle qui devrait ravir les utilisateurs britanniques souhaitant téléphoner moins cher. Le groupe Sky envisage en effet de se lancer dans la téléphonie mobile. Ceci promet donc un marché plus dynamique, une concurrence plus rude et, logiquement, un tarif plus abordable.

Lire plus ?

Martinique : Orange Caraïbe va proposer la 4G

0

Orange poursuit son offensive en Outre-Mer en annonçant une meilleure qualité des communications pour les connexions Internet et les appels internationaux et nationaux des Martiniquais. La filiale locale du groupe envisage en effet de déployer la 4G dans la région.

 

Réseau 3G : Des tests prometteurs

On compte dans les Anti-Guyane 1,324 million de téléphones mobiles actifs. Chaque usager de la région utilise donc plus d’un téléphone. Le taux de pénétration est donc similaire à celui de la métropole. Et comme partout dans le monde, les téléphones ne sont plus utilisés iniquement pour appeler au Sénégal ou vers une autre destination. Ils deviennent de plus en plus des appareils de connexion à Internet.

Deux tiers des clients d’Orange Caraïbes passent, par exemple, régulièrement sur Internet mobile. Ce qui a poussé l’opérateur à demander à l’Arcep de l’autoriser à réaliser des tests sur la 4G. Comme ceux-ci étaient concluants, au dernier trimestre de l’année, la filiale locale du géant français envisage de proposer ses premières offres basées sur cette technologie. Les Martiniquais doivent donc patienter quelques mois pour surfer et appeler à l’étranger avec une meilleure qualité de communication.

Internet Mobile : Augmentation des logements connectés

Toutes les Antilles-Guyane seront prochainement connectées à l’Internet haut débit. Le taux de raccordement atteint déjà d’ailleurs un taux de 71%, soit seulement 11% de moins que celui de la métropole. Selon un récent rapport de l’Arcep, 300 000 foyers de la sous-région peuvent déjà appeler en Algérie ou ailleurs via les services de téléphonie en ligne grâce notamment aux efforts d’Orange.

Ce dernier envisage même d’y déployer la fibre optique à partir de cette nouvelle année, en concertation avec les collectivités territoriales concernées et l’État. Rien que dans la ville de Fort-de-France, 13 600 logements bénéficieront de ce projet entre 2015 et 2017.

Maroc : Méditel, 2e opérateur en téléphonie mobile

0

Méditel reste le second opérateur mobile le plus sollicité pour téléphoner au Maroc. Le régulateur marocain l’a affirmé lors de la récente présentation du rapport sur l’évolution du secteur en 2014.

Lire plus ?

Cameroun : MTN et Orange dans l’illégalité ?

0

MTN et Orange continuent d’être opérationnels au Cameroun. Pourtant, les 2 opérateurs n’ont plus de licence d’exploitation.

Orange est un acteur incontournable de la téléphonie mobile camerounaise. L’opérateur est réputé pour ses appels internationaux avec des tarifs abordables. Depuis janvier 2015, la filiale du numéro 1 en France a perdu sa licence d’exploitation au Cameroun. Pourtant, elle exerce encore.

MTN Cameroun se trouve également dans la même situation. La filiale de la compagnie sud-africaine vient de perdre sa licence récemment. Elle continue pourtant de distribuer ses offres permettant d’appeler pas cher au Sénégal.

Orange et MTN sont en infraction. Les 2 opérateurs risquent des sanctions allant de 150 000 à 760 000 euros sinon plus, une amende stipulée dans la loi du 21 décembre 2010 sur les communications électroniques.

Explications de l’administration camerounaise

Le Ministère des postes et des Télécommunications est informé de la situation des 2 opérateurs, ainsi que l’Agence de régulation des télécommunications. Les entités justifient l’absence de sanctions par la « tolérance administrative ». Orange et MTN ont d’ailleurs déjà approché l’Etat camerounais pour négocier l’obtention de nouvelles licences d’exploitation. Entretemps, les Camerounais peuvent profiter de leurs offres pour téléphoner pas cher.

Blocage des négociations

Pour le moment, les discussions sont assez difficiles. Les protagonistes sont encore loin de trouver un terrain d’entente. Ceci est dû à des divergences sur le plan financier. Le Cameroun réclame près de 115 millions d’euros pour une licence de 10 années de validité. Un montant qu’aucun des opérateurs ne consent à payer. MTN est prêt à aller jusqu’à 100 millions d’euros. Ce qui n’est pas le cas d’Orange. La filiale du groupe français bloque à moins de 70 millions d’euros.

Si les 2 opérateurs quittent le Cameroun, téléphoner moins cher risque de se compliquer.

FreedomPop : un opérateur 100% WiFi

0

 

FreedomPop révolutionne la téléphonie mobile aux Etats-Unis. L’opérateur propose des offres uniquement WiFi.

FreedomPop est un opérateur de téléphonie mobile californienne. En réalité, il s’agit d’un MNVO – Mobile Virtual Network Operator – c’est-à-dire qu’il ne possède pas sa propre infrastructure de réseau. La compagnie est en activité depuis 3 ans. Pour se faire une place sur le marché américain, elle a tout misé sur le WiFi, une solution permettant de téléphoner pas cher. Elle entend concurrencer les leaders du marché avec cette stratégie.

La structure de la compagnie

L’opérateur dispose d’un personnel assez réduit. En effet, il n’emploie que 80 personnes. Pour bénéficier des offres de MNVO californien, des logiciels spécifiques sont nécessaires. Ces programmes servent pour la détection et la connexion au WiFi à proximité. FreedomPop conçoit ses propres applications. L’entreprise offre la perspective de téléphoner moins cher avec son forfait WiFi. Ce dernier octroie 500 Mo de données, plus de 3 heures d’appel et des sms illimités. Les abonnés ont accès à un réseau de 10 millions de hotspots WiFi permettant d’appeler en Israël et n’importe où aux Etats-Unis. Hors de ce réseau, ils sont redirigés sur le réseau cellulaire de Sprint, le géant américain de la télécommunication.

 

FreedomPop rentable ?

L’opérateur californien séduirait de plus en plus d’Américains. C’est ce qu’avance son directeur général lors d’une interview accordée au New York Times. Le MNVO multiplierait par 2 ses usagers tous les 4 à 6 mois. Le nombre des abonnés ne cesserait de grandir. Pour le moment, FreedomPop culmine à 250 000 utilisateurs.

La solution FreedomPop s’appuie sur Internet. Elle est surtout intéressante pour les appels internationaux. Les leaders américains – AT&T ou T-Mobile notamment – pourraient sortir des offres similaires dans les prochains mois. FreedomPop devait débarquer en France en 2014. Une arrivée qui n’a pas encore pu se faire. L’opérateur est toutefois déjà présent en Belgique.

Téléphonie mobile en Algérie : bientôt un taux de pénétration à 100%

0

Le taux de pénétration du mobile sur le marché algérien atteint pratiquement 100%. Pour appeler à l’étranger, mais surtout pour les communications internes, les Algériens utilisent principalement le réseau Djezzy. Zoom avant tout sur le numéro 1 du mobile en Algérie.

 

Une croissance fulgurante

Djezzy était le fruit de l’investissement du groupe Vimpelcom, déjà opérateur de taille en Afrique du Nord, Moyen-Orient en 2001. A l’époque, un acteur issu du secteur public était déjà en place. En un an d’activité, Djezzy a atteint un million d’usagers. A titre de comparaison, l’opérateur historique déjà en place a récolté 150.000 clients en 5 ans.

 

Une pénétration en bonne voie

Actuellement, appeler portable Algérie signifie joindre un numéro Djezzy. L’opérateur compte 18 millions d’abonnés dans un pays de 40 millions d’habitants. Il existe autant de mobiles que d’Algériens. La population peut téléphoner moins cher avec une politique de pénétration assez efficace. En effet, les pays voisins affichent des taux de couverture de 130 ou 140%. De ce fait la croissance est encore à venir pour l’Algérie.

 

Vers l’internet mobile

Déjà n°1 sur le segment des appels internationaux, Djezzy a l’intention de s’attaquer au marché de l’internet mobile. Récemment, la société a lancé sa propre offre 3G permettant effectivement d’accéder à internet depuis un mobile sans passer par le wifi. Ce retard s’explique par une régulation peu avantageuse requérant une double numérotation. Maintenant que la réglementation locale a changé, Djezzy compte rattraper les taux de pénétration régionale de l’internet mobile. Dans un pays limitrophe, 50% des internautes passent déjà par le 3G.

Plutôt que de fournir un accès à internet, le groupe accentue ses efforts sur les contenus. Il collabore étroitement avec les start-ups locaux pour développer des applications mobiles. Bientôt, des applications correspondant aux besoins du marché local seront mises à disposition des clients.

Orange lance son smartphone pour l’Afrique

0

Beaucoup d’Africains rêvent d’appeler à l’étranger via un Smartphone. Leur situation financière constitue toutefois un obstacle. Ce dernier pourra être heureusement contourné grâce au lancement par Orange d’un Smartphone low-cost sur le continent.

Appels durant 6 mois

L’Afrique ne sera plus un terrain à conquérir en matière d’accès Internet. Orange vient en effet d’annoncer le lancement d’une offre numérique combinant Smartphone et forfait data. Celle-ci est disponible à partir de 40 dollars et permettra de communiquer sur le continent durant 6 mois. Elle mettra à la disposition de l’utilisateur 500 Mo de téléchargement et un forfait d’appels internationaux et nationaux pouvant aller jusqu’à une heure, incluant des SMS illimités.

Connexion Internet pour tous

L’Afrique reste un continent sous-connecté. Mais cela ne va plus durer grâce à cette initiative de la firme Orange. Celle-ci permettra à l’utilisateur de bénéficier des réseaux 3G de l’opérateur. Il est d’ailleurs important de savoir que le Smartphone fourni est déjà doté du système d’exploitation Mozilla. Conscient que certains Africains ne savent lire le français, l’anglais ou l’arabe, un large choix de langues locales avec sa nouvelle offre en ne citant que le swahili et le wolof est proposé. De quoi réjouir les utilisateurs locaux souhaitant appeler en Tunisie ou vers un autre pays du continent avec un mobile considérant leurs langues.

Téléphoner moins cher d’ici l’été

Cette nouvelle offre ayant pour but de permettre aux Africains de surfer et de téléphoner moins cher via un téléphone intelligent se nomme « Klif ». Elle aura comme premiers bénéficiaires 11 pays africains et un pays océanien : Madagascar, Kenya, Côte d’Ivoire, Sénégal, Égypte, Tunisie, Niger, Botswana, Cameroun, Mali, Ile Maurice et Vanuatu. Le lancement de l’offre dans ces pays se fera avant la fin d’été. Des extensions se feront vers six autres avant la fin de l’année.

Mali vers l’identification des utilisateurs de cartes SIM

0

Toute personne effectuant des appels internationaux ou nationaux sur le territoire malien depuis leur téléphone mobile sera désormais connue. Le conseil de ministre local vient en effet d’adopter un dispositif règlementaire d’identification obligatoire de tous les prestataires de services et des utilisateurs de cartes SIM.

Carte SIM : utilisation frauduleuse des fréquences

Depuis sa nomination au ministère de l’Économie numérique de l’information et de la communication, le Dr Choguel Kokalla Maïga mène une politique d’assainissement du domaine dont il s’occupe. On se rappelle du moment où il a fait adopté un dispositif visant à interdire l’utilisation frauduleuse des fréquences de radio pour appeler à l’étranger ou dans le pays. Depuis, les compagnies aériennes sont actuellement plus rassurées en ce qui concerne la sécurité de leur personnel et de leurs clients.

Plus récemment, l’ancien régulateur principal des télécommunications a déposé un projet de règlementation imposant une identification de tous les prestataires de services et utilisateurs de téléphone mobile. Désormais, appeler au Sénégal ou vers d’autres pays ne fera plus partie du plan d’un projet mafieux. Tout détenteur de puce sera en effet connu grâce à ce nouveau dispositif.

Des puces à tarif réduit

Permettre aux utilisateurs de téléphoner moins cher ou proposer de crédit-bonus ne fait pas partie des stratégies utilisées par les opérateurs maliens pour accroître ou fidéliser leur clientèle. Ceux-ci profitent de l’émergence des téléphones double, triple ou quadruple SIM pour proposer de puces moins chères. Celles-ci ne se vendent pas toujours dans leurs boutiques. On en trouve aujourd’hui n’importe où. Et souvent, les vendeurs ne prennent pas la peine d’enregistrer le nom des acheteurs. Beaucoup y voient donc une voie pour accomplir leurs projets mafieux. Ce que le Dr Choguel Kokalla Maïga souhaite éviter. D’où l’adoption de cette nouvelle règlementation.

Téléphonie mobile : le groupe Altice quitte la Réunion et Mayotte

0

Le groupe Altice a récemment annoncé son départ de la Réunion et de Mayotte. La maison mère de Numericable va en effet mettre fin à ses activités mobiles sur les deux îles. L’opérateur malgache Telma serait prêt à reprendre le flambeau.

Le rachat de SFR conditionné par la cessation des activités à la Réunion et Mayotte

Il y a quelques mois, l’Autorité de la concurrence donnait à Numericable son accord pour le rachat de SFR. Entre autres conditions pour rendre l’opération possible : l’abandon des activités de téléphonie mobile à la Réunion et Mayotte. Outremer Telecom permettant de téléphoner pas cher se trouve sur les deux îles et il appartient en effet à Altice. Pourtant SFR est déjà présent à la Réunion et à Mayotte via sa filiale SRR. Au moment de racheter SFR, Altice s’était ainsi engagé à céder Outremer Telecom et l’ensemble de ses activités à la Réunion et Mayotte. Les abonnés auront toujours la possibilité d’appeler à l'étranger, envoyer des messages ou surfer sur leur mobile, toutefois ils le feront désormais sous la bannière d’un nouvel opérateur.

L’opérateur de téléphonie mobile Telma va reprendre les activités d’Altice à la Réunion et Mayotte

Différents groupes avaient déjà manifesté leur intérêt dans la reprise des activités d’Outremer Telecom, mais Altice a porté son choix sur l’opérateur malgache Telma. Des négociations exclusives seraient déjà en cours pour que ce dernier puisse s’implanter à la Réunion et Mayotte. Non content de proposer à ses abonnés la possibilité de téléphoner moins cher, celui-ci pourrait donc étendre ses activités dans l’Océan Indien. Telma a vu le jour il y a quelques années afin de rendre le marché de la téléphonie mobile malgache plus compétitive. Il compte aujourd’hui 1,5 million d’abonnés. Ces derniers peuvent surfer en haut débit et appeler Maroc ou n’importe où dans le monde à des tarifs compétitifs. Telma arrive à concurrencer les opérateurs Orange Madagascar ainsi qu’Airtel du groupe Bharti.

Le MVNO sera bientôt une réalité au Mali

0

Aidou Telecom, opérateur de téléphonie mobile virtuel au Mali, va bientôt lancer ses activités. Le président du Réseau malien des consommateurs de la téléphonie mobile, Adama Traoré, affirme en effet que l’entrée en service du MVNO se fera dans quelques semaines. Appeler à l'étranger ou envoyer des messages à l’aide du nouveau fournisseur de service n’est donc plus qu’une question de temps.

Téléphonie mobile : un nouveau fournisseur de service au Mali

Dans un entretien accordé à Balancing Act, Adama Traoré, président du REMACOTEM, a révélé que l’entrée en service de l’opérateur MVNO Aidou Telecom se fera dans les prochains mois. Les abonnés maliens soucieux de pouvoir téléphoner pas cher et bénéficier d’un meilleur choix d’opérateurs téléphoniques doivent encore patienter quelques semaines. L’arrivée d’un nouvel opérateur contribuera à enrichir le marché malien de la téléphonie mobile et à le rendre beaucoup plus compétitif. Téléphoner moins cher et envoyer des messages à prix réduit seront en effet possible. La Sotelma-Société malienne des télécommunications et Orange Mali sont actuellement les deux seuls opérateurs en activité dans le pays.

Adama Traoré renforce sa présence sur le marché malien des télécoms

Adama Traoré est sans aucun doute l’un des meilleurs modèles de réussite au Mali. Après l’ouverture d’un centre d’appels et la présidence du Réseau malien des consommateurs de la téléphonie mobile, il renforce sa présence sur le marché des télécoms avec Aidou Telecom. Son nouvel opérateur de téléphonie mobile virtuel lui permettra sans aucun doute de faire partie des grands noms du secteur au Mali. Ce scénario est d’autant plus possible que le MVNO devrait proposer des tarifs 30 à 40 % moins cher que la concurrence. Les abonnés auront la possibilité de téléphoner pas cher au Sénégal ou ailleurs et surfer à des tarifs particulièrement abordables.

4G au Maroc : les 3 candidats aux licences dévoilés

0

La liste des opérateurs candidats à la licence 4G marocaine vient d’être dévoilée. Méditel, Maroc Telecom et Wana Corporate sont les trois sociétés ayant déposé leurs dossiers auprès de l’ANRT.

Le Maroc aura bientôt son réseau 4G

Après la possibilité de téléphoner pas cher et surfer en 3G sur smartphones et tablettes, les opérateurs marocains vont bientôt proposer l’Internet mobile en très haut débit. Méditel, Maroc Telecom et Wana Corporate ont en effet déposé leur dossier auprès de l’ANRT après lancement d’un appel d’offres pour l’octroi de licences 4G. La date limite de dépôt de dossier a pour rappel été fixée au 12 mars et les trois opérateurs de téléphonie mobile ont chacun manifesté leur intérêt pour cette nouvelle technologie. Les engagements à déployer les infrastructures, la qualité de service, l’attractivité des offres et la cohérence de la stratégie adoptée seront entre autres pris en compte au moment de l’évaluation des dossiers. Le ou les opérateurs qui bénéficieront de la licence auront au final la possibilité de proposer le très haut débit mobile à leurs abonnés en plus des appels internationaux et autres services classiques.

La 4G apportera son lot de nouveautés aux abonnés marocains

C’est en mars 2014 que le gouvernement marocain donne son aval au lancement d’un appel d’offres pour l’octroi de licences 4G. Il faut toutefois attendre le mois de novembre pour que l’ARNT puisse mener à bien l’opération. D’ailleurs, il semble que ce retard ait affecté le planning du régulateur qui avait envisagé le déploiement du très haut débit mobile avant le début de l’année 2015. Il souhaitait en effet que les abonnés marocains à la téléphonie mobile puissent téléphoner moins cher et profiter d’une connexion Internet mobile de qualité à partir de cette année. La patience portera cependant inévitablement ses fruits puisque l’évaluation des dossiers de candidature suite à l’appel d’offres lancé se fera très bientôt. La 4G permettra entre autres de jouer en ligne, de stocker des fichiers volumineux sur le Cloud ou encore de téléphoner en Algérie ou n’importe où dans le monde avec la visiophonie.

Afrique du Sud : MTN casse les prix de l’Internet mobile

0

MTN a récemment annoncé la baisse des prix de l’Internet mobile. De nouveaux forfaits ont en effet été introduits suite à la forte demande enregistrée par l’opérateur de téléphonie mobile sud-africain.

De nouveaux forfaits proposés aux abonnés

Après la possibilité de téléphoner pas cher, MTN propose à ses abonnés l’Internet mobile à prix cassés. Suite à la demande sans cesse croissante des services Data, l’opérateur a en effet pris la décision de proposer de nouveaux forfaits à ses abonnés : un forfait nuit et un autre hebdomadaire. Ces forfaits présentent la particularité d’être plus accessibles en termes de prix avec une période de validité plus importante. MTN s’attend d’ores et déjà à une augmentation de ses recettes grâce à la hausse attendue du volume de consommation. C’est d’autant plus vrai que tous les abonnés auront la possibilité d’appeler à l'étranger en visiophonie, échanger des fichiers sur le Cloud ou encore télécharger du contenu interactif. Il en résultera inévitablement une augmentation du volume de Data consommé par les abonnés.

MTN souhaite lancer des smartphones à faible coût

Le forfait Internet le plus abordable proposé par MTN, soit 50 Mo de données, est à 7 rands. Celui de 100 Mo est à 12 rands tandis que celui de 300 Mo, 500 Mo et 1 Go sont respectivement proposés à 29 rands, 39 rands et 59 rands. En dehors de cela, l’opérateur facturera le Mo à 99 centimes de rand. Il sera ainsi possible de passer des appels internationaux en visiophonie et se connecter à Internet à des tarifs relativement abordables. MTN a par ailleurs annoncé la collaboration avec des équipementiers pour augmenter et faciliter la consommation Data. Enfin, l’opérateur a récemment révélé qu’il allait lancer des smartphones à faible coût sur le marché. Les personnes à petit budget pourront ainsi se procurer des appareils compatibles 3G pour appeler Sénégal ou n’importe quel autre pays et surfer en haut débit.

Les opérateurs en téléphonie mobile : les nouveaux banquiers

0

Nul ne peut aujourd’hui nier l’importance d’une banque pour le développement humain. Conscient de cela, de plus en plus d’opérateurs téléphoniques proposent des services semblables à ceux d’une telle institution. Le téléphone ne sert seulement plus à appeler à l’étranger ou à naviguer sur Internet.

Une tendance « made in Africa »

Le concept est né au Kenya en 2007. À l’époque, les utilisateurs locaux souhaitaient un service leur permettant d’envoyer des minutes de téléphonie à leur proche souhaitant appeler au Sénégal ou ailleurs. Ce qui a poussé l’opérateur Safaricom à lancer son programme de fidélisation M-pesa. Ce service permet de transmettre de l’argent d’un numéro à un autre. C’est le point de départ de ce que l’on appelle aujourd’hui « le numéro banque ».

Nouveau service mobile : concurrent sérieux aux banques

Ce service n’a pas tardé à être populaire dans un pays où la majorité de la population ne dispose pas d’un compte bancaire. 5 années ont suffi à Safaricom pour être le premier opérateur financier du pays avec 20 millions de clients souscrits à son programme M-pesa. Parallèlement, le premier acteur télécoms kenyan a vu le nombre des appels internationaux ou nationaux passant par son réseau augmenter. Vodafone, un de ses propriétaires, n’a même pas pu résister à l’idée de suivre sa trace. Ce qui a pour conséquence le développement du concept en Afrique de l’Est, en Afrique du Sud, en Inde et même en Europe de l’Est.

Un monopole de Vodafone ?

Vodaphone n’est plus seul sur ce nouveau terrain depuis quelques années. Le géant français Orange est persuadé que permettre à ses clients de téléphoner moins cher ne lui apportera plus de bons résultats. Donc, il s’illustre actuellement avec son service Orange Money. Ce dernier connait actuellement un grand succès dans trois pays d’Afrique, notamment à Madagascar, au Mali et en Côte d’Ivoire. Toutefois, il se trouve déjà dans un terrain très disputé. En plus de Vodafone en fait, Airtel et d’autres grands opérateurs du continent disposent d’un service similaire

Maroc : les licences 4G accordées

0

Les Marocains ne patienteraient plus que quelque temps s’ils veulent profiter de la 4G pour leurs recherches sur Internet et leurs appels internationaux. Les trois opérateurs locaux viennent en effet de se faire attribuer des licences pour l’exploitation de cette technologie.

Licence 4G : L’ANRT satisfaite des business-plans proposés

L’appel à candidature du gouvernement pour l’exploitation de la 4G au Maroc n’a pas tardé à venir. Le 12 mars 2015, Inwi, Maroc Telecom et Meditel ont déposé ensemble leur dossier. L’ANRT s’en est directement saisi. Et ses conclusions étaient conformes aux attentes de chaque candidat. L’autorité a en effet précisé que les engagements pris par les opérateurs en ce qui concerne la couverture après 5 années d’attribution de licence étaient plus élevés que le minimum prévu par le gouvernement. Ces conclusions étant, le gouvernement a décidé de donner une licence à chaque « postulant ».

Inwi peut se réjouir d’avoir obtenu le meilleur business plan avec une note de 82. Maroc Telecom se trouve en seconde position avec une note de 81. Méditel se contente de la troisième place avec une note de 81. Les trois opérateurs pourront toutefois proposer des offres 4G permettant de surfer ou de téléphoner au Maroc ou vers l’étranger.

Des tickets d’entrée différents pour chaque opérateur téléphonique

Les opérateurs marocains sont prêts à tout pour donner la possibilité à leurs clients de naviguer ou d’appeler à l’étranger via la 4G. Le gouvernement gagne en effet 2 milliards de dirhams, soit près de 260 millions d’euros en leur attribuant ces nouvelles licences.

Le ticket d’entrée n’est pas toutefois le même pour tous. Maroc Telecom devrait débourser 1 milliard de dirhams pour se faire attribuer la licence B. La licence C appartient à Wana Corporate, maison mère d’Inwi, dont l’obligation financière est de 503 millions de dirhams. La licence A nécessite une contrepartie financière de 500,4 millions de dirhams de la part de Medi Telecom, propriétaire de Meditel.

En attendant le déploiement de la 4G, les Marocains devront se contenter de la 3G plus pour se connecter ou pour appeler en Algérie ou vers une autre destination.

Télécommunications : un secteur dynamisé par l’Internet haut débit

0

Le secteur des télécommunications fait partie de ceux qui n’ont pas été touchés par la crise. Il doit notamment cette « prouesse » à l’Internet haut débit et à l’avènement des Smartphones. En effet, ces derniers ne sont pas destinés uniquement pour appeler à l’étranger ou localement. Ils constituent également un moyen pour effectuer des recherches et communiquer sur le web.

La course vers le réseau 4G+

En France, encore bon nombre de personnes ne peuvent effectuer des appels internationaux par Internet via la 4G. Malgré cela, les opérateurs pensent déjà au déploiement des prochaines générations. Les trois premiers opérateurs, par exemple, permettent déjà de profiter des vertus de la 4G+ dans une vingtaine de grandes villes, dont Paris, Marseille, Lille et Lyon. Pour rappel, cette technologie offre une vitesse plus élevée de téléchargement que la 4G.

Il existe toutefois un bémol à ce projet. Encore peu de Smartphones utilisés en France pour appeler en Algérie ou vers une autre destination sont compatibles. On a pu cependant en trouver quelques-uns au cours du récent Mobile World Congress de Barcelone même si la plupart iront tout droit vers les USA et la Corée avant de venir en Europe.

La 4G, aussi pour appeler à l’étranger

Auprès des opérateurs français, il est possible de souscrire à une offre 4G incluant Internet et appels téléphoniques. Il faut cependant le savoir, les conversations avec une telle offre passent réellement par la 2G ou la 3G. La VoLTE, la version de la 4e génération permettant de téléphoner en Israël ou ailleurs n’est pas encore déployée en France. Les opérateurs s’apprêtent cependant à abandonner la 2G progressivement pour se tourner vers cette technologie plus récente.

Enfin, malgré son net retard par rapport aux États-Unis et la Corée du Sud en matière de couverture 4G, l’Europe est déjà sur la piste pour la course aux expérimentations de la 5G.

Cameroun : la licence de MTN renouvelée

0

Les Camerounais pourront désormais espérer surfer et téléphoner moins cher via la 3G. En effet, MTN vient d’obtenir le renouvellement de sa licence, un contrat assorti d’une autorisation d’exploiter la 3G et la 4G. Les détails.

MTN continuera de proposer la 3G et la 4G

Enfin, la filiale camerounaise de la société sud-africaine MTN et le gouvernement camerounais ont trouvé un terrain d’entente. Le 11 mars 2015, les deux entités ont signé une convention de renouvellement de licence. Le prix était celui qui a été déjà demandé par le gouvernement : 75 milliards de Francs CFA. L’opérateur n’aurait toutefois pas accepté s’il n’incluait pas un droit de déploiement des technologies 3G et 4G.

C’est une bonne chose pour la concurrence, car les Camerounais peuvent désormais espérer appeler au Sénégal à meilleur prix via la 3G. Pour rappel en effet, Nextell était, avant cet accord, le détenteur du monopole de la 3G dans ce pays. Il a désormais face à lui un concurrent de taille qui a d’ailleurs déjà affirmé son souhait de permettre à ses clients situés dans 16 villes camerounaises de passer des appels internationaux ou nationaux via la 3G.

Une durée de validité de 15 ans

MTN n’était même pas prêt à payer 75 milliards de Francs CFA si la durée de validité de la licence n’était pas augmentée. Celle-ci est désormais valide pour 15 ans, au lieu de 10. Pour rappel, l’opérateur avait, au départ, proposé 35 milliards, puis 65 millions du fait de l’intransigeance du gouvernement. Ce n’est qu’après la révision des conditions donc qu’il a accepté le tarif actuel.

MTN n’était pas le seul à obtenir un renouvellement de sa licence. Orange Cameroun a également reçu le sien le 13 mars 2015, avec les mêmes conditions. La bataille promet donc d’être plus rude sur le marché local à partir de cette année. Les Camerounais peuvent donc espérer téléphoner moins cher qu’aujourd’hui prochainement.

Royaume Uni : faible concurrence dans la téléphonie mobile

0

Les Britanniques devront-ils abandonner leur rêve de téléphoner moins cher qu’aujourd'hui ? La réponse est oui si l’on se réfère aux récents rachats-acquisition qui ont lieu dans leur pays. Les autorités britanniques et européennes n’ont pas heureusement dit leur dernier mot.

Plus que 3 opérateurs téléphoniques

Le Royaume-Uni fait encore partie de ces pays où téléphoner au Maroc ou vers une autre destination étrangère est moins cher. Mais cela pourra changer dans les mois ou les années qui viennent. Il ne reste plus en effet, au moins théoriquement, que 3 opérateurs dans le pays, contre 5 auparavant. Les responsables se nomment BT et Hutschison Whampoa.

Le premier a fait un retour au premier plan du marché britannique en rachetant Everything Everywhere (EE) à Orange et Deutsche Telecom. Le second, lui, vient d’acquérir l’opérateur O2 à l’espagnol Telefonica. Ce qui lui permet d’être l’acteur le plus sollicité en Grande-Bretagne pour passer des appels internationaux et nationaux. Avec ce rachat en effet, Hutchison Whampoa dispose d’un portefeuille de 31 millions d’abonnés.

Les dossiers sont en cours d’examen par le CMA

Aucune consolidation ne sera autorisée qu’après l’approbation de la commission and Market Authority (CMA) et, éventuellement, la Commission Européenne. Cette dernière interviendra probablement dans le dossier O2. La raison est simple : Hutchison est une entreprise présente dans plusieurs pays européens en ne citant que l’Irlande et l’Italie.

Il est d’ailleurs important de le rappeler, le conglomérat hongkongais et Telefonica ont prévu de boucler le rachat le 30 juin 2016, le temps d’attendre la décision de la commission. Cette dernière devra également considérer l’examen en cours du rachat d’EE par BT avant de se prononcer sur celui d’O2.

Les Britanniques auront donc sûrement plusieurs mois supplémentaires pour savoir s’il leur sera possible dans les prochaines années de téléphoner pas cher depuis leur pays.

Algérie : OTA autorisé à déployer davantage son réseau 3G

0

De plus en plus d’utilisateurs pourront prochainement appeler en Algérie via la 3G. L’autorité de régulation des postes et télécommunications vient en effet de donner le feu vert à la société Optimum Télécom Algérie (OTA) pour l’extension de la couverture de son réseau basé sur cette technologie.

3G : L’autorité de régulation satisfaite.

Les habitants de cinq autres wilayas pourront prochainement passer par la 3G de l’Optimum Télécom Algérie pour surfer ou effectuer des appels internationaux. Cette société vient en effet de recevoir de l’ARTP l’autorisation d’exploiter sa licence 3e génération à Batna, Bouira, Médéa, Bejaia et Tiaret. En fait l’entité était satisfaite de la soumission de l’opérateur à ses obligations minimales de couvertures et de la qualité de service dans les wilayas déjà couvertes. Pour rappel, les habitants d’El Bayadh, Saïda, Guelma et Ain Temouchent et Tlemecel peuvent déjà depuis le début de l’année appeler à l’étranger via la 3G. L’Algérie est donc sur la bonne voie pour faire oublier son retard par rapport à ses voisins dans le domaine des télécommunications.

Orascom Telecom prêt à rattraper son retard

Il est important de le rappeler, l’OTA se trouve à sa deuxième année d’exploitation de la licence 3G. Au cours de la première année, plusieurs wilayas ont pu déjà permettre à leurs habitants d’appeler au Maroc ou vers un autre pays via son réseau 3G. On peut notamment citer Alger, Constantine, Mostaganem, El Oued, Béchar, Ain Defla, Ouargla, Oran, Blida et Skikda.

À noter également, OTA était la forme contractée d’Orascom Telecom Algérie. Toutefois, en acquérant les 51% de la société, l’état algérien par le biais du fonds national d’investissement a décidé de changer de nom. D’où l’appellation Optimum Télécom Algérie.

Enfin, OTA avait obtenu sa licence 4G, six mois après ses deux concurrents du marché algérien ATM/Mobilis et WTA/Ooredoo. Il espère cependant se rattraper avec cette nouvelle autorisation provenant de l’autorité de régulation.

Maroc : Nortis pour un internet pour tous

0

Après avoir permis à bon nombre d’entreprises d’appeler à l’étranger ou localement dans de meilleures conditions, Nortis projette actuellement de lancer des offres Internet via satellite. Ce projet est né à la suite de son rachat par l’espagnol Quantis Global.

Pour équilibrer les parts de marché professionnel et particulier

Appeler au Maroc via Nortis est possible depuis 2000. C’est en effet l’année de la création de l’opérateur par satellite dans le pays, par le norvégien Telenor. Actuellement, la clientèle de la désormais propriété du géant espagnol Quantis Global est composé majoritairement de professionnels et des institutions publiques. Mais cela devrait changer à partir du lancement des offres Internet par satellite, selon le directeur général de l’opérateur.

Maroc : Internet pour tous

Les Marocains n’auront désormais plus à passer par les opérateurs MNO pour appeler à l’étranger via un service Internet ou effectuer des recherches en ligne. Nortis leur permettra en effet, suite à la réalisation de ce projet, de profiter d’un débit allant jusqu’à 20 Mbits pour un abonnement mensuel de 299 dirhams (environ 28 euros).

Comme il s’agit de services d’accès à Internet et de téléphonie IP par satellite, l’acquisition d’une antenne parabolique de taille réduite est nécessaire. Elle coûterait 5000 dirhams (470 euros) à l’utilisateur.

Préserver la position de leader du marché du VSAT

Nortis reste le leader du marché du « Very Small aperture Terminal » (VSAT) en 2014 en réalisant un chiffre d’affaires de 4 millions d’euros et un bond de 25%. Il ne manque toutefois pas de concurrents. Space Com et Gulfsat Maghreb font également partie des opérateurs permettant aux professionnels et aux particuliers de téléphoner au Maroc via un réseau satellite. Et avec un régulateur envisageant d’attribuer des licences VSAT dans les prochaines années, le mieux est, pour la propriété de Quantis, de lancer des offres Internet.

Cameroun : CAMTEL va déployer son réseau mobile

0

Téléphoner moins cher qu’aujourd’hui ne serait plus un rêve au Cameroun prochainement. La raison ? Camtel est plus que jamais décidé à commencer l’exploitation de son réseau mobile. Ceci pourrait emmener Nextell, Orange et MTN à baisser leur tarif.

Des préparatifs en cours pour l’opérateur Camtel…

Cameroun Telecommunications réaffirme son souhait de revenir au premier plan dans le domaine des télécommunications au Cameroun. La récente série d’appels à candidature pour des postes d’ingénieurs et de techniciens pour son projet Mobile Communications Network en est la preuve. Un grand nombre de dossiers sont déjà parvenus auprès de la société étatique depuis le lancement de ces appels à candidature.

Camtel vient de recevoir la notation BBB de la part de l’agence panafricaine Blommfield. Pourtant, l’entreprise est en proie à des difficultés financières depuis le début des années 2000 et elle ne compte aujourd’hui que 300 000 abonnés au téléphone fixe. Elle espère toutefois surmonter ses problèmes actuels en lançant des offres permettant d’appeler au Sénégal ou vers une autre destination via un terminal mobile.

Pour un marché de la téléphonie mobile plus concurrentiel

La société étatique aura fort à faire avant de pouvoir se positionner sur le marché. En fait il existe déjà trois opérateurs. Le duo MTN-Orange se trouve largement en tête et occupe au moins 85 % du secteur. Malgré un débarquement encore récent, Nexttel est déjà sollicité régulièrement par environ 400 000 abonnés souhaitant surfer ou effectuer des appels internationaux ou nationaux. L’arrivée de Camtel n’est toutefois pas vue du bon œil par les trois opérateurs. Celui-ci pourrait en effet les entraîner dans une guerre de prix pouvant baisser leurs marges. Aucun des belligérants ne sortira cependant pas vraiment vainqueur de cette guerre. La victoire reviendra aux utilisateurs camerounais de téléphone mobile. Ceux-ci auront en effet la possibilité de téléphoner pas cher à leurs proches.

La fin de Joe Mobile

0

Le récent rachat de SFR par Numéricable continue de bouleverser le secteur de la téléphonie mobile en France. Joe Mobile, un opérateur virtuel permettant de téléphoner moins cher, vient en effet de tirer sa révérence. Ses abonnés devront désormais se tourner vers Virgin Mobile, une autre acquisition du câblo-opérateur.

De nombreux avantages promis à ceux qui optent pour Virgin Mobile

Rien n’oblige les abonnés de Joe à se tourner vers Virgin Mobile. Ceux-ci ont le droit d’opter pour un autre opérateur virtuel. Cependant, s’ils souhaitent des forfaits sans engagements permettant de surfer et de téléphoner pas chers, Numéricable leur promet plus d’avantages. À noter, les services de Joe ne seront plus accessibles au moment du rechargement automatique, entre le 15 mai et le 15 juin 2015. D’où le récent communiqué du câblo-opérateur.

Avec cette nouvelle, Numéricâble réaffirme son souhait de se trouver à la tête du Très Haut Débit fixe et mobile en France. Pour sa réalisation, il va notamment se focaliser sur ses deux récentes acquisitions : SFR et Virgin Mobile. Le câblo-opérateur ne tardera sûrement pas à être l’acteur le plus sollicité en France pour appeler au Sénégal ou vers une autre destination.

Comment se fera le passage vers l’opérateur téléphonique Virgin Mobile ?

L’abonné à Joe peut accéder à son Espace Client pour choisir l’offre qui l’intéresse. Il pourra en profiter après la saisie au préalable de ses informations et de son code RIO ainsi que la finalisation de son parcours. À noter, la conservation du numéro habituel est impossible après le 1er juin. Dans ce cas donc, on se fera attribuer un nouveau numéro pour ses appels internationaux ou nationaux.

Une autre voie existe pour ce passage : l’accès au site de Virgin Mobile après la récupération de son code RIO. Ce dernier devra être inscrit dans le champ « je souhaite conserver mon numéro de mobile ».

États unis : pour un internet ouvert

0

Les Américains n’auront plus à craindre une baisse de la qualité des communications lorsqu’ils font des recherches ou des appels internationaux via Internet mobile. La Commission fédérale des communications (FCC) vient en effet d’élargir l’application des « règles claires et exécutoires pour les préservations et protection de l'Internet ouvert » aux connexions via Smartphone.

Mêmes règles pour Internet fixe et Internet mobile

Désormais, le principe de la libre circulation des données dans les réseaux sans fil est applicable à l’Internet mobile. Les opérateurs n’auront donc pas le droit de privilégier un flux data, au détriment d’un autre. Conscient de l’augmentation incessante des personnes utilisant leur téléphone mobile aussi bien pour appeler à l’étranger que pour Internet, la FCC a décidé d’agir dans ce sens. Tout blocage ou ralentissement d’une façon sélective d’un trafic est donc sanctionné.

Cette décision est sûrement loin de réjouir les opérateurs les plus sollicités aux États-Unis pour téléphoner en Israël ou ailleurs, à savoir A&T, Verizon, T-Mobile et Sprint. Pour rappel en effet, ceux-ci sont pour une offre appelée « Internet des voies rapides » pour les producteurs capables de payer plus cher. Mais c’est pour éviter une telle discrimination que la FCC a pris cette position.

L’opérateur téléphonique AT&T à la tête des contestataires ?

Les États-Unis font partie des pays où surfer ou téléphoner moins cher est impossible. L’agissement du régulateur fédéral est donc fondé sur un besoin de limiter ou même d’arrêter la tendance des opérateurs à proposer leurs meilleurs services à des utilisateurs pouvant payer plus cher. AT&T sera sûrement en première ligne de la contestation de cette nouvelle règle. Il est en effet en guerre ouverte contre la FCC après être poursuivi pour étranglements de vitesses de téléchargements au bénéfice des abonnés à ses forfaits plus chers.

Téléphonie au Maroc : Meditel voit grand

0

Avec un taux d’équipement en mobile de 140%, le Maroc est une terre promise pour la téléphonie. Meditel, l’opérateur tenu à 40% par Orange compte investir 660 millions d’euros pour permettre davantage au grand nombre de téléphoner moins cher.

En faveur du 4G, de l’ADSL et du réseau d’entreprise

Dernièrement, Meditel a obtenu une licence d’exploitation de la 4G pour le Royaume du Maroc. D’ici 2016, l’entreprise entend déployer le réseau au profit des usagers marocains. Pour que le service 4G ou l’ADSL soient suffisamment abordables, l’opérateur a reçu deux propositions de support technique chinoises : ZTE et Huawei. Alcatel Lucent puis Ericsson complètent la liste des candidats.

Avec l’arrivée de son nouveau Directeur général, l’opérateur marocain a réalisé un rafraîchissement de son image. Depuis, avec des offres à 25 dirhams, l’opérateur Meditel était devenu synonyme de téléphoner pas cher. Paradoxalement cette filiale d’Orange sera un porte-fanion du très haut débit. Ces deux prestations en apparence distinctes convergent au sein d’une perception de proximité entretenue tant envers les particuliers que les entreprises.

Une haute technologie pour une clientèle avisée

Au Maroc, le revenu mensuel généré par un client reste relativement bas. Cependant, le pays n’a rien à envier aux voisins maghrébins tels que l’Egypte en dehors des appels internationaux, l’usage des datas est un marché en plein boom dans le royaume. Ce qui justifie les 7 milliards de dirhams à injecter sous forme d’innovation technologique.

Actuellement, le portable sert essentiellement à téléphoner au Maroc ou à joindre les diasporas. Par ailleurs, seuls 16% de la population utilise un appareil de dernière génération. Toutefois, les professionnels du secteur restent confiants. Ils espèrent même que la moitié des Marocains utilisera un Smartphone d’ici trois ans. Autrement dit, la pénétration de l’internet mobile sera alors de 50%. Dans la même période, la fibre optique équipera un certain nombre de domicile.

Sénégal: l’ARTP dépose une plainte contre Orange

0

Être le premier opérateur le plus sollicité pour appeler au Sénégal ne permet pas à Orange de se trouver au dessus du règlement. Ce qu’a cherché à exprimer le directeur général de l’Autorité de régulation des télécommunications et de la poste (ARTP) sénégalais lors d’une récente interview.

Divergences concernant le contrôle des appels entrants…

« Jouer le trouble jeu », c’est l’expression utilisée par Abdou Karim Sall, directeur général de l’Artp pour parler de ce que fait Orange. Cela ferait bientôt une année que le régulateur dispose de son propre système de lutte contre la fraude télécom. Depuis juin 2014 donc, celui-ci effectue lui-même la vérification des flux des appels internationaux entrants au Sénégal, mais également ceux qui se font entre les opérateurs. Malheureusement, Orange refuse de se trouver dans la toile. Tigo et Expresso, eux, font déjà partie du système. Ce que déplore Abdou Karim Sall.

Pour expliquer son refus, le premier opérateur permettant aux Sénégalais d’appeler à l’étranger ou localement via un téléphone mobile, pointe du doigt Global Voice group, le partenaire choisi pour l’accomplissement de cette mission de contrôle. Les opérateurs n’ont pas le droit de « nous dire quel est le partenaire qu’on doit choisir » a martelé le DG de l’ARTP. 

Internet mobile : Et le respect du cahier des charges de la 3G

Il existe également un autre point de divergences entre les deux parties : la 3G. Depuis quelques années, l’opérateur a pu permettre à ses abonnés d’ appeler au Maroc ou ailleurs via cette technologie. Il semble cependant ne pas être reconnaissant envers l’État sénégalais. Il aurait en effet enfreint ses obligations liées à l’octroi de la sa licence 3G. Il devrait en fait, selon le cahier des charges du mois de février 2011, verser le 3% de ses chiffres d’affaires sur la technologie à l’État. L’ARTP lui en a déjà signifié, mais l’opérateur a répliqué par une demande de facturation. Mais quand l’autorité a cherché à connaître les chiffres concernant cette facturation, aucune réponse n’est parvenue. Actuellement, l’opérateur est mis en demeure de payer ce qu’il doit.

Révélation sur les relations entre Orange Israel et Partner Communication

0

Malgré de nombreux avertissements, Orange a opté pour un renouvellement de son partenariat avec l’opérateur israélien Partner Communications en 2011. Le duo forme certes l’opérateur le plus sollicité pour appeler en Israël, mais la société française n’a aucune raison d’y être. En voici les raisons.

Orange Israël : Profits liés à la colonisation

Partner communication comptait 175 antennes et installation de communication en Cisjordanie en 2011 et dans les hauteurs du Golan. Il dispose également de plusieurs boutiques dans diverses colonies de Cisjordanie. Bien que faisant partie des opérateurs sollicités pour les appels internationaux ou nationaux en territoire palestinien, il ne fait aucune contribution fiscale à l’Autorité palestinienne. Pire encore, les opérateurs palestiniens, c'est-à-dire ceux qui paient des impôts à cette autorité, ne peuvent installer leurs antennes que sur les 40 % de la Cisjordanie.

Le partenaire de l’entreprise française fait donc partie des opérateurs occupant, en 2008, les 20 à 45 % du marché palestinien, en y proposant des offres permettant d’appeler à l’étranger ou localement. Orange ne devra pas chercher à profiter d’une telle situation.

Partner Communications : Soutien à Tsahal

500 enfants ont péri lors de l’agression militaire contre Gaza à l’été 2014. Et au cours de cette période sombre, Partner Communication fait partie des soutiens du Tsahal, la force israélienne. Le bataillon qu’il a adopté, EZUZ, est même le responsable des exactions les plus sanglantes de cette guerre. Les membres de ce bataillon ont pu téléphoner moins cher, voire gratuitement, à leur famille et proche grâce à l’aide du partenaire d’Orange. Celui-ci allait même jusqu’à leur fournir régulièrement des générateurs, des chargeurs pour divers téléphones et des tablettes.

Orange entretient donc une liaison dangereuse et devra donc la rompre le plus tôt possible. Celle-ci pourra compromettre son développement dans les pays s’opposant à l’occupation des territoires palestiniens par Israël.

Télécommunication en Europe: avis des analystes financiers

0

Les analystes financiers se sont lâchés concernant les entreprises du secteur télécom en Europe. Les opérateurs orientés vers les appels internationaux comme le spécialiste des marchés de niches ont eu leurs notes. Zoom sur les entreprises européennes de téléphonie cotées en bourses.

Opérateurs téléphoniques : Des avis favorables presque surfaits

Les avis favorables ont fusé de partout notamment concernant les opérateurs permettant de téléphoner moins cher. Iliade, la maison mère de Free rafle près de 73% de recommandations positives. Pourtant comparé à la santé financière d’autres entreprises comme Deutsche Telekom, Free paraît fragile. Les courtiers sont en partie sinon entièrement responsables de la flambée des cours. On observe jusqu’à des gains de valeur boursière de plus de 40%. Des surenchères pas franchement liées à la croissance réelle des entreprises.

De leurs côtés les analystes financiers ne se sont pas retenus en attribuant des recommandations à la Deutsche Telekom, Telenet et Telecom Italia. Ces réseaux téléphoniques nationaux que beaucoup utilisent pour l’appel à l’étranger seraient des placements sûrs pour les 2 années à venir. Au moins 50% des analystes en sont convaincus.

Bouygues, SFR, Oranges…les Françaises à la traîne

Parmi la liste des mal-aimés, on peut trouver Belgacom et Mobistar. Le même sort a été réservé à Bouygues. Pour cet opérateur également entrepreneur BTP, le bâtiment ne va pas donc rien ne va. Le groupe français récolte à peine 22% d’avis favorables de la part des analystes du marché boursier. SFR et Orange, deux Françaises bien connues pour téléphoner au Maroc ou dans d’autres pays d’Afrique ont eu plus de chance. Les deux marques ont obtenu chacune 48% d’avis favorables.

Ce tableau assez complexe va changer d’un moment à l’autre. En effet, le marché tout entier est sur le point de se recomposer. Alors, pour l’heure, les analyses et les suppositions vont rester des prévisions.

Afrique subsaharienne: le mobile banking séduit de plus en plus

0

Si l’avènement du mobile a permis à de nombreux Africains de téléphoner pas cher, désormais le portable leur permet d’économiser sans difficulté. Le taux de bancarisation a connu un bond sans précédent. Zoom sur un phénomène sociétal sur le continent africain.

Du téléphone au mobile banking

L’arrivée en masse des opérateurs du monde entier permet à l’Afrique de téléphoner moins cher. Des familles séparées par des milliers de kilomètres peuvent désormais se sentir proches avec des innovations comme le 4G. Puisqu'on n’arrête pas le progrès, les applications mobiles se sont rapidement entendues sur le m-banking. Avant l’arrivée du portable en Afrique, moins de 12% de la population avaient un compte en banque. Désormais, ils sont près de 34% à avoir de l’argent fiduciaire classé quelque part grâce au portable.

Le Kenya en premier de la classe

Le Kenya se considère comme l’élève modèle. En fait, ce pays détient un taux de bancarisation mobile de 58%. Loin devant des pays comme l’Ouganda, la Tanzanie, le Kenya a rapidement trouvé le côté pratique du mobile banking. Le système permet en effet de faire les transactions en toute sécurité dans des zones reculées. Le côté transfert prône sur l’épargne, car les Africains font leurs courses avec le téléphone. Ils règlent également leurs factures d’électricité ou l’essence avec.

Des applications propres au continent

Les appels internationaux seront effectués grâce au crédit acheté à distance à partir d’un compte mobile money. À Madagascar, on peut même prendre de l’argent sur un guichet automatique d’une banque avec son téléphone, ce sans avoir besoin ni d’un compte en banque ni de carte bleue. En Afrique subsaharienne, le téléphone mobile, dont les dernières trouvailles apparaissent en même temps qu’en Europe a changé le quotidien. Au lieu de téléphoner au Sénégal pour ordonner d’ouvrir un compte bancaire, la diaspora peut tout envoyer sur le mobile et basta.

ANRT: Vers 50 millions d’abonnées à l’horizon 2018

0

Au Maroc, l’ANRT, l’autorité locale des NTIC ont établi la feuille de route pour le secteur. Après avoir permis aux Marocains de téléphoner moins cher, l’agence vise à ce que les sujets du royaume puissent profiter pleinement d’internet haut débit.

Un guideline pour une téléphonie en pleine effervescence

L’Agence Nationale de Réglementation des Télécommunications a tracé l’itinéraire pour l’ensemble des acteurs de la télécommunication. Pour rappel, le Maroc est le pays d’Afrique se trouvant le plus près de l’Europe géographiquement. C’est une destination privilégiée des retraités français. Ainsi, les appels internationaux vont fuser dans les deux sens. La diaspora va appeler Maroc tandis qu’un expatrié en seconde jeunesse va appeler la France. Par ailleurs, le Maroc reste une terre promise pour le télétravail. Ainsi, le secteur des NTIC ne peut que se développer à grands pas. L’ANRT, anticipe et fixe l’objectif pour 2018.

Haut débit : Une révolution profitable pour tout le monde

Concrètement, le gouvernement marocain encourage les opérateurs à amener aussi rapidement que possible les innovations qui profiteront au plus grand nombre. Dans le pays, on peut appeler à l’étranger à partir d’une zone reculée. Les autorités souhaitent dorénavant que l’accès à internet soit général. Cela implique des ouvertures à d’autres prestataires que ceux déjà opérationnels sur place. Ce sera le cas notamment des connexions pour les professionnels et les réseaux d’entreprises. On compte sur une concurrence encadrée pour faire baisser le tarif.

Beau fixe pour l’internet marocain

Selon les prévisions officielles, d’ici quelques mois, le marché se stabilisera avec au moins 50 millions d’utilisateurs du téléphone mobile. L’internet grande vitesse à 2 mégabits par secondes sera alors une réalité pour un grand nombre de Marocains. Ce rêve a même un nom : PNHD ou programme national du haut et du très haut débit. Plus qu’une utopie, le pays tout entier s’y atèle depuis 2012. Affaire à suivre.

Télécommunication: Reichle& De-Maissari bientôt au Maroc

0

Les Marocains pourront espérer appeler à l’étranger dans de meilleures conditions. Reichle& De-Maissari, équipementier suisse spécialisé dans les réseaux de cuivre et de fibre optique, va en effet s’implanter au Maroc.

Un marché téléphonique dynamique pour augmenter son CA

En 2014, le groupe suisse a pu réaliser un chiffre d’affaires de 226 millions de dollars. Il a fait donc un bond de 7,3 % par rapport à 2011. Cet exploit ne semble cependant pas le satisfaire. D’où l’annonce de son implantation au Maroc. Le choix n’a pas été sûrement fait d’une manière hâtive. Être présent dans un pays où les appels internationaux et les connexions sur Internet sont de plus en plus fréquents est toujours une meilleure idée. Le moment est d'ailleurs bien choisi vu que ce pays va bientôt recevoir la 4G.

L’international réussit bien à la société

Reichle& De-Maissari a actuellement une cinquantaine d’années d’exercices dans le secteur. Ses longues années d’expérience lui ont déjà permis de se trouver dans des pays autres que la Suisse. Plus de 70 % de son chiffre d’affaires de 2014 provenait même du marché international. L’équipementier ne manque cependant pas de concurrents dans le secteur. Ceux-ci sont notamment des géants focalisés sur les technologies de pointe. L’équipementier suisse n’aura donc pas du mal à trouver ses marques du fait du coût réduit des infrastructures de cuivre, infrastructures très sollicitées pour appeler au Maroc.

Les pays émergents, cible des sociétés suisses

En permettant à ses habitants de téléphoner moins cher depuis quelques années, le Maroc est devenu l’un des marchés les plus dynamiques du secteur des télécommunications, comme la plupart des pays émergents. Ces derniers constituent d’ailleurs aujourd’hui la cible privilégiée des entreprises suisses qui projettent une ouverture vers l’international. En plus du secteur des télécommunications, les domaines ont la cote auprès de celles-ci : bio-agriculture, BTP, logistique et transport, énergies renouvelables et industrie pharmaceutique.

Côte d’Ivoire: Orange multiplie ses investissements dans le mobile banking

0

Le téléphone mobile ne sert seulement plus à appeler au Sénégal depuis la Côte d’Ivoire et de nombreux autres pays. On l’utilise également pour déposer ou retirer de l’argent et pour payer des achats. Orange Côte d’Ivoire veut désormais investir davantage dans ce secteur.

Pour un triplement du nombre d’utilisateurs grâce au mobile banking

En plus d’être le premier opérateur le plus sollicité en Côte d’Ivoire pour appeler à l’étranger ou localement, Orange peut se targuer d’être le leader dans le mobile banking dans ce pays. Sur un segment composé de 6 millions d’utilisateurs en effet, il en compte 3,5 millions. L’opérateur reste cependant prudent face à la montée du service similaire de MTN CI. Cette situation l’aurait contraint à décider d’y injecter 6 milliards de FCFA. Avec un tel investissement, il viserait tout simplement à doubler, voire tripler le nombre des abonnés à cette solution.

Orange CI : Augmentation de l’investissement dans le mobile

Orange Côte d’Ivoire a injecté 13,2% de son chiffre d’affaires en 2014 dans les services mobiles. Il ne s’arrête pas là pour satisfaire ses ambitions. La filiale de la société française envisage en effet d’augmenter cette part de 15 à 20%. Elle n’hésite pas à faire entendre que les Ivoiriens peuvent surfer ou effectuer des appels internationaux via la 4G. Mais jusqu’à maintenant, l’État ne lui a pas donné le feu vert quant à l’exploitation de cette technologie.

Introduction en bourse régionale

L’opérateur ivoirien projette également d’accéder à la bourse régionale des valeurs mobilières d’Abidjan. La concrétisation de cette opération semble cependant impossible sans la fusion avec Côte d’Ivoire Telecom. Actuellement, les deux co-propriétaires du téléphone fixe (l’État et Orange CI) en sont encore au stade des pourparlers.

Un fait peut constituer un frein aux ambitions de l’opérateur. Il s’agit de l’annexe fiscale prévoyant une taxe de 45%. Comment respecter une telle obligation et obtenir des marges tout en permettant à ses clients de téléphoner moins cher ?

Les applications mobiles séduisent de plus en plus les Algériens

0

 

Téléphoner en Algérie rime avec joindre un Smartphone ou son équivalent. Au-delà des appels et des sms, ces bijoux technologiques servent à des usages de plus en plus personnalisables : les applications mobiles.

Des applications mobiles développées par les Algériens

Les applications mobiles ont particulièrement bonne image en Algérie puisque la plupart d’entre elles étaient conçues spécialement pour les Algériens. Les développeurs locaux se sont rendu compte de cette nécessité.

Dorénavant, Dzezzy Store, Ooredoo Store ou Condor Store servent de plaques tournantes des applications mobiles. Ces géants nationaux ne se contentent plus de servir de passerelle pour Google store ou Apple Store. Pour l’utilisateur d’internet mobile, plus question d’appels internationaux ou plutôt pas besoin de connexion internationale pour accéder aux applis.

Parallèlement, les marques de Smartphones ont désormais leurs représentants sur place. De ce fait, une synergie prend forme entre développeurs, vendeurs de téléphones et les opérateurs. Leur point commun : un modèle d’affaires ancré sur la réalité algérienne.

Quelques exemples de succès locaux

Il y a quelque temps, téléphoner pas cher était le souhait des usagers. À présent, tout le monde veut être branché sur la dernière application. Parmi les plus aboutis, le jeu Aquarings est sur les lèvres des jeunes. Il obéit aux règles suprêmes des jeux connectés : grandes jouabilité et simplicité. Les applications destinées à l’éducation ont également la cote. On retient notamment celle qui apprend à écrire l’arabe sans prise de tête.

Une autre réalisation portant sur l’emploi permet de visualiser les offres de manière pratique. Lancée par Emploitic.com, numéro un local des offres d’emploi en ligne, l’application trie les contenus par thème ou par situation géographique. Encore plus pratique, Taxi-diali repère le taxi le plus proche en se basant sur des relevées GPS. En tout cas, l’application pour téléphoner moins cher est très attendue.

Sénégal: les cabines téléphoniques publiques seront à nouveau opérationnelles

0

Pour appeler au Sénégal, depuis quelque temps, les gens devront se contenter de leur propre téléphone. Mais cela devrait changer prochainement. Le Fonds de développement des services universels de télécommunications (FDSUT) envisage en effet le retour des cabines téléphoniques.

Un équipement d’utilité publique…

C’est Aly Koto Ndiaye en personne, haut dirigeant du FDSUT qui en a parlé au cours d’une récente interview pour APS. Conscient de l’utilité publique des cabines téléphoniques, il a prévu, avec son équipe, un retour prochain de ces équipements. De quoi donc apporter le sourire aux Sénégalais à la recherche d’autres options pour leurs appels internationaux et nationaux. Il est d’ailleurs important de le préciser, il pourra être possible de téléphoner moins cher qu’aujourd’hui dans le pays si le projet se concrétise.

Mais pourquoi le FDSUT n’avait-il pas inclus ce projet dans son programme triennal ? Ali Koto Ndiaye a expliqué que ce choix était lié au fait que la couverture était prioritaire. Actuellement, il est possible d’appeler même dans les coins les plus reculés du pays. Il est donc mieux de penser à un retour des cabines téléphoniques publiques.

À installer dans des endroits sécurisés

Le Sénégal ne fait pas encore partie de ces pays où l’on peut appeler à l’étranger ou localement avec une meilleure qualité de service. Le FDSUT pense cependant résoudre ce problème en remettant en place les cabines téléphoniques. Ces dernières manquent vraiment dans divers espaces publics qui en ont plus besoin, en ne citant que les stations d’essence, les hôpitaux, les gares routières et même les marchés. Il faut cependant le rappeler, les problèmes sécuritaires font partie des raisons ayant provoqué le retrait de ces équipements. L’organisme dirigé par Ali Koto Ndiaye pense heureusement les contourner en mettant ces derniers dans des endroits sécurisés.

Inwi : forte baisse des abonnements

0

Inwi devra encore s’armer de patience pour la réalisation de son rêve de devenir le second opérateur plus sollicité pour appeler au Maroc. Sa durée d’attente risque même d’être plus longue si l’on se réfère à sa perte de près de 600 000 clients au premier trimestre 2015.

Le plus grand perdant du recul du marché téléphonie mobile marocain

Lorsqu’il est venu sur le marché marocain il y a quelques années, Inwi n’a pas caché son intention de tenir tête à Méditel, le dauphin de Maroc Télécom. Beaucoup y croyaient lorsque sa part de marché a connu une forte augmentation en 2014. Mais vu les résultats du premier trimestre 2015, le challenger devrait se contenter de sa troisième place au moins pour plusieurs mois. 596 000 personnes en moins passaient en effet par lui pour effectuer des appels internationaux ou locaux entre le 1er janvier et le 31 mars 2015. Le troisième opérateur peut cependant se consoler en se disant qu’il n’est pas le seul affecté par le recul du marché marocain. 65 000 abonnés ont en effet également quitté télécom sur la même période. 69 000 personnes de moins passent par Méditel pour appeler à l’étranger.

L’assainissement comme explication

Vu ces résultats, Inwi a de quoi s’inquiéter. Ses dirigeants ne s’alarment cependant pas si l’on croit à une récente publication du site d’information continue marocaine Medias24. Celle-ci indique en effet que cette perte est liée à la politique d’assainissement de son parc menée par le 3e opérateur marocain. Inwi aurait supprimé de sa liste d’abonnés ses clients prépayés non identifiés. Cette opération aurait été faite dans le but d’améliorer la qualité des prestations des clients les plus fidèles à l’opérateur. Ce dernier pourra donc être le premier acteur à privilégier si l’on souhaite téléphoner au Maroc dans de meilleures conditions prochainement.

Téléphonie mobile Cameroun : Camtel à la conquête du marché mobile

0

8 mois après l’attribution de la 4e licence de téléphonie mobile à Camtel, les Camerounais attendent de pouvoir téléphoner moins cher à leurs proches. L’exploitation de cette licence est imminente. En effet, l'équipementier chinois Huawei vient de commencer la construction du réseau GSM de l’opérateur étatique.

Des essais concluants pour Camtel

Cela fait maintenant 8 mois que la Cameroon télécommunications a obtenu sa licence lui permettant de proposer des services donnant la possibilité d’appeler à l’étranger ou dans le pays via la 3G. L’opérateur a cependant mis du temps pour l'exécution. Les travaux de construction de son réseau GSM viennent de commencer depuis un mois. Pour la réalisation, il a fait appel à son partenaire de toujours, l’équipementier chinois Huaweï. Ce dernier, à son tour, a confié les tâches à deux sous-traitants, qui ont d’ailleurs déjà mené des essais concluants à Yaoundé. Ces prestataires feront les installations sur 30 sites dans la capitale camerounaise avant de poursuivre la réalisation du projet à Douala. Les autres villes devront donc s’armer de patience pour pouvoir appeler au Sénégal via un service de téléphonie mobile de Camtel.

Réserve de la banque mondiale

L’attribution de cette 4e licence assortie des technologies 3G et 4G n’a pas été vue d'un bon œil par la banque mondiale. Cette dernière estime que l’opérateur ne dispose pas assez de capacité à rentabiliser ces technologies. Elle va même plus loin en qualifiant de politique l’octroi de cette licence. Les dirigeants de l’opérateur étatique n’ont cependant pas baissé les bras après cette remarque. Au contraire, ils ont lancé, depuis le mois de janvier, des appels d’offres pour une meilleure exploitation de la licence nouvellement obtenue. Espérons que le coût de ses appels internationaux correspond à l’attente des Camerounais. Ces derniers sont en effet, depuis quelque temps, en quête d’offres leur permettant de téléphoner vers l’étranger à un meilleur tarif.

ART: système de contrôle renforcé

0

 

Le Cameroun compte depuis quelque temps quatre opérateurs. Ceci devrait permettre à ses habitants de téléphoner moins cher au cours des prochaines années, au risque de trop s'exposer aux ondes radioélectriques. Heureusement qu'il n'y a plus rien à craindre de ce côté-là. L’autorité de régulation vient en effet de renforcer son système de contrôle.

Qualité d'appel : Plus de précision dans l’évaluation de nuisance

Depuis quelques mois, le nombre de plaintes sur la nocivité des ondes électriques des opérateurs de téléphonie mobile camerounais n’a cessé d’augmenter. Pourtant, MTN et Orange, les acteurs les plus sollicités dans le pays pour appeler au Sénégal ou vers un autre pays de la sous-région ont toujours assurés qu’ils disposent d’un réseau sain et fluide. Pour régler le problème, l’ART a décidé d’améliorer son système de contrôle, en se dotant d’équipements à la pointe. Ceux-ci permettront de mieux contrôler les minimas et les maximas des ondes radioélectriques. Ils donneront également la possibilité de mieux évaluer la qualité des communications offerte aux utilisateurs au cours des appels internationaux ou nationaux ou des connexions sur Internet.

Plus de remise en cause venant des opérateurs téléphoniques

Jean Louis BehMengue fait partie des personnes qui se sont réjouies de cette amélioration des équipements. Le directeur général de l’ART et son équipe étaient toujours en effet contraint de revoir les sanctions à la baisse lorsqu’il y a remise en cause de la qualité de leur système de contrôle par les opérateurs. Ces derniers ont désormais l’obligation de se soumettre aux normes en vigueur en ce qui concerne les émissions des ondes radioélectriques. Ils devront également permettre à leurs abonnés d’appeler à l’étranger ou localement avec une meilleure qualité de communication. Toute anomalie pourra en effet être trouvée facilement grâce à l’amélioration du système de contrôle.

Maroc : l’offre illimitée de Meditel

0

Comme tout acteur du marché de la téléphonie mobile au Maroc, Meditel a connu un certain recul au cours des premiers mois de l’année. Pour rebondir, il propose actuellement une offre permettant de téléphoner au Maroc ou à l’étranger en illimité.

Une offre mobile à 199 dirhams

C’est le budget minimal alloué au particulier pour pouvoir profiter de cette nouvelle offre sans engagement de Meditel. Sachez cependant que cette somme ne donne accès qu’aux appels et aux SMS illimités vers des numéros marocains. Elle vient néanmoins avec 3GB d’internet.

Pour avoir des appels internationaux en illimités, il faut souscrire à la variante « illimitée plus » incluant 17 numéros étrangers, 17 pays européens, les USA et le Canada. Elle permet également de bénéficier de 12 GB d’Internet.

Méditel n’a pas également oublié de concevoir des variantes taillées pour les professionnelles. Celle qui concerne les appels nationaux et permettant d’appeler un destinataire local en illimité coûte 199 dirhams incluant 3GB d’Internet et 125 dirhams de solde gratuits pour appeler à l’étranger. La variante basée sur des appels et SMS illimités vers l’international coûte 399 dirhams et contient 12GB d’Internet.

Faire face à une concurrence féroce du marché de la téléphonie mobile

C’est l’objectif affiché par Méditel lors de l’annonce de cette offre. Pour rappel en effet, Maroc Telecom et Inwi, les deux autres challengers du marché, disposent déjà d’offres similaires. Pour essayer au moins de conserver sa place de second opérateur le plus sollicité pour appeler au Maroc donc, la filiale d’Orange n’avait d’autres choix que de se lancer dans la course aux offres illimitées.

Pour rappel, la première offre illimitée marocaine a vu le jour en septembre 2014. Elle appartient à Inwi qui, malgré sa forte avancée sur ce segment, a connu une importante perte de clients lors du premier trimestre 2015.

État de la portabilité des numéros en Afrique

0

Dans plusieurs pays d’Afrique, on peut appeler à l’étranger avec son numéro habituel après un changement d’opérateur. Cette possibilité est offerte par la portabilité de numéros. Quels pays appliquent déjà ce concept ? Lesquels envisagent sa mise en place ? Focus.

Afrique, où la portabilité des numéros téléphoniques est effective

Les Sud-Africains sont les premiers à pouvoir effectuer des appels internationaux via leur numéro habituel même en cas de changement d’opérateur. La portabilité des numéros y est effective depuis 2006. La nation « arc-en-ciel » a été suivie par le Maroc, en 2007. Quatre années se sont écoulées avant que le Ghana ait décidé, à son tour, de leur emboiter le pas. Les Kenyans et les Tunisiens peuvent changer d’opérateurs tout en conservant leur propre numéro depuis 2012. Les Nigérians n’ont pu bénéficier de cette possibilité qu’à partir du mois d’avril 2013.

Les pays qui souhaitent rendre le concept opérationnel

Cela fait déjà plusieurs mois que l’on attendait de pouvoir appeler au Sénégal avec son numéro habituel après un changement d’opérateur. Malgré les promesses gouvernementales, les utilisateurs locaux ne peuvent encore profiter des avantages de la portabilité de numéro. Le Rwanda fait également partie des pays intéressés par le concept. En effet, après l'annonce de la venue d'un consultant pour réaliser l'étude de faisabilité, on n’entend plus parler du fonctionnement effectif de ce projet. Les dirigeants camerounais et ivoiriens évoquent également leur intérêt pour la portabilité.

Un moyen de pression de l’Autorité des télécommunications

Si l’on se réfère à l’environnement télécoms des pays où la portabilité est en vigueur, les consommateurs ne sont vraiment pas attirés par les possibilités offertes. Pourtant, les régulateurs locaux voient en ce concept un moyen de pression pour inciter les opérateurs à améliorer leurs services. Ceux-ci verront donc le départ d’un abonné comme une sanction d’une mauvaise qualité de prestations. Il faut cependant le noter, le fait de partir peut également être expliqué par une envie de téléphoner moins cher.

Algérie: succès des premiers tests de la 4G mobile

0

Prochainement, il sera possible d’appeler en Algérie avec la VoLTE. Ooredoo va tester cette technologie après avoir étudié avec succès la 4G. Il pourra être le premier opérateur algérien à obtenir une licence 4G mobile et VoLTE.

Une vitesse record d’Internet mobile

Les tests de la 4G mobile ont été menés en partenariat avec le géant Ericsson. Leur réalisation a été faite dans un environnement confiné. Grâce à de récentes nouveautés de la firme suédoise, le troisième opérateur le plus sollicité pour appeler à l’étranger depuis l’Algérie a enregistré une vitesse de 301.6 Mbps en Downlink et 50 Mbps en Uplink. Son directeur général Joseph Ged n’a pu donc cacher sa joie pour ces tests concluants. Cette vitesse est en fait plus élevée que celles enregistrées par les deux autres opérateurs concernant la 4G mobile. Le moment où les Algériens pourront bénéficier d’un Internet mobile ultrarapide ne tardera donc plus à venir.

Ooredoo ne compte cependant pas s’arrêter à la 4G. Il envisage également de mener bientôt des essais de la technologie VoLTE. Ceci promet une meilleure qualité des communications à ses abonnés au cours de leurs prochains appels internationaux ou nationaux.

Vers l’émergence de la Société en Réseaux

L’équipementier suédois, par la voix du président de sa région méditerranéenne, n’a pas également caché sa satisfaction suite à la réussite de ces tests. Il a même déclaré être « fier » d’avoir Ooredoo parmi ses partenaires. La firme n’a cependant pas confirmé si elle sera encore aux côtés du troisième opérateur algérien pour la réalisation des tests sur la technologie VoLTE, un système permettant de téléphoner au Maroc ou vers un autre pays avec la 4G. Elle a seulement exprimé son souhait de voir prochainement les Algériens profiter des avantages de la 4G mobile. Cette dernière devra en effet favoriser l’émergence de la Société en Réseaux.

Sunrise, l’opérateur continue d’élargir sa zone de couverture

0

Dans le secteur de la téléphonie, l’opérateur Sunrise ambitionne d’étendre sa couverture au-delà des 95% de la population avant la fin de l’année. Un projet permettant à ses abonnés de téléphoner pas cher avec ses services.

 

Une extension du réseau à ultra débit

En effet, l’opérateur helvétique a l’intention de déployer à son tour la norme 4G nouvellement appelée LTE Advanced. Elle offre à ses abonnés une vitesse de téléchargement pouvant aller jusqu’à 225 Mbit/s. Il étend dans ce sens l’extension de la technologie LTE n’ayant permis que 100 Mbit/s l’an dernier. Pour le moment, cette 4G n’est disponible que dans les grandes agglomérations du pays. Avec la prolifération des smartphones, tablettes et diverses applications, l’opérateur téléphonique a besoin d’une plus grande largeur de bande, l’obligeant à investir plus d’un milliard de francs dans son infrastructure de réseau mobile. Appeler à l’étranger ne sera donc qu’un jeu d’enfant pour les abonnés chanceux ayant accès à cette nouveauté.

 

Une couverture 4G déjà mise en place

A l’exemple de ce qu’il a mis en place auparavant, Sunrise concoctait déjà l’idée d’une couverture ultra –rapide allant jusqu’à 150 Mbit/s pour 86 % de sa population. Il entend dans ce sens vulgariser les installations de microcellules 4G dans toute la Suisse comme dans la ville de Berne, Genève et Lausanne. Cette offre ne fera donc que renforcer celle déjà mise en place grâce à laquelle téléphoner au Sénégal par exemple ne demandera pas plus de temps qu’appeler en local. L’avènement des appareils compatibles sur le marché aidant, l’opérateur y voit toutes ses chances de réussite.

La 4G fonctionnera donc avec l’inter-site carrier aggregation ; celui-ci permet à un terminal d’être servi en même temps par deux antennes dont la zone intermédiaire et la vitesse de transfert de données seront renforcées. Sunrise sera alors le pionnier de cette nouvelle technologie incluant des appels internationaux à moindre tarif.

La ligne de métro d’Alger dispose désormais d’une couverture réseau grâce à Mobilis

0

Mobilis, l’opérateur historique, vient d’inaugurer son réseau dans le métro d’Alger. Donc les voyageurs n’ont plus à attendre qu’ils soient dehors pour effectuer des appels internationaux ou nationaux ou pour se connecter à Internet.

Pour une meilleure prestation des services mobile aux voyageurs

Appeler en Algérie, depuis le métro d’Alger, est désormais possible. C’est une bonne nouvelle pour les voyageurs qui se sont toujours plaints de ne pas pouvoir accéder à certains services au cours de leur déplacement. La Cérémonie de mise en service de ce réseau a eu lieu le 28 mai dernier, au niveau de la bouche de métro de la grande poste. Le ministre des Transports y est venu pour honorer l’évènement.

L’impossibilité d’appeler à l’étranger ne constitue donc plus une raison de ne pas prendre le Métro d’Alger, un moyen de transport proposé dans la ville depuis 2011. Cette nouvelle devra augmenter l’attrait de cette solution auprès des Algériens qui veulent éviter les embouteillages lors de leur déplacement. Elle vient par ailleurs au moment où des extensions vers d’autres parties d’Alger sont réalisées.

Algérie Telecom se rapproche encore plus du citoyen

Cette ouverture de réseau dans le métro d’Alger permettra, au moins, à la branche mobile d’Algérie Télécom de préserver sa place de second opérateur le plus sollicité pour appeler au Maroc ou vers un autre pays depuis l’Algérie. C’est en effet un moyen de se rapprocher « encore plus du citoyen » selon l’opérateur mobile, dans un récent communiqué. L’opérateur étatique ne cesse d’ailleurs, depuis qu’il dispose d’un réseau 3G++, d’attirer de nouveaux abonnés. Ce réseau représente par ailleurs plus du tiers des 8 231 millions algériens abonnés à cette technologie. Un constat qui devrait faire réagir l’opérateur Djezzy, le leader du marché.

Maroc: Lancement de la 4G à Casablanca

0

La majorité des utilisateurs marocains peuvent actuellement bénéficier des vertus de la 3G pour leurs appels internationaux et leurs connexions sur Internet. Ils attendent désormais la venue de la 4G pour profiter d’une vitesse de connexion plus élevée. Le temps d’attente ne fut pas vraiment long. Casablanca peut en effet actuellement disposer de la 4G, grâce à Méditel.

La 4G depuis 8 juin et la VoLTE à partir de 15 juin 2015

Beaucoup pensaient qu’il faut se contenter de surfer ou d’appeler au Maroc via la 3G avant l’année 2016. Contre toute attente, les trois opérateurs mobiles locaux ont annoncé être prêts à lancer des offres basées sur la 4G à partir de ce mois de juin. Méditel est le premier qui s’est lancé dans le bain, en proposant, depuis le 8 juin dernier, des services 4G à Casablanca, la capitale économique marocaine. Il prévoit même de lancer la VoLTE, à Rabat-Salé, le 15 juin prochain. Bref, les Marocains pourront appeler à l’étranger tout en profitant des vertus de la 4G dès ce mois de juin. Mieux encore, l’attrait des opérateurs marocains pour cette technologie permet de croire à une couverture totale du pays avant la fin de l’année.

Offre Meditel 4G : Pas de changement de prix

La venue de la 4G ne risque-t-elle pas d’enterrer le rêve des Marocains de surfer et de téléphoner moins cher ? La réponse est non. Méditel n’a en effet pas pensé à une révision à la hausse de ses prix après le lancement de ses nouvelles offres. Ses abonnés devront toutefois débourser 30DH pour avoir une puce 4G. Les deux autres opérateurs n’ont pas par ailleurs fait savoir s’ils vont suivre l’exemple de Méditel. Cependant, s’ils souhaitent être sur la bonne voie dans la course à la couverture 4G, ils n’auront d’autres choix que de maintenir leur grille tarifaire.

Accord entre le Cameroun et Orange pour l’installation du câble sous-marin ACE

0

Les Camerounais pourront espérer une meilleure qualité de communication pour leur connexion Internet et leurs appels internationaux vers l’Europe prochainement. Leur gouvernement et la filiale locale Orange viennent en effet d’exprimer, à travers un protocole d'accord, leur souhait de tirer le plus rapidement profit du câble sous-marin AfricaCoast to Europe.

Une forte contribution d’Orange Cameroun

Les Camerounais ne tarderont plus à profiter des vertus du câble sous-marin AfricaCoast to Europe, un câble allant de l’Afrique du Sud à la région bretonne, en France. Ils pourront par exemple appeler au Sénégal ou surfer sur Internet sans encombrement au niveau de la communication. Leur gouvernement et la filiale locale d’Orange injecteront en effet respectivement 25 et 15 millions de dollars pour faire partie du consortium de gestion de ce câble. Orange, de sa part, dépensera 1,5 milliard de CFA pour la construction d’une station d’atterrissement dans la localité de Kribi. Cette nouvelle a été annoncée par le gouvernement camerounais et Orange Cameroun après la signature d’un commun accord.

Un accord de consortium devrait être signé par les deux entités en France dans les prochains jours, au cours d’un comité de gestion du câble sous-marin.

Plusieurs étapes à franchir

La signature de l’accord devra être précédée par le versement des 25 millions de dollars, dans un délai de trois mois. Un surcroît de 5,8 millions de dollars devra être réglé par la suite, pour la création de la branche camerounaise et sa liaison par fibre optique au segment 4 d'ACE. Les travaux se déroulent déjà parfaitement selon des sources locales et la livraison ne tardera pas. Appeler à l’étranger sera donc encore plus intéressant qu’aujourd’hui au Cameroun. Avec la participation de l’État (propriétaire de Camtel) et l’opérateur Orange Cameroun cependant, on se demande s’il sera possible de téléphoner moins cher au pays après la réalisation de ce projet. Les deux parties pourront en effet couvrir les charges qui y sont liées avec une révision à la hausse de la tarification des services locaux de téléphonie.

Hausse du prix du roaming en Tunisie

0

Après leur concurrent Free Mobile, les opérateurs téléphoniques Bouygues et SFR ont augmenté leur tarif de roaming en Tunisie. Ce tarif permettait auparavant de téléphoner moins cher vers la France.

Une augmentation du prix du roaming en Tunisie

En effet, celui-ci affiche une nette hausse depuis le 1er janvier 2015. Le premier précurseur de cette augmentation du roaming depuis la Tunisie est l’opérateur Free Mobile. La communication passe ainsi de 0, 95 euros par minute à 6 euros. Selon ses explications, c’est le résultat d’une décision prise par les opérateurs tunisiens visant à augmenter le tarif des communications passées depuis la Tunisie. Au début, l’opérateur était le seul à appliquer ce changement. A SFR d’informer qu’il n’existait pour le moment aucune répercussion de cette décision sur les tarifs de leurs clients et que ceux-ci peuvent donc continuer de téléphoner pas cher à l’étranger. Orange adoptait la même position en martelant qu’il n’avait pas besoin de modifier ses tarifs pour l’utilisation des téléphones mobiles de ses clients français en Tunisie. Téléphoner en Tunisie restait alors abordable pour la plupart des abonnés.

Vers un changement d’avis  de la part des opérateurs mobiles

Mais voilà que Bouygues Telecom rejoint Free Mobile et revoit à la hausse ses tarifs en roaming depuis la Tunisie. Comme celui de Free, ce tarif passe de 1, 6 euros la minute vers la France à 6 euros et pour la réception d’une communication, il passe de 1 à 3 euros. Les SMS, la data et l’émission des appels depuis la France vers la Tunisie suivent le mouvement. Numericable SFR augmente également ses tarifs de roaming dans ce pays. Pour cela, appeler à l’étranger, notamment de la Tunisie vers la France est facturé également à 6 euros la minute. Pour le moment, Orange reste le seul à camper sur ses positions. Seul l’avenir le confirmera.

Kenya : une amélioration attendue chez Airtel

0

Airtel est las de se trouver dans l’ombre de Safaricom, l’opérateur le plus sollicité pour appeler à l’étranger depuis le Kenya. Il compte ainsi améliorer son réseau. Ce qui promet donc une meilleure qualité de communication pour les appels et les connexions sur Internet.

Réseau mobile : Une meilleure qualité de service

Airtel Kenya est actuellement en train d'apporter une amélioration globale de son réseau. Ses abonnés peuvent donc espérer une meilleure qualité de service lorsqu’ils effectueront prochainement des appels internationaux ou nationaux. En passant par le second opérateur kenyan, il n’y aura plus de coupures intempestives lors des conversations ni un nombre réduit d’appels qui n’aboutissent pas. La voix presque inaudible ne fera plus également partie des problèmes courants signalés au service client.

Une vitesse améliorée des connexions Internet

Airtel Kenya ne souhaite seulement pas permettre à ses abonnés d’appeler au Sénégal avec une meilleure qualité de communication. Il compte aussi leur faire bénéficier d’une vitesse de connexion Internet appropriée. Il apportera ainsi des améliorations concernant le débit. Cela ne devrait pas être compliqué, car l’opérateur avait déjà obtenu l’aval de la Commission des Communications du Kenya pour le déploiement du très haut débit (4G). Il faut cependant le savoir, Safaricom est également dans la course pour le déploiement de cette technologie. Il y aura donc une bataille acharnée sur ce segment.

Un service aux standards internationaux

Avec son projet de remise à niveau de son réseau, Airtel Kenya n’aura pas du mal à attirer les abonnés de ses concurrents vers lui. Comme dans n’importe quel pays en effet, les Kenyans rêvent non seulement de téléphoner pas cher, mais également de bénéficier d’un service aux standards internationaux. Cependant, tous les opérateurs locaux ne remplissent pas encore les indicateurs clés de performance fixés par le régulateur télécom. La voie devra donc être plus libre pour Airtel Kenya.

Zantel désormais détenu par Millicom

0

Voilà une nouvelle qui risque d’enterrer le rêve des Tanzaniens de téléphoner moins cher qu’aujourd’hui. Milicom vient en effet de racheter sa rivale locale Zantel, en proie à des difficultés financières depuis plusieurs mois.

Rachat de Zantel

1 dollar ! C’est la somme dépensée par le troisième opérateur le plus sollicité pour appeler à l’étranger ou localement depuis la Tanzanie pour mettre la main sur sa rivale. Cela ne devrait pas étonner vu que depuis plusieurs mois, la filiale de l’Émirati Etisalat a accumulé des dettes. Ces dernières sont estimées actuellement à 74 millions de dollars et le nouveau propriétaire luxembourgeois se chargera de leur remboursement. Rien n’est encore définitif, car l’autorité de régulation des communications ne s’est pas encore prononcée sur cette cession.

Premier opérateur téléphonique de Zanzibar

Vu les dettes qui l’attendent, on se demande si Millicom avait réalisé une bonne affaire avec le rachat de la part de 85% de Zantel. Par ailleurs, ce dernier n’est que le quatrième opérateur le plus sollicité pour téléphoner au Sénégal ou vers une autre destination depuis la Tanzanie. Il dispose cependant d’un important atout, celui de leader sur le marché de Zanzibar, une île économiquement prospère. Cela pourrait cependant ne pas suffire pour arrêter l’hémorragie de clients. Zantel n’avait plus en effet que 1,7 million d’abonnés à la fin de l’année 2014, contre 3,08 millions deux années auparavant.

Millicom, Ebitda de 25 millions de dollars

C’est l’objectif qu’est tenu d’atteindre Millicom avec sa nouvelle acquisition pour éviter de se faire appliquer les clauses compensatoires prévues dans l’accord signé entre les deux parties. Le groupe luxembourgeois entend l’accomplir avec la fourniture de divers produits et services permettant d’effectuer des appels internationaux ou nationaux. Son achat du quatrième opérateur tanzanien lui permet d’ailleurs de profiter de synergies dans le roaming national, les achats, la demande de services mobiles, entre autres. Des avantages lui donnant la possibilité d’éviter l’application de ces clauses.

Maurice : une solution pour contourner la fibre optique by Emtel

0

Les clients d’Emtel n’ont plus à se tourner vers les autres opérateurs pour bénéficier d’un très haut débit leur permettant, entre autres, d’appeler en Tunisie ou vers un autre pays via Internet. Leur opérateur vient en effet de lancer une solution n’ayant rien à envier à la fibre optique de la concurrence : le très haut débit par ondes radios.

Offre téléphonique : Débits de 30 Mbps

Le lancement de cette solution appelée Fiber Through The Air a eu lieu le 16 juin dernier à Balaclava. Il s’agit d’une technologie de fourniture de l’Internet très haut débit par ondes radios adossée sur une connexion fixe. Les abonnés du second opérateur le plus sollicité en Ile Maurice pour appeler à l’étranger ou localement pourront désormais bénéficier d’un débit équivalent à celui de la concurrence lorsqu’ils se connectent sur Internet. Le débit maximal annoncé à ceux qui souhaitent souscrire une offre liée à cette technologie (Airbox) est en effet de 30 Mbps.

Il est par ailleurs important de rappeler qu'il n'est pas encore possible de bénéficier des avantages de la fibre optique lorsque l’on effectue des appels internationaux via voix sur IP depuis certaines zones de l’île. Avec la nouvelle technologie déployée par Emtel on arrive à éviter ce désagrément. Elle est disponible sur tout le territoire grâce à cinq stations émettrices.

66% de foyers éligibles à l’internet

L’accomplissement d’un tel projet n’a pas du tout été facile. En fait, depuis un an Emtel réalise des tests concernant la FTTA. Les derniers ont été concluants et actuellement 66% de foyers mauriciens peuvent profiter des vertus de cette technologie en souscrivant une offre Airbox. Les 33% restants ne pourront surfer ou appeler au Maroc ou vers une autre destination avec cette solution, ils devront encore entendre en 2016.

Selon leurs disponibilités financières, les abonnés auront le choix entre trois formules avec un débit allant de 10 à 30 Mbps.

Téléphonie mobile en Tunisie, l’Ooredoo domine

0

Selon l’INT, l’opérateur téléphonique Ooredoo monopolise le marché des abonnements en Tunisie. Ses abonnés continuent d’appeler moins cher aussi bien vers le national qu’à l’international.

Ooredoo, le premier des trois opérateurs mobiles

En effet, d’après les chiffres recueillis vers la fin janvier 2015 auprès du parc global des abonnés tunisiens des trois opérateurs mobiles en activité, Ooredoo Tunisie monopolise encore le marché des abonnements. A lui seul, il représente 45 % des parts du marché malgré une baisse de 0, 6 % de celle-ci dans le courant de janvier 2015.Ses tarifs sont donc les plus attractifs y compris pour les appels internationaux. Quant à Orange Tunisie, il s’est développé de 0,5 % de plus et sa part de marché atteint ainsi les 19,4 %, soit plus de 1/5 du marché global tunisien. Et Tunisie Télécom qui a enregistré durant la même période une faible évolution de 0, 2 % de sa part de marché, se rapproche un peu plus d’Ooredoo avec un écart en baisse constante de 9, 5 % actuellement.

Voix on-net en baisse dans les parcs de la téléphonie mobile

En ce qui concerne le trafic voix mobile national de janvier 2015, il enregistrait une nette diminution de 0,3 % comparé à celui de décembre 2014. Cette baisse a principalement pour cause la réduction du trafic de voix on-net, ou le mobile vers mobile du même opérateur, affichant une décroissance de 1, 3 % durant la même période. En 2015, s’appeler en Tunisie devient alors de plus en plus rare pour les abonnés du même opérateur par rapport à l’année 2014. Dans le sens contraire, le trafic voix sortant mobile off-net ou le mobile vers le mobile d’un autre opérateur est en hausse de 2,6 % au cours du même mois, un trafic représentant le quart de celui de la voix mobile nationale sortant alors qu’auparavant il n’était que 1/8

Téléphonie mobile au Maroc: rude concurrence entre les opérateurs

0

Au Maroc, les plaintes concernant le tarif des offres se font de moins en moins attendre. À cause d’une bataille acharnée sur le marché en effet, les opérateurs locaux permettent actuellement à leurs abonnés de téléphoner moins cher qu’il y a quelques années.

La dernière offensive de Maroc Telecom

Il y a quelques mois, 399 dirhams ne suffisaient pas pour effectuer des appels internationaux ou nationaux en illimité pour un mois. Ce qui n’est plus le cas aujourd’hui, avec le renouvellement des forfaits mobiles prépayés de Maroc Telecom. Cette somme permet d’ailleurs de profiter de 12Go de data et de SMS illimités. 125 dirhams suffisent désormais, chez l’opérateur historique, d’obtenir un crédit vers l’international pour un mois et 3Go d’Internet. Les utilisateurs souhaitant appelant en illimité des destinataires nationaux pourront se contenter du forfait de 199 dirhams.

Téléphoner pas cher n’est plus un rêve pour les Marocains. Si le forfait postpayé de 180 dirhams de Maroc Telecom permettait seulement de faire 10 heures d’appels, il donne actuellement la possibilité d’appeler durant 30 heures vers le national et l’international de la zone 1. Celui de 99 dirhams fournit 8 heures avec un numéro illimité, contre 3h précédemment.

Téléphonie mobile : Une réponse à la concurrence

Maroc Télécom explique ce changement comme «une poursuite de sa politique de constance et de générosité ». Le premier opérateur le plus sollicité pour appeler au Maroc ne fait cependant que répondre aux agissements de ces deux concurrents en réalité, une façon de préserver son trône. Cela fait encore en effet quelques semaines qu’il y a eu lancement par Méditel d’une offre illimitée et sans engagement à partir de 199 dirhams. Cette initiative du second opérateur constitue d’ailleurs une réponse à l’offre illimitée lancée en septembre 2014 par Inwi. La concurrence est donc rude sur le marché marocain, et cela fait le bonheur des utilisateurs.

Afrique de l’Ouest: Main One veut améliorer la connexion haut débit

0

Afin d’améliorer la connexion haut débit en Afrique de l’Ouest, MainOne a investi une somme énorme pour permettre aux abonnés des opérateurs téléphoniques de téléphoner pas cher.

Un investissement de MainOne dans la connexion haut débit

Selon FunkeOkepe la directrice générale de Main One, cet investissement se chiffre à 300 millions de dollars environ. Il a servi à la mise en place de 7 000 kilomètres de câbles de fibre optique déployés entre l’Europe et l’Afrique de l’Ouest. Grâce à cette nouvelle infrastructure, la plupart des abonnés se trouvant dans le périmètre défini peuvent effectuer des appels internationaux.

Un opérateur téléphonique de câble sous-marin

Lors de la célébration du cinquième anniversaire de la compagnie, la DG a réitéré que« MainOne est interconnecté au premier niveau mondial d’opérateurs responsables de 70% du trafic Internet de la planète et qui assure des temps de réponse rapides pour l'accès à des sites web partout dans le monde ». Propulsée en tant qu’opérateur de câble sous-marin de fibre optique, la compagnie est devenue, en cinq ans d’activité, un fournisseur de taille dans les services de communication. Ce qui fait qu’actuellement, elle s’investit dans sept pays d’Afrique de l’Ouest et possède à son actif plus de 500 clients constitués pour la plupart d’opérateurs de télécommunications ainsi que de fournisseurs de services internet. Avec ces prestataires de téléphonie, ceux-ci peuvent offrir à leurs clients la possibilité d’appeler à l’étranger avec toutes les qualités de communication optimales. Des organismes gouvernementaux ainsi que de grandes entreprises ou établissements d’enseignement font également partie de sa clientèle. De ce fait, la connexion haut-débit au moyen de câbles de fibre optique de MainOne permet également de téléphoner pas cher au Sénégal et dans les autres pays de l’Afrique de l’Ouest.

BhartiAirtel, classé 3ème parmi les plus grands groupes télécoms

0

Dorénavant, BhartiAirtel devient le troisième opérateur dans le monde suivant le nombre de ses abonnés. Son succès est dû à ses tarifs permettant à ses clients de téléphoner moins cher.

Bharti, classé troisième dans le monde

En effet, d’après les chiffres dévoilés récemment par le Word Cellular Information Service, le groupe de télécom indien BhartiAirtel occupe désormais la troisième place du podium mondial en termes de nombre d’abonnés. Comptant à son actif 303 millions de clients, il se situe derrière China Mobile et Vodafone Groupe qui comptent actuellement et respectivement 626,7 millions d’abonnés et 303 millions de consommateurs. Pour leur part, China Unicom et Amercia Movil se trouvent en quatrième et en cinquième position.

Un opérateur télécom présent dans 20 pays

Selon le président de ce troisième opérateur téléphonique mondial, cette place représente une évolution importante dans le parcours d’Airtel. En effet, c’est le résultat de la force du modèle d’entreprise ayant permis à la marque de se faire apprécier des abonnés des 20 pays dans lesquels elle se trouve. Effectivement, Airtel figure parmi les opérateurs téléphoniques mobiles qui mettent à la disposition de ses clients des tarifs abordables permettant de téléphoner pas cher vers les destinations nationales et internationales. Actuellement, le groupe gère avec transparence ses opérations à l’échelle mondiale, notamment dans diverses zones géographiques et offre les mêmes services à chacun de ses abonnés. Que ce soit pour des appels internationaux ou autres, ils obtiennent donc la même qualité de communication que les autres se trouvant dans un pays différent. Au président de BhartiAirtel de remercier les employés et les partenaires d’affaires ayant soutenu le groupe à travers ce parcours remarquable. Avec le jeu de l’internet mobile en plein développement, il promet une plus grande luminescence des communications surtout quand il s’agit de téléphoner en Israël.

Guinée: Sotelgui reprendra du service d’ici fin août 2015

0

Selon le ministre guinéen des Télécommunications, Sotelgui relancera ses activités vers le mois d’août 2015. Les clients pourront de nouveau profiter de ses tarifs pour appeler à l’étranger.

L’opérateur téléphonique Sotelgui de nouveau sur les rails

En effet, le ministre guinéen des Télécommunications a annoncé dans un entretien exclusif que la société des télécommunications Sotelgui va relancer ses activités d’ici fin août 2015. Les consommateurs pourront de nouveau profiter d’autres tarifs pour téléphoner moins cher dans le pays et à l’international. Actuellement, l’opérateur téléphonique guinéen peaufine les installations des 61 sites de Conakry. Les équipements pour les capitales régionales sont également en cours d’installation et la mise en place sera effective vers fin juillet 2015. C’est seulement après qu’ilpourra procéder au lancement du réseau. Vers la fin août 2015, Sotelgui sera alors totalement opérationnelle, donc de nouveau sur les rails.

Réseau 4G : Une deuxième promesse de relance d’activité du Sotelgui

Pourtant, en décembre 2014, le même ministre a déjà annoncé une probable relance de l’opérateur historique pour février 2015, avec la technologie 4G. En effet, cette technologie de la quatrième génération offre la possibilité de passer des appels internationaux à moindre coût. La nouvelle promesse s’ajoute alors à l’ancienne et croisons les doigts que cette fois-ci, l’opération de sauvetage soutenue par la Banque mondiale et la Huawei Technology porte ses fruits. En fait, ce dernier a la lourde charge d’apporter la fourniture de tout l’équipement technique indispensable à la mise à jour de l’infrastructure du réseau de l’opérateur. Le prêt de 50 millions de dollars octroyé en juin 2013 au Conseil national de transition de cette période permet d’acheter la totalité de cet équipement. Pour le moment, les abonnés souhaitant téléphoner en Tunisie à moindres frais prendront leur mal en patience.

Telecom Egypt: licence 4G prévue pour 2016

0

Pour se démarquer des autres et offrir des appels internationaux moins cher, Telecom Egypt a l’intention de se doter de la licence 4G pour l’année 2016.

La 4G dans la ligne de mire de Telecom Egypt

En effet, l’opérateur historique des télécommunications égyptiennes évoque son intention de conforter sa place de premier opérateur téléphonique en s’appropriant la licence 4G pour l’année 2016. Déjà l’année dernière, l’entreprise a obtenu la licence unifiée des télécommunications. Celle-ci lui a permis de satisfaire les besoins en services mobiles de ses abonnés. Dès lors, ceux-ci ont pu téléphoner moins cher vers les autres destinations nationales et internationales avec leurs téléphones portables. Actuellement, d’après l’annonce faite par le ministre égyptien des Télécommunications, l’opérateur vise désormais la licence 4G.

Vers une modernisation des infrastructures de télécommunication

En pleins travaux de modernisation de son infrastructure réseau, Telecom Egypt remplace ses câbles de cuivre par la fibre optique. L’acquisition de la 4G sera alors le couronnement de cette nouvelle infrastructure. De ce fait, ses abonnés pourront téléphoner en Algérie avec le maximum de clarté possible pour avoir une ligne téléphonique. En continuant dans cette foulée, il ne manquera pas de concurrencer ses rivaux sur le marché tels qu’Orange, Etisalat ou Vodafone. En effet, avec son réseau renforcé et une couverture prochaine des dizaines de millions d’abonnés mobiles, l’opérateur historique égyptien conservera à coup sûr la majorité des consommateurs sur la ligne fixe, mais également celle du téléphone mobile. Mais dans le respect de la concurrence loyale, le ministre égyptien des Télécommunications réitère que cette licence tant convoitée par Telecom Egypt sera également accessible aux autres opérateurs. Une bataille entre les différents acteurs du secteur télécom égyptien est alors bel et bien engagée. La victoire reviendra à celui qui offrira à ses clients la possibilité de téléphoner pas cher vers les diverses destinations.

Afrique du Sud-Gauteng: accès au réseau télécom de Vodacom dans le train express régional

0

 

Le monde de la téléphonie mobile sud-africain continue sa révolution. Désormais, il est possible d’effectuer des appels internationaux ou nationaux depuis le train express régional de Gauteng pour les abonnés à Vodacom. Voilà une raison de plus pour adopter ce moyen de transport.

Téléphoner depuis les stations souterraines

Les passagers abonnés à Vodacom étaient obligés d’attendre la sortie du train pour pouvoir appeler au Sénégal ou vers une autre destination. Ce type de désagréments avait poussé certaines personnes à opter pour un autre moyen de transport. Tout est désormais réglé. Ceux qui prennent le Gautrain, le train express régional de la province de Gauteng, pourront à la fois appeler à l’étranger et surfer sur Internet durant leur voyage. Il y aura de quoi s’occuper pour certains afin d’oublier qu'il y a 80 kilomètres entre Johannesburg et l’Aéroport OR Tambou. Non habitué à la demi-mesure, le leader de la téléphonie mobile en Afrique du Sud rend même possible une connexion Internet et des communications téléphoniques initiées depuis les stations souterraines du Gautrain.

Profiter des vertus de la technologie 4G

L’opérateur le plus sollicité pour appeler en Israël ou vers un autre pays étranger n’aurait pu réaliser actuellement ce projet sans la contribution de divers partenaires. Ses dirigeants ont notamment cité le département des Routes et des Transports, l’Agence gérant le train express, l’entreprise de maintien du Chemin de fer Bombela Concession Company et la compagnie d’investisseurs locaux noirs Strategic Partners Group. Grâce à son budget et aux aides des acteurs précités, Vodacom est devenu le premier opérateur local proposant à la fois la 2G, la 3G et la 4G dans ce moyen de transport sud-africain. À quand une réplique venant de son éternel rival MTN ?

Un nouveau régime de licence Télécom au Libéria, une licence universelle

0

Les Libériens peuvent désormais espérer une meilleure qualité de communication au cours de leurs connexions Internet ou leurs appels internationaux. Les opérateurs locaux peuvent en effet demander une licence leur permettant de déployer facilement les nouvelles technologies, une licence universelle. 

Augmenter les investissements dans les télécoms

La phase de transition vers le nouveau régime de licence télécom vient de se terminer au Libéria. Désormais, les opérateurs locaux peuvent prétendre à une licence universelle leur donnant la possibilité d’évoluer facilement vers les nouvelles générations. Les consommateurs locaux pourront ainsi appeler au Sénégal via la VoLTE prochainement. Le Libéria ne se trouve donc plus à l’époque où une licence est liée à une technologie particulière. 

Ce changement de régime ne fera qu’augmenter le nombre des personnes s’abonnant à des offres permettant d’appeler à l’étranger ou de surfer avec la meilleure technologie. Ce qui devrait avoir pour conséquence l’attrait des investisseurs au secteur télécoms. Tous les acteurs concernés ont cependant attendu plusieurs mois pour trouver un terrain d’entente, notamment en ce qui concerne le prix de cette nouvelle licence. 

Lancer la course au haut débit 

Du fait de son universalité, cette nouvelle licence coûte plus cher que ses semblables. Ainsi, seul Cellcom, l’un des opérateurs les plus sollicités pour téléphoner en Tunisie depuis le Libéria, s’en est fait attribuer. L’hésitation règne encore chez Libercell, Lonestar MTN et Comium. Ceux-ci n’ont cependant d’autres choix que d’imiter leur concurrent pour espérer accroître leur clientèle. En créant cette nouvelle licence donc, l’Autorité des télécommunications du Libéria lance une véritable course au haut débit. Aux acteurs concernés de rejoindre la ligne de départ. Les consommateurs libériens devront sûrement être heureux, eux qui attendent depuis longtemps de pouvoir profiter des vertus du haut et du très haut débit. 

Airtel Madagascar renouvelle sa licence d’opérateur télécoms 2 mois à l’avance

0

A Madagascar, il est possible d’appeler à l’étranger ou localement via Airtel au moins jusqu’en 2025. La filiale du groupe indien des télécommunications vient en effet de renouveler sa licence. Ce qui lui permet de s’exercer dans la grande île au cours des dix prochaines années.

Des droits payés deux mois à l’avance pour l’opérateur téléphonique

L’actuelle licence devra durer jusqu’au mois de septembre prochain. Cela n’empêche cependant pas l’opérateur permettant à des millions de Malgache de téléphoner en Algérie ou vers une autre destination, de payer les droits relatifs aux 10 prochaines années d’exercice dans le pays. Selon Maixent Benkangpa, son directeur général, cette initiative est une manière de prouver la détermination de l’opérateur à contribuer à la connectivité de la population malgache sur le long terme.

Grâce à ce paiement anticipé de la prolongation de sa licence, Airtel Madagascar pourra exploiter non seulement les 2G, 3G et 4G, mais également toutes les technologies qui pourront voir le jour au cours de son contrat. Ce qui permet donc à ses abonnés d’espérer une amélioration constante au niveau des services Internet et des offres permettant d’effectuer des appels internationaux.

Offre mobile : Pour offrir une plus grande variété de services

En bénéficiant d’une prolongation de 10 ans de sa licence, Airtel Madagascar se donne la possibilité d’augmenter la variété de services qu’il propose à ses abonnés. Pour rappel, il est, comme ses deux plus grands concurrents locaux, Telma et Orange, un opérateur mobile et Internet. Il s’est lancé également, depuis quelque temps, dans la fourniture de solutions permettant aux entreprises de se connecter à Internet ou d’appeler au Sénégal ou vers un autre pays à de meilleures conditions. Étaient présents au cours de ce renouvellement de licence le Ministre des Télécommunications Neypatraiky Rakotomamonjy, le directeur général de l’ARTEC, le régulateur local, le PDG d’Airtel Afrique, le directeur général d’Airtel Madgascar et le directeur Regulatory d’Airtel Madagascar.

Téléphonie mobile: les performances économiques de Maroc Télécom restent stables

0

Avec 85 000 abonnés qui ont décidé de se tourner vers la concurrence pour appeler au Maroc, Maroc Télécom n’a pu que compter sur ses filiales africaines pour éviter une chute de son chiffre d’affaires. L’opérateur historique enregistre en effet de bons résultats en dehors de son fief.

Progression nette du chiffre d’affaires de l’opérateur téléphonique

Le premier semestre 2015 de l’opérateur le plus sollicité pour appeler à l’étranger ou localement depuis le Maroc était globalement bon. Ce n’est cependant pas à cause du marché local. Si le chiffre d’affaires a connu une progression de 1,53 milliard de dollars, pour s’établir à 16,58 milliards de dirhams à la fin du mois de juin 2015, c’est grâce aux filiales subsahariennes de l’entreprise. Pour rappel, cette dernière dispose d’un opérateur permettant de téléphoner au Sénégal ou ailleurs depuis le Gabon et depuis cinq autres pays de la sous-région depuis l’acquisition d’Etisalat. Sans ses présences à l’étranger, elle n’aurait pas connu de stabilité économique, vu qu’au Maroc, elle a connu un recul de chiffre d’affaires de 2%, contre une hausse de bénéfice de 5,3% à l’étranger.

Appels au Maroc : Baisse du résultat net à cause du marché domestique

L’excédent brut d’exploitation a connu une augmentation de 4,7% par rapport au deuxième trimestre 2014. Là encore, le propriétaire de l’opérateur permettant à 40% des Marocains d’effectuer des appels internationaux et nationaux a été sauvé par ses filiales africaines. Ces dernières ont contribué en effet à hauteur de 7% dans cet indicateur. Elles n’ont pu cependant pas peser sur le résultat net du groupe. Le recul du marché domestique n’a pas permis d’éviter un recul de 8% de cet indicateur. Globalement heureusement, tout était bien pour le groupe historique marocain des télécommunications. La tendance peut cependant s’inverser si le recul se poursuit au niveau national.

Canada : des forfaits moins chers vendus au marché noir

0

Dans les autres provinces du Canada, il est possible de téléphoner moins cher que le normal, en passant par le site de petites annonces Kijiji. Certains utilisateurs de ce dernier y revendent en effet des forfaits achetés au Manitoba ou en Saskatchen, des provinces où le tarif est très abordable.

Des appels et SMS illimités

Est-il possible de téléphoner pas cher si l’on habite une province autre que le Manitoba et le Saskatchen au Canada ? La réponse est oui. Elle vient de plusieurs utilisateurs du site de petites annonces Kijiji. Ceux-ci permettent à d’autres utilisateurs se trouvant dans d’autres provinces de bénéficier d’un prix moins cher que celui affiché par les opérateurs locaux.

Le service Koodo ne coûte seulement que 48 dollars canadiens mensuels avec l’utilisateur « Tony », taxe en sus. En cas de satisfaction, celui-ci obtiendra de la part de l’acheteur, 100 dollars. 48 dollars, c’est le prix affiché par les opérateurs mobiles de Manitoba ou de Saskatchewan, provinces où l’on peut appeler en Israël à un meilleur tarif. Certains utilisateurs de ces provinces vont jusqu’à proposer, en supplément, un numéro correspondant à l’indicatif des autres régions.

Téléphonie mobile : Zone grise

Ce sont les termes utilisés par Tony pour qualifier sa pratique. Cette dernière n’est pas, selon cet utilisateur, frauduleuse, car elle ne nécessite pas un changement d’adresse de la part des clients. Elle requiert seulement l’usage des outils internes comme les codes promotionnels. L’utilisateur du site Kijiji va même jusqu’à dire qu’il est motivé par les plaintes des usages concernant les « vols » faits par les opérateurs de téléphonie mobile, avec des prix trop élevés de forfaits. L'ex-journaliste spécialisé en technologie de CBC Peter Nowak partage ce point de vue, sans cependant encourager cette pratique. Selon PC Mag, le Canada est l’un des pays où le prix des appels internationaux et nationaux est le plus élevé au monde.

Vodacom envisage l’externalisation pour une réduction de ses coûts

0

Comme ses deux concurrents, l’opérateur le plus choisi en Afrique du Sud pour appeler au Sénégal ou vers un autre pays compte externaliser une partie de ses tâches. Ce qui pourrait entraîner une vague de licenciement. Un dirigeant avait cependant rassuré qu’il n’y aura pas de perte d’emploi avec ce projet.

Une short-liste de quatre candidats opérateur téléphonique

Ce projet d’externalisation concerne la maintenance du réseau de l’opérateur le plus sollicité pour des appels internationaux depuis l’Afrique du Sud. Celui-ci a déjà établi une liste de partenaires potentiels. Après triage, seuls quatre acteurs ont été retenus : l’équipementier franco-américain Alcatel-Lucent, le Sud-Africain Neotel, le Suédois Ericsson et le chinois Huawei. L’heureux élu aura la charge de se charger de maintenance du réseau de Vodacom durant trois ans, à partir du 1er novembre 2015.

Ce programme est conçu dans l’objectif de réduire les coûts. Les abonnés du premier opérateur sud-africain peuvent ainsi espérer téléphoner moins cher qu’aujourd’hui prochainement. Certains employés risquent cependant d’en payer les frais. Une externalisation entraîne en effet, quasi-systématiquement, une vague de licenciement au sein du segment externalisé.

Les travailleurs de Vodacom n’ont pas à s’inquiéter

C’est ce qu’a récemment déclaré le porte-parole de Vodacom Richard Boorman au cours d’une récente sortie. Cette déclaration peut cependant ne pas suffire à désamorcer les polémiques autour du projet. MTN et Telkom, deux autres acteurs permettant d’appeler en Israël ou ailleurs depuis l’Afrique du Sud, font encore aujourd’hui les frais liés à un projet similaire.

L’Union des travailleurs de la Communication (CWU) n’a pas tardé à réagir après l’annonce de ce projet d’externalisation par le premier opérateur sud-africain. Elle déplore notamment l’inexistence de consultation du syndicat avant l’établissement du communiqué. La filiale sud-africaine de Vodafone risque donc d’avoir les mêmes problèmes que ses deux concurrents si elle ne revoit pas ses positions.

VimpelCom-Telecel : le gouvernement zimbabwéen veut acquérir 60% des parts

0

Telecel pourrait ne pas voir le nombre des personnes recourant à ses offres pour appeler à l’étranger augmenter, du moins pour quelques semaines. Cela est dû à des incertitudes sur son avenir. Le gouvernement zimbabwéen vient récemment d’exprimer son intention de racheter les 60% de ses parts.

Les pourparlers se poursuivent pour l’acquisition de l’opérateur téléphonique

C’est au cours d’une récente intervention devant les députés que le ministre des Technologies de l’information et de la communication, des Services postaux et du courrier a fait cette annonce. Si la transaction se réalise, le gouvernement zimbabwéen sera le propriétaire de l’un des opérateurs le plus sollicité pour effectuer des appels internationaux depuis le pays. Selon les dires de Supa Mandiwanzira, les pourparlers se poursuivent avec VimpelCom, actuel détenteur de ces 60% des parts.

Eviter le rachat de Telcel Zimbabwe par une entreprise étrangère

De nombreux quotidiens locaux ont révélé l’intention d’une entreprise étrangère de mettre la main sur les parts de Vompelcom au sein de Telecel Zimbabwe. Celle-ci a subi cependant un empêchement du gouvernement. Interrogé sur ce sujet, le ministre des télécoms s’est défendu en utilisant, comme argument, le non-versement d’impôt sur les gains par les deux actionnaires étrangers précédents de l’opérateur permettant d’appeler au Sénégal depuis le Zimbabwe jusqu’à la suspension de sa licence. Il n’a pas écarté l’hypothèse selon laquelle le gouvernement a décidé délibérément de bloquer la transaction.

Une manière de protéger les consommateurs de téléphonie mobile ?

Les autres acteurs du monde des télécommunications au Zimbabwe n’ont pas caché leur mécontentement face à ces manœuvres du gouvernement. Ils estiment que celui-ci souhaite avant tout devenir propriétaire de Telecel. Ce qui lui aurait poussé à suspendre la licence de cet opérateur au mois de février dernier. Le ministre des télécoms a tenté d’arrêter les polémiques en répondant que le gouvernement ne souhaite que protéger les consommateurs. Ces derniers peuvent donc croire à une possibilité de téléphoner moins cher prochainement ?

Vodacom-Afrique du Sud: Bilan positif pour le second trimestre 2015

0

Vodacom reste le premier opérateur le plus sollicité pour effectuer des appels internationaux ou nationaux depuis l’Afrique du Sud. Il pourra conserver cette place encore plus longtemps. Ses chiffres du second trimestre 2015 sont en effet très rassurants.

Vodacom : Sur la vague de croissance

La croissance continue chez l’opérateur permettant à la majorité des Sud-Africains de téléphoner au Sénégal ou vers un autre pays à de meilleures conditions. Celui-ci a en effet connu une croissance de revenu de 7% au deuxième trimestre 2015, soit 19,56 milliards de rands. Il a vu également le nombre de ses abonnés augmenter de 6,5%. Il a donc compté, au 30 juin 2015, 63,5 millions de consommateurs.

Le récent rapport du premier opérateur local a permis de connaître que de plus en plus de Sud-Africains utilisent leur appareil mobile, non seulement pour appeler à l’étranger, mais également pour surfer sur Internet. L’opérateur a fait état d’une croissance de vente de Smartphones, de tablettes et de modems de 23,1%. Ce qui représente une contribution d’environ 3,5 milliards de rands dans la recette de l’entreprise.

La consommation des données mobile en croissance

58% des appareils mobiles achetés au cours du second trimestre 2015 étaient des Smartphones. Conséquence, la consommation de donnée s’accroît d’une manière exponentielle dans le pays « arc-en-ciel ». L’opérateur permettant aux Sud-Africains de téléphoner moins cher localement et à l’étranger avance une augmentation moyenne de la consommation de 25%. Il lui reste cependant beaucoup de projets à accomplir pour conserver sa place le plus longtemps possible : l’augmentation de la couverture 4G. Seule la ville de Johannesburg dispose d’un réseau urbain basé sur cette technologie. Heureusement, le déploiement de la fibre optique se poursuit à travers le pays. Ce qui permet déjà à des millions de Sud-Africains de profiter du haut débit à domicile.

4G : Tunisie Télécom peut désormais offrir le très haut débit

0

Après avoir permis à leurs abonnés d’appeler à l’étranger ou localement via la 3G, les opérateurs Tunisiens s’apprêtent à leur proposer des services 4G. Mais avant cela, ils sont obligés de passer par une étape, celle des tests. Tunisie Télécom vient de la finir avec succès.

Internet 4G en Tunisie : 149,87 Mb/s

C’est le débit maximal enregistré au cours des tests de la 4G par l’opérateur le plus prisé pour appeler en Tunisie par les conservateurs. Tunisie Télécom peut donc être sûr d’obtenir prochainement sa licence d’exploitation dans cette technologie, malgré une rude concurrence. En effet, tous les opérateurs locaux ont répondu à l’appel d’offre pour l’attribution de cette licence. Le plus dur a cependant été fait par l’opérateur historique. Il ne lui reste plus qu’à attendre ce que vont faire ses concurrents pour dépasser sa prouesse. Il est en effet important de le noter, il faut vraiment avoir des notions de réglages pour pouvoir atteindre une telle performance. En attendant, les abonnés devront se contenter des offres permettant de téléphoner moins cher et de se connecter à Internet via la 3G.

Une vitesse de connexion très élevée

En Tunisie, comme dans d’autres pays de la sous-région, le segment de la Data peine encore à trouver de preneurs, même dans le monde professionnel. La croissance du marché de l’Internet reste également loin des standards européens et asiatiques. Mais cela ne tardera pas à changer après le débarquement effectif de la 4G. Qui ne souhaite pas profiter d’une technologie affichant une vitesse de connexion dix fois plus importante que celle de la 3G. Il ne reste plus aux Tunisiens qu’à attendre la VoLTE, la version de la quatrième génération permettant d’effectuer des appels internationaux et nationaux et de bénéficier d’une qualité de communication supérieure.

Bolivie: Baisse des tarifs d’internet grâce à la nationalisation des télécoms

0

Sénégal: Accès à internet sans fil bientôt possible au Dakar

0

Prochainement les habitants de Dakar n’auront plus à faire le tour de la ville pour effectuer des appels internationaux ou des recherches sur Internet via un réseau WiFi. En effet Tigo envisage incessamment un déploiement de ce réseau dans les rues de la capitale sénégalaise.

Internet gratuit au Sénégal

Se trouver dans les grandes places publiques de Dakar peut bientôt suffire pour pouvoir appeler à l’étranger ou se connecter sur les réseaux sociaux gratuitement via un appareil mobile. Tigo prévoit en fait de réaliser des travaux de déploiement du WiFi dans tous les lieux publics de la ville, une initiative entrant dans le cadre de « Dakar Ville Numérique ». La place de l’indépendance sera l’endroit choisi pour la première expérimentation. Ensuite, Dakar tout entière sera dotée d’un réseau WiFi.

Le deuxième opérateur le plus sollicité pour téléphoner au Sénégal envisage de doter les bus de Dakar de la connexion Internet 3G+. Ce projet ne tardera sûrement pas à se réaliser, sachant que Tigo avait déjà déployé son réseau dans les  véhicules de la compagnie de transport Dakar DemDikk et 2014.

Pour un Dakar lié au reste du monde

L’objectif de Tigo n’est pas seulement de prendre la place d’Orange, opérateur le plus choisi pour téléphoner en Algérie ou vers une autre destination depuis le Sénégal. Il souhaite également que tous les habitants du pays puissent se connecter à leurs proches et le reste du monde, à commencer par ceux de la capitale. Dans les prochaines années donc, si l’opérateur continue de miser sur ce projet, tous les Sénégalais peuvent bénéficier d’une connexion WiFi en dehors des cybercafés de leurs villes. lls seront plus nombreux à choisir Tigo pour un abonnement Internet. Orange et Expresso ne devront sûrement pas rester les bras croisés pour y faire face.

Afrique du Sud : bientôt un service d’accès wifi dans toutes les stations Total

0

Le nombre de Sud-Africains utilisant un Smartphone pour appeler à l’étranger ou localement ne cesse d’augmenter. Ce qui entraîne la hausse de la demande d’accès Wifi. Total en est conscient et a ainsi décidé de proposer, prochainement, un service d’accès Wifi dans toutes ses stations.

Afrique du Sud : Telkom choisi comme partenaire

Telkom aura un nième argument pour inviter les utilisateurs sud-africains de téléphone mobile à rejoindre son réseau. Le troisième opérateur le plus sollicité pour téléphoner au Sénégal depuis le pays « arc-en-ciel » est en effet le partenaire du groupe pétrolier français dans ce projet. Pour la première fois de leur vie, les Sud-africains pourront se connecter à Internet via leur téléphone mobile, leur tablette et leur ordinateur durant leur pause dans les 260 stations-services Total. L’accès est gratuit au cours des 30 premières minutes. Il est par ailleurs important de le préciser, car il est interdit d’effectuer des appels internationaux ou nationaux depuis les stations essences, cette solution permet d’être en contact avec ses proches via les réseaux sociaux. Qu’est ce qu’il y a de mieux que de pouvoir converser gratuitement durant 30 minutes avec ses amis et la famille.

Un moyen de faire face à l’augmentation de la demande

Interrogé sur la motivation du groupe concernant ce projet, Jabulani Mabaso, directeur national du commerce en détail, a notamment parlé de l’augmentation incessante du nombre de personnes utilisant leur téléphone mobile non seulement pour appeler à l’étranger, mais également pour se connecter à Internet. Ce sera à l’avantage de Telkom, car il en obtiendra de la visibilité et aussi des recettes supplémentaires. Total n’est pas également en reste, c’est une opportunité sur le marketing et son positionnement.

Les opérateurs telecom en Algérie peuvent accélérer le déploiement de la 3G

0

Tous les Algériens ne tarderont plus à bénéficier des vertus de la 3G lors de leurs appels internationaux ou nationaux et de leurs connexions Internet. L'Autorité de régulation de la Poste et des Télécommunications (ARPT) vient en effet d’émettre son accord pour l’accélération du déploiement de cette technologie.

Algérie : Pour une couverture rapide de toutes les régions du pays…

Appeler en Algérie depuis la 3G reste encore au stade de rêve pour la majorité des utilisateurs locaux de téléphone mobile. Dans une bonne partie des localités du pays en effet, il faut se contenter de la 2G, bien que les opérateurs aient obtenu leur licence relative à la troisième génération le mois de décembre 2013. Interpellé par ces opérateurs, le ministère de la Poste et des TIC a saisi l’ARTP pour analyser la possibilité d’une augmentation du rythme du déploiement du haut-débit. Sa dirigeante, la ministre Iman Houda Feraoun, vient d’annoncer que le régulateur a exprimé son accord. Désormais donc, les opérateurs donnant la possibilité d’appeler à l’étranger depuis l’Algérie peuvent augmenter leur investissement pour couvrir tout le territoire algérien.

Et une Algérie entre dans l’ère numérique

Dans le cahier des charges qui leur a été attribué lors de l’octroi de la licence, Mobilis, Ooredoo et Djezzy disposent d’un délai de sept ans pour couvrir totalement l’Algérie. Avec ce feu vert cependant, on peut croire que tous les algériens pourront téléphoner en Tunisie ou vers un autre pays avec la 3G à l’horizon 2017. Le gouvernement du pays affirme par ailleurs être prêt à encourager les opérateurs dans cet exercice. L’accélération de la couverture 4G donnera en effet la possibilité à l’Algérie d’entrer effectivement dans l’ère numérique et surtout de rattraper son retard par rapport à ses voisins.

Tunisie Télécom veut proposer la 4G avancée à ses abonnés

0

Le premier opérateur ayant permis d’appeler à l’étranger depuis la Tunisie était présente au Mobile World Congress. Une délégation a été conduite par Nizar Bouguila, son PDG. Ce dernier a répondu à quelques questions des journalistes et a notamment évoqué le prochain lancement d’une version améliorée à ses abonnés.

Innovations en matière de réseau…

Comment expliquer la présence de Tunisie Telecom Plus >

Haut de page